Cultures

Musée d’art et d’histoire Paul-Éluard
/ La culture de l’humanité

Lucile Chastre a œuvré dix-sept ans à la médiation culturelle du musée dionysien, où elle a offert à tous les publics des visites empreintes de pédagogie et de bienveillance. Aujourd’hui, elle officie au musée de la Libération de Paris, un lieu qui résonne avec son histoire familiale.
Lucile Chastre a multiplié les initiatives pour attirer dans l’ancien carmel les publics dits éloignés de la culture. © Leslie Sobaga
Lucile Chastre a multiplié les initiatives pour attirer dans l’ancien carmel les publics dits éloignés de la culture. © Leslie Sobaga

Il y a des rencontres qui vous changent la visite. Après dix-sept ans de bons et loyaux services, Lucile Chastre a fait ses adieux au musée d’art et d’histoire Paul-Éluard. Elle officie désormais comme chargée des publics au musée de la Libération de Paris. Une mission qui résonne avec son histoire familiale, elle dont le grand-père était, durant la Seconde Guerre mondiale, maire communiste de Vigeois, une petite commune de Corrèze qui comptait beaucoup de résistants.

« Récemment, on a retrouvé dans sa maison des grenades qui dataient sans doute de la Première Guerre mondiale et des mitraillettes Sten issues de parachutages alliés. C’était l’arme utilisée par les maquisards », s’amuse-t-elle à raconter comme elle a l’habitude de le faire lors de ses visites, avec pédagogie et bienveillance, le ton posé. L’ancienne médiatrice culturelle est convaincue qu’une telle posture peut briser les barrières mentales dressées par les visiteurs malgré eux. « Il faut les connaissances, mais il faut également pouvoir les mettre en relation avec l’humain. »

LIRE AUSSI : Musée d'art et d'histoire Paul-Eluard : prime à l'expérimentation

Cette humanité explique sans doute le « déchirement » que ressent Lucile en quittant le musée de Saint-Denis. Savoir cerner le public pour mieux l’amener aux œuvres a été essentiel pour la médiatrice culturelle. « Ici, j’ai aussi appris ce qu’était l’autorité. L’autorité c’est de donner l’impression que l’on n’en a pas, car ce n’est pas de l’autoritarisme. L’autorité se fonde sur la bienveillance, l’écoute et l’amour pour les gens, avance-t-elle. À partir du moment où l’on avance vers les personnes avec ces émotions et ces intentions en nous, on dégage une autorité naturelle. » Une autorité de velours sur laquelle les plus timorés de ses visiteurs ont pu s’appuyer.

La mixité au musée

Le musée de la Libération de Paris regroupe également le musée Jean-Moulin et le musée du général Leclerc. Une aubaine pour Lucile Chastre. « La dimension œcuménique, reflétée par la diversité des collections, va nous permettre de travailler la question de la mixité des publics », se réjouit-elle. La mixité au musée, cela a été le grand combat de Lucile qui a multiplié les initiatives pour attirer dans l’ancien carmel les publics dits éloignés de la culture.

« Médiateur, c’est celui qui trouve tous les moyens pour permettre aux individus de rentrer en relation avec un musée et ses collections, définit Lucile Chastre. À Saint-Denis, la démocratisation de la culture ça fonctionne, mais il ne faut pas être seul. C’est la grande chance que l’on a ici : c’est un territoire porteur avec une convergence d’énergies pour faire venir les publics. Il y a une volonté politique pour mobiliser des moyens financiers et humains. La dimension sociale de la culture est ancrée dans Saint-Denis parce que c’est une ville communiste. On n’arrive pas sur un territoire élitiste ou vierge. La culture est travaillée depuis des années par les pouvoirs publics et les associations qui jouent un rôle essentiel. C’est quelque chose d’historique », défend Lucile Chastre, à qui l’on souhaite de mettre toujours autant d’humanité au service du public.

LIRE AUSSI : Histoires d'un musée sachant livrer son art 

Maxime Longuet

 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur