À la une En ville

Première Marche des fiertés
/ La banlieue sort du placard

Dimanche 9 juin, en centre-ville, la première marche pour les LGBT en Seine-Saint-Denis a réuni un millier de personnes.
Dimanche 9 juin, un millier de personnes ont marché de la place de la Résistance jusqu’à la place de l’hôtel de ville. © Gwénaëlle Fliti
Dimanche 9 juin, un millier de personnes ont marché de la place de la Résistance jusqu’à la place de l’hôtel de ville. © Gwénaëlle Fliti

« J’ai 58 ans. Je suis née à Saint-Denis. Je n’ai jamais vu une marche comme celle-là ! », s’exclame cette dame à l’arrivée du cortège sur le parvis de la basilique. Dimanche 9 juin, la Marche des fiertés en banlieue a été « couronnée de succès », s’est félicitée Saint-Denis Ville au Cœur, l’association à l’origine de cette première.

Un millier de personnes ont marché de la place de la Résistance jusqu’à la place de l’hôtel de ville. « Le pari est réussi. Il y a eu du monde. On est heureux que cela se soit bien passé », s’est réjoui Yanis Khames, soulagé et tout sourire comme le reste de son équipe associative. « C’est génial. Toutes les personnes LGBT [lesbiennes, gays, bi et trans]de banlieue sont représentées. Des gens non concernés sont aussi venus. C’est une preuve vivante que la banlieue est pleinement unie, loin des clichés et des fantasmes », renchérit Youssef Belghmaidi, étudiante trans de l’association dionysienne. « Il y a eu des remarques [homophobes]pendant la marche, mais personne n’a été emmerdé », souligne-t-elle. « Ils sont où les djihadistes ? », lance-t-elle comme boutade à ceux qui caricaturent Saint-Denis. 

EN IMAGES : la Marche des Fiertés à Saint-Denis
 

« Le pari est réussi »

Passant par le boulevard Jules-Guesde, descendant la rue commerçante de la République, la foule arc-en-ciel – avec ses quelques drag-queens – a souvent arraché un sourire aux passants qui, en ce jour de marché, ne s’attendaient pas une telle démonstration dans les artères du centre-ville. « C’est superbe. Il y a plein de monde. Ma crainte, c’était qu’il n’y ait pas assez de personnes. Mais on a atteint une masse critique. Le pari est réussi. C’est coloré. Cela fait plaisir », rajoute Camille, queer dionysienne, qui explique vivre « sans emmerde » sa vie à Saint-Denis.

Comme le voulaient les organisateurs, la Marche a été résolument engagée et politique, à l’image des slogans vus et entendus pendant la manifestation, sans musique, ni chars. « Banlieusard.e.s et fier.e.s », « pas de racisme dans nos fiertés », « sortons de l’ombre pour vivre libre ! » ou encore « le périph’ n’a pas arrêté le sida ». « Il est important de rendre visible la communauté LGBT vivant en banlieue afin de lutter contre les LGBTphobies », souligne Julien Mechin de l’association Aides (qui lutte contre le sida), dont une antenne est installée à la gare de Saint-Denis. 

LIRE AUSSI : Journée contre les discriminations LGBT, luttons gaiement
 

« Ce n’est pas pire en banlieue »

« Les LGBT existent et vivent depuis toujours dans les quartiers populaires : leurs luttes sont nos luttes et ils ne doivent pas être sacrifiés ou rendus invisibles. Mais on ne laissera pas plus instrumentaliser ce combat sous prétexte qu’il y aurait plus d’homophobie dans nos quartiers », défend Hanane, maman lesbienne du collectif Femmes en lutte 93, qui a fait un discours applaudi à la fin de marche. L’homophobie existe « partout », mais « ce n’est pas pire en banlieue, chez les musulmans ou les classes populaires. Laissez-nous tranquille. Nous prenons en charge ces questions dans nos familles et nos communautés », a-t-elle défendu. Pour elle, le « pire homophobe » de France, c’est l’État et ses institutions qui refusent par exemple de reconnaître la PMA (Procréation médicalement assistée) pour les femmes lesbiennes. « On a besoin de solidarité. Notre vie de placard doit s’arrêter », a-t-elle exhorté.

Vivant à Saint-Ouen, Franck s’est félicité de la tenue de cette première marche. « C’est important de vivre nos vies en banlieue, d’avoir nos lieux. Moi, je ne me sens pas représenté par le Marais à Paris, un milieu blanc, bourgeois, vieux », explique ce jeune, la vingtaine. Mais il regrette qu’il n’y ait pas eu davantage de personnes racisées de banlieue, noires et arabes, à la marche. « Après, c’est une première. On espère qu’ils seront plus nombreux la prochaine fois. » « Beaucoup de militants sont absents », note Gaëtan, la vingtaine également, qui rappelle la tribune du collectif Lesbiennes of Color sur les réseaux sociaux, qui critique, entre autres, certains soutiens à la marche, dont celui de la mairie. « En dehors de la marche, que fait la Ville pour les LGBT ? », résume Gaëtan. Camille pense que cette marche peut être une première pierre.

« Ce serait bien qu’il y ait un centre LGBT à Saint-Denis, un lieu refuge, d’accueil, pour les gens dans les banlieues qui sont isolés. » « La Ville doit mettre davantage de moyens », admet Madjid Messaoudene, élu dionysien en charge de la lutte contre les discriminations. Cette première marche passée, ils sont nombreux à attendre la deuxième édition.

Aziz Oguz

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur