À la une Cultures

Espace Marguerite Charlie
/ La culture au participatif présent

Marguerite Charlie est un nouvel espace ouvert il y a quelques mois à Saint-Denis, dédié à la promotion d’artistes venus d’univers confondus.
Anaïs Van Overbeck, fondatrice et cogérante du lieu, sur le canapé bleu chiné par l’autre cogérant Mostafa Boulguiz.
Anaïs Van Overbeck, fondatrice et cogérante du lieu, sur le canapé bleu chiné par l’autre cogérant Mostafa Boulguiz.

Pour satisfaire votre curiosité et évacuer tout malentendu, précisons d’emblée que le nom porté par cet espace – et l’association éponyme qui le gère – n’est en rien un hommage à Marguerite Duras ou au musicien de jazz Charlie Parker.

« Il s’agit de mon nom de scène, révèle Anaïs Van Overbeck (28 ans), fondatrice et cogérante du lieu. Marguerite est mon deuxième prénom et aussi celui de mon arrière-grand-mère. Quant à Charlie, c’était le nom de mon premier animal de compagnie, un chat. » C’est à deux pas du canal, non loin de la maison qu’habita Auguste Delaune, dans la cave d’une ancienne maison de maître que l’association a jeté son dévolu et toute son énergie. Là, à l’abri des regards, derrière un portail, se retrouvent autour de la cour et d’un petit jardin, des ateliers – des anciens box à chevaux réhabilités – occupés par des graphistes et des maisons de production.

« La plupart des artistes habitent dans ce lieu. Nous essayons de créer un espace culturel et résidentiel, affirme la jeune metteure en scène venue des arts plastiques et titulaire d’un master de mise en scène. On aime l’idée que Marguerite Charlie soit un espace de rencontre et de chaleur humaine réunissant artistes, amateurs d’arts, gens de réflexion, chercheurs, en temps ou hors d’exposition. » Ses inspirations pour mettre en œuvre ses projets sont à chercher du côté du peintre et plasticien Hervé Di Rosa et des arts modestes, et du chorégraphe Jérôme Bel pour sa recherche d’un langage commun au théâtre. 

C’est un canapé bleu…

Adossé à un mur de pierre plus ou moins bien taillée, trône la figure emblématique du lieu, chiné par l’autre cogérant Mostafa Boulguiz (29 ans). Un magnifique canapé de couleur bleu – les amateurs de Klein apprécieront – fait office de réceptacle de confidences, de bavardage, d’échanges et de remue-méninges. C’est là, bien assise, qu’Anaïs Van Overbeck révèle que son principal intérêt se porte sur le public. « Le public comme acteur d’un espace, voire d’une mise en espace. C’est ce que j’ai développé à la fin de mon master en commençant à réfléchir sur un jeu de société grandeur nature. » Et cette idée a fait son chemin jusqu’à l’ouverture de l’espace Marguerite Charlie, en février dernier, en proposant des expositions participatives.

Il faut souligner qu’à chaque exposition des ateliers sont proposés au public avec l’un des artistes associés. Tzu Fang Cheng est l’une des artistes exposées régulièrement dans l’espace. Cette jeune femme d’origine taïwanaise, aux prises avec la langue française, s’est forgé un alphabet bien à elle pour distiller au gré de ses installations des mots croisés cryptés. « Dès l’entrée de l’espace, elle invite les visiteurs à déchiffrer ces mots en leur remettant un petit index contenant les signes cryptés et leur correspondance dans notre alphabet. » 
 

Grandir avec la ville

L’association met à disposition, en location, hors des périodes événementielles, son espace d’exposition. Des compagnies de théâtre, des musiciens, des comédiens peuvent venir répéter… « Le lieu a même été loué à des étudiants de Paris 8 pour une exposition photo. » La prochaine expo se tiendra du 17 au 29 novembre et aura pour thème « L’Été indien », avec une déambulation organisée pour les visiteurs. Et puis si vous êtes amateur de tatouages, retenez votre 6 décembre prochain pour une soirée Flash Tatoo ! Avec des amis à elle, Anaïs a inventé un terme pour désigner sa démarche artistique : plastiturge pour plasticienne et dramaturge. « Ce n’est pas très beau mais ça nous fait rire ! », dit-elle avec un large sourire.

Claude Bardavid

Espace Marguerite Charlie, 15, rue Denfert-Rochereau. Tél. : 0606842783.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur