À la une Cultures

Livre
/ L’amour au long courrier

Edwige Sylvestre, auteure de Ça commence bien en général, son premier roman. © Stéphane Ouradou
Edwige Sylvestre, auteure de Ça commence bien en général, son premier roman. © Stéphane Ouradou

Comme le suggère le titre du livre, les histoires d’amour, à distance, Ça commence bien en général. Pour son premier roman, publié par la maison d’édition dionysienne La Tête Ailleurs, Edwige Ceide Sylvestre s’attaque à un sujet universel : l’amour avec un grand A. « A » comme ailleurs, adieu, à l’ouest…

L’histoire se déroule entre Saint-Denis et Brooklyn, quartier de New York qui abrite par ailleurs une importante diaspora haïtienne, communauté dont est issue Edwige. Les protagonistes, amoureux, sont confrontés à l’éloignement. Pour autant, son ouvrage nous livre autre chose que de sempiternelles réflexions ampoulées propres aux romans de gare. Dans Ça commence bien en général, la romancière dionysienne nous raconte en filigrane l’influence des nouvelles technologies sur nos relations et la question de « la migration des sentiments », centrale dans le travail d’Edwige Ceide Sylvestre.

« Avant d’écrire, je suivais une formation d’auteure. L’un de mes projets en lien avec cette formation était d’écrire une histoire sur des femmes venues s’installer en France par amour. J’en avais interrogé une dizaine dans le cadre de ce projet. Le lieu commun qui ressortait des entretiens c’était le pressentiment, le doute… Je suis partie de ce récit documentaire pour écrire mon livre. Puis, finalement, quelques personnages dont la voix de la narratrice, ont fini par s’imposer d’eux-mêmes », confie l’auteure qui puise également dans son expérience personnelle. « La distance m’a toujours questionnée. Quand j’étais petite je voyais mes parents qui s’enregistraient ou écoutaient des cassettes qu’ils recevaient de proches. La communauté haïtienne a beaucoup communiqué comme ça. Sur cassette, il y avait de la mise en scène. J’ai entendu des témoignages parmi des gens de ma génération qui racontaient que leurs pères se mettaient en costume pour enregistrer des messages audio… Mon propre père avait besoin de se concentrer, il faisait même des répétitions avant de s’enregistrer ! »

L’essor exponentiel des nouvelles technologies a eu un impact dans sa façon de concevoir les relations amoureuses à distance, à l’image des personnages de son roman. « J’ai ouvert mon premier compte mail en 1999 quand j’étais étudiante à Paris 8. Puis il y a eu les messageries instantanées, les téléphones portables, les smartphones, les appels en visioconférence… Cela crée une espèce de détachement que j’essaye d’explorer dans le livre. J’ai l’impression que l’on a perdu une certaine spontanéité pour développer de véritables relations humaines ».

Pour aller plus loin dans sa réflexion, Edwige Ceide Sylvestre organise avec sa maison d’édition une rencontre à l’espace Marguerite Charlie (42, rue de la Boulangerie) vendredi 14 février, jour des amoureux. Ça ne s’invente pas. Au programme de cette soirée, une scène ouverte avec lectures d’extraits du livre, poèmes, musiques, slam… Edwige le conçoit, ce besoin d’oralité influence son style d’écriture. Un style vif, tranchant, sans fioritures. En un mot, réel.

LIRE AUSSI : Erismena, l'amour grandeur opéra

Maxime Longuet

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur