Cultures

Foire des savoir-faire solidaires
/ L’artisanat d’art à la Fête

Du vendredi 13 au dimanche 22 décembre, la Foire des savoir-faire solidaires prend ses quartiers sur le parvis de la basilique.
Le chapiteau de la foire sur le parvis de la basilique regorge, chaque année, de produits artisanaux.  © Yann Mambert (Archives)
Le chapiteau de la foire sur le parvis de la basilique regorge, chaque année, de produits artisanaux. © Yann Mambert (Archives)

80 exposants, une ferme pédagogique, des démonstrations, une parade de Noël… La 11e édition de la Foire des savoir-faire solidaires de Saint-Denis va se déployer pendant dix jours sur le parvis de la basilique. Du 13 au 22 décembre, l’événement qui a soufflé ses dix bougies l’an passé mettra en lumière savoir-faire et artisans du territoire de Plaine Commune.

« Cette année, il y a 30% en plus de personnes qui ont voulu participer à la foire. On a de la demande », constate Myriem, bijoutière de métier, coordinatrice à Artefact 93 et membre du comité de sélection de la foire. À l’initiative d’une démarche solidaire permettant à la population d’entrer en contact avec des créateurs, figurent la ville de Saint-Denis, Plaine Commune ainsi que l’association Artefact 93, qui « a été créée en association avec la Foire des savoir-faire solidaires », explique Myriem.

Au programme : des ateliers de créations pour les enfants et les adultes (nichoir à oiseau proposé par Chez Basile samedi 14 décembre ou encore la découverte de l’illusion d’optique Thaumatrope et Zooprote par Karim Rekhamdji dimanche 22 décembre). Cette année, une grande parade de Noël organisée par la Maison du commerce et de l’artisanat sera également de la fête, samedi 14 décembre dès 17h30. Dégustation, vente de produits régionaux, restauration Café village ainsi que plusieurs animations (manèges ouverts tous les jours) seront proposées.

Pour la « scénographie » de la Foire des savoir-faire solidaires, Artefact 93 a choisi le thème « La tête dans les nuages » afin de « mettre un peu de rêves au cœur de cet événement ». Si la foire reste une belle opportunité pour les artisan-exposants, Myriem tient à rappeler une chose essentielle : « Il faut que cette initiative s’adresse à toute la population, à toutes les bourses. La foire n’est pas qu’un moment de vente. Le but, c’est aussi de faire grandir les professionnels et de permettre au public de rencontrer l’artisan. »

LIRE AUSSI : Les bateaux-lavoirs : canal artistique
 

« La création fait du bien à soi »

Marc Guillermin, sculpteur de 53 ans, est un habitué de la Foire des savoir-faire solidaires. Ce Dionysien y participe pour la onzième fois. (1) « Je suis là depuis le début », avance l’artisan d’art dont l’atelier qu’il occupe depuis vingt ans est situé aux Bateaux Lavoirs, structure artistique située derrière le square de Geyter. Là-bas, il crée des sculptures, en particulier des lampes en métal martelé. « On appelle ça la dinanderie. C’est le fait de travailler la tôle de métal dans le martelage », détaille Marc Guillermin. Le passé industriel de Saint-Denis l’inspire pour créer. « À l’usine Christofle, les gens travaillaient le métal. D’ailleurs, travailler la tôle m’est venu, car pas loin d’ici (NDRL : son atelier), il y avait un ferrailleur qui a fermé il y a un an. On y trouvait des restes de l’usine Christofle qui atterrissaient dans des bennes. Je récupérais des matériaux. Je dirais qu’il y a de l’industriel-organique dans ce que je fais. »

Marc Guillermin a longtemps œuvré dans le milieu de la publicité comme graphiste puis rédacteur avant de se réorienter. « J’ai toujours voulu m’exprimer avec le dessin, la sculpture, la peinture », se souvient celui qui n’a pas fait les Beaux-Arts, mais a appris petit à « regarder ». Dans son atelier, pendent et trônent des lampes de diverses formes, des lustres, des présentoirs ainsi qu’un nichoir à oiseaux en tuiles de zinc.

Pour la Foire des savoir-faire solidaires, le créateur travaille sur une « pièce écologique », un vase fabriqué à partir de bois de sapin et du métal. « C’est du zinc qui provient des toits de Paris », précise-t-il. Parmi ces créations accessibles à un public large, des bougeoirs ainsi que des coupelles en métal martelé qui coûtent entre 10 et 20€. Ses heures passées à concevoir, dessiner, déformer la tôle, Marc Guillermin ne les compte pas. « La création, c’est quelque chose qui fait du bien à soi. C’est aussi toucher le cœur de notre humanité. »

LIRE AUSSI : L'économie sociale et solidaire a pignon sur rue
 

Saint-Denis en pop-up

« Je suis ex-géomètre, ex-urbaniste, ex-comédienne clown marionnettiste. » Toutes ces casquettes ont permis à Marie-Hélène Taisne, aujourd’hui documentaliste, entrepreneur associée à Coopaname et « artisan créateur » de s’immerger dans un univers qui au départ ne lui était pas familier : le pop-up. « C’est lorsque j’ai arrêté mes activités de comédienne que je me suis tournée vers la création papier », confie celle qui vit à Saint-Denis depuis juillet 2018.

Membre d’Artefact 93 et associée de la coopérative Pointcarré, où elle est en résidence de création au FabLab, Marie-Hélène Taisne va participer pour la deuxième fois à la Foire des savoir-faire solidaires. Son travail extrêmement précis oscille entre « l’ingénierie papier » et la mise en scène d’objets qu’elle fabrique, avec pour seuls matériaux, papier et carton. « Tout mon travail autour du pop-up c’est de créer des cartes, mais aussi de les éclairer, de chercher à les mettre en scène grâce à la lumière », explique Marie-Hélène Taisne. Pour cela, elle a dû ressortir compas, rapporteur et règle d’angle. « Ce qui m’intéresse dans la création pop-up et le papier découpé, c’est la poésie. Le papier est un matériau millénaire, on en a toujours mais c’est aussi fragile. »

Photophores en papier, cartes triptyque en accordéon, macarons décoratifs sur Saint-Denis ou dioramas rappelant le patrimoine dionysien… Toutes ses créations seront présentées lors de la Foire des savoir-faire solidaires. Marie-Hèlène Taisne y sera présente du 18 au 22 décembre.

Yslande Bossé
 

(1) Marc Guillermin sera présent pendant les dix jours de la Foire. Foire des savoir-faire solidaires: du 13 au 22 décembre, parvis de la basilique de Saint-Denis. Détail du programme : http://www.foiresavoirfaire.com/

Réactions

C'est un marché de noel qui demande à savoir combien il va coûter aux dyonisiens.
@Notme, d'après mes infos c'est un financement de Plaine Commune et de la mairie de st denis, en gros on est dans les 100 000 €. Ce qui pose plus souci est cette association Artefact93 "organisateur" de la chose. Il faut juste savoir que cette asso est une véritable création de Plaine commune. C'est son association porte monnaie, qui permet à Plaine commune de ne pas faire d'appel d'offre pour l'organisation par exemple. Bref, se pencher tres précisément sur le financement et l'organisation de ces foires est une vraie bonne idée !

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur