À la une En ville

Allende
/ L’entraide à plein régime

Après moins d’un an d’existence, l'association 7Dreams est mobilisée depuis le début du confinement pour une distribution hebdomadaire de fruits et légumes, la livraison quotidienne de plateaux repas, des courses alimentaires à la commande... Des activités assurées par une vingtaine de jeunes bénévoles pour les besoins de leur quartier, voire au-delà.
Le samedi 4 avril, avec Amadou, Nabil, Fatima et Micheline (de gauche à droite), ils étaient plus d'une dizaine pour distribuer fruits et légumes.
Le samedi 4 avril, avec Amadou, Nabil, Fatima et Micheline (de gauche à droite), ils étaient plus d'une dizaine pour distribuer fruits et légumes.

Malgré le radieux soleil de printemps, les humains se font rares ce samedi là dans le quartier Allende. Les immeubles ne sont plus que des blocs de béton figés dans le silence. Des signes de vie sont pourtant perceptibles aux abords du long bâtiment étiré sur le flanc ouest de la cité. Ce sont d’abord deux garçons d’une vingtaine d’années qui tirent un caddy de supermarché lourdement chargé. Outre les packs d’eau bien visibles, « on a là des plateaux repas qu’on distribue aux personnes qui ne peuvent pas sortir », explique Nassim.

« Là, on a fait tous les étages », ajoute Lucien, alors qu’ils prennent la direction d’un autre bâtiment. Pas de temps à perdre. « Il faut respecter la chaîne du froid. »

LIRE AUSSI : A Franc-Moisin, des habitants désinfectent les halls d'immeuble

Passé le porche qui donne accès à l’autre façade avec ses halls d’entrées alignés, une file, de femmes principalement, s’étire sur une quarantaine de mètres, jusqu’au local commun où s’affairent les autres jeunes volontaires de 7 Dreams. Avec ceux qui veillent au maintien des distances de sécurité entre les femmes, l’association en a mobilisé plus d’une dizaine ce samedi 4 avril pour distribuer tomates, pommes de terre, cagettes de fraises, melon, ananas, citron, etc. Fruits et légumes sont disposés dans les cabas ou caddies qui sont remis à l’extérieur, en des quantités qui sont fonction des compositions familiales.

Silhouette longiligne affairée à l’assortiment et à la distribution, Rafik est apostrophé par Marcelle, une dame de 88 ans. « Dis mon chéri, j’ai pas d’enfant. Tu me charges pas trop ! » Madame Maillet, puisque c’est ainsi qu’on la connaît à Allende, ne tarit pas d’éloges envers ces jeunes, âgés de moins de 30 ans pour la plupart. « C’est magnifique, ce qu’ils font ! » Et pour elle comme pour bien d’autres, leur dévouement est d’autant plus touchant qu’on les a vu grandir dans la cité.

« On sait qu'ils sont sérieux »

Ils sont aujourd’hui étudiants, fonctionnaires territoriaux, ambulancier, gardien d’immeuble... « Dès qu’ils le peuvent, ils sont là pour nous aider, rapporte Aïcha. Ils sont très serviables auprès des personnes âgées, des mamans. » Ils sont aussi très bien organisés. Pour cette distribution hebdomadaire, la première de cette ampleur, pour une centaine de bénéficiaires, « on a eu plus d’une tonne, précise Mohamed Abdi, le président de 7Dreams. Il y a eu 600 à 700 kg qui ont été fournis par un ancien habitant de Saint-Denis qui est grossiste à Rungis. Et on a complété avec notre cagnotte en ligne. » Comme le signale Aïcha, l’association avec sa vingtaine de bénévoles est à pied d’œuvre dans la cité depuis les débuts du confinement.

Assurée ce jour-là par Nassim et Lucien, la distribution au porte-à-porte de plateaux repas est quotidienne. Personnes à mobilité réduite, personnes âgées, « on a identifié une soixantaine de locataires qui en ont besoin », précise Mohamed, qui salue en passant le directeur de quartier Mathieu pour la mise à disposition du local, et le service municipal des solidarités pour cet approvisionnement en plateaux repas. Lesquels sont en fait fournis par l’Armée du Salut.

« C’est un partenariat qu’on a mis en place la semaine dernière, explique Luc Lambert, le directeur du service. On en fait bénéficier 7Dreams, entre autres associations locales. C’est la ville qui fait l’interface. On sait qu’ils sont sérieux, qu’ils font attention au respect des mesures barrières. On leur a d’ailleurs fait livrer plusieurs litres de gel hydroalcoolique ».

Au JT de 13h sur TF1

Des plateaux repas de l’Armée de Salut, l’association en achemine aussi chaque jour de la semaine pour trente soignants du service de médecine interne de l’hôpital Delafontaine. Et elle se charge pour une dizaine de personnes du quartier d’effectuer des courses à la demande, comme l’ont découvert ce 29 mars sur TF1 des millions de téléspectateurs. Mohamed a été estomaqué de l’impact de ces quelques minutes de  reportage. « Je ne savais pas que le JT de 13h pouvait mettre autant en lumière une petite association de cité. Du coup, on a eu pas mal de gens qui ont fait des dons. Le proviseur d’un collège d’Asnières nous a même contactés pour qu’on aille récupérer 150 portions de fromage stockés dans une cantine. »

LIRE AUSSI : La CAN des quartiers en toute fraternité

Pour clore cette longue liste non exhaustive des services rendus par l’association, ajoutons qu’elle a assuré la distribution dans les boîtes aux lettres de la cité des dossiers d’inscriptions en collège pour la rentrée prochaine. Hyperactive depuis les débuts du confinement, 7Dreams a commencé à faire parler d’elle en juin 2019. La CAN, Coupe d’Afrique des nations, transposée pour les jeunes dans le quartier Allende, c’était elle avant même qu’elle ne se constitue officiellement.

Le quadra qui fait figure d'ancien

Au cours de l’été, « on s’est demandé comment finaliser un projet qui perdurerait dans le temps », raconte Remy Perrot, le quadra qui fait figure d’ancien. Dès le mois d’août, ils expédient à leurs frais dans un village du Maroc une quinzaine de gros cartons remplis des fournitures scolaires qu’ils avaient collectées. Ils se formeront ensuite auprès de l’association Taf et Maffé à la gestion des dons alimentaires. Pour Remy, figure du monde associatif d’Allende, où il s’activait dès l’adolescence, ce déploiement d’énergie n’a somme toute rien d’exceptionnel.

« C’est aussi l’héritage d’un quartier où on est solidaire. Il n’y a pas de clans. Les familles se connaissent. Jeunes ou vieux, on s’ouvre les uns aux autres. » Et si le confinement leur a donné des ailes, « on était là avant, on sera là après ». Pour l’heure, ils espèrent surtout que leur nouvelle cagnotte en ligne leur permettra de maintenir dans les prochaines semaines le même régime d'activités.

Marylène Lenfant

Pour en savoir plus: 

Réactions

Mon message s adresse à vous les journalistes du Jsd: Honte à vous . Vous mettez une association en avant mais pas les autres car cette association proche de la mairie . La Vrais association qui fait de l’aide c est la petite liberté à SFC. Sans un article sur toutes les associations qui font de la solidarité, vous serez dénoncés publiquement
Nous avons déjà consacré un article à La Petite Liberté : Associations/ La solidarité s'organise Jeudi 26 mars 2020 - 17:20 | Mis à jour le Jeudi 26 mars 2020 - 19:48 A Saussaie-Floréal-Courtille, La petite liberté se retrousse les manches pour venir en aide aux plus vulnérables.
Fiere de vous et de mon petit frere remy et fatima attention a vous
Vérité(??): Les choses peuvent être demandées plus posément . N'est-ce pas ? Cordialement.
Arrêtez de faire la promotion de RUSSIER car on sait tous que cette association est proche de ce candidat en perte de crédit. par équité, il faut faire également la promotion de plusieurs personnes qui ne sont pas proches de RUSSIER mais plutôt d'HANOTIN qui font pareil et mieux que la 7DREAMS. le moment venu, tout sera expliqué aux personnes...
Bonjour. Même si certaines associations sont proches de l'actuelle municipalité, je pense que toute initiative pour aider les personnes en difficulté est bonne à prendre. Après je ne dédouane en aucun cas les élus de cette situation qui ont densifié la ville ces dernières années sans que les services publiques territoriaux ou de l'état puissent suivre. Courage à ceux qui peuvent donner de leurs temps et de leurs énergies en ces temps difficiles.