À la une En ville

Au coin de la Une
/ L’édito auquel vous avez échappé

Suite à l’assassinat de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie par un terroriste islamiste le 16 octobre vous auriez dû lire dans ce même « Coin de la Une » le 28 octobre, un éditorial intitulé « De l’esprit munichois » (1). 

Les éditos du JSD, s’ils sont écrits par le rédacteur en chef, font toujours l’objet d’une validation collective des autres membres de la rédaction. Le texte en question n’a pas été validé par certains journalistes. Entendons-nous bien, il ne s’agissait pas de remarques sémantiques marginales. Les propositions d’édito font presque toujours l’objet d’ajustements et celui-ci ne faisait pas exception. On parle ici d’un désaccord de fond sur un sujet fondamental. Attaché au principe de validation de groupe et parce que, plus que jamais, la réponse au défi posé par l’islamisme doit être collective, j’ai fait le choix de ne pas faire paraître l’éditorial initialement préparé.

La différence profonde de perception de la société française qui s’est manifestée à cette occasion, s’était déjà fait jour à plusieurs reprises au sein de la rédaction du JSD. Nous avons essayé d’en tirer les conséquences collectivement mais aucune réponse satisfaisante n’est apparue. Je quitterai donc mes fonctions de directeur de la rédaction dans les prochaines semaines. 

C’est une décision lourde de sens à titre personnel comme pour le titre dont j’ai la responsabilité éditoriale. Mais arrive un moment où il faut poser des actes. Reprendre sa liberté n’est pas fuir. Je n’entends simplement plus cautionner certaines idées ou certains comportements et refuse de mettre la poussière sous le tapis.

Considérant qu’un journal d’information locale ne doit pas être le reflet des seules inclinations de son directeur, mais l’expression des différentes sensibilités des membres de sa rédaction, j’ai souhaité pendant les trois années passées à la direction de la rédaction du JSD avoir l’approche la plus pluraliste possible. Bien des articles parus dans ces pages, je ne les aurais pas écrits, ou pas comme ça. Le paradoxe de l’époque fait qu’au JSD, sur certains sujets, la censure ne vient pas de l’extérieur mais de l’intérieur. Elle est le fait de cettegauche qui passe son temps à dire ce qu'il ne faut pas faire, ou ce qu'il ne faut pas dire plutôt qu’agir. Cette gauche et sa collection de "cheveux à couper en quatre", minée par son individualisme forcené. Cette gauche qui vole de chapelle identitaire en chapelle victimaire, sans pouvoir ne plus rien assumer d'autre discours collectif que le "nous sommes tous différents". Cette gauche enfin qui essentialise chacun et chacune.

Le JSD est le journal de tous les Dyonisiens. Certains semblent avoir du mal à le comprendre.

Pour ma part, ce fut un immense plaisir et un grand honneur de tenter de vous informer de la façon la plus honnête possible, dans les limites du genre. Nous n’y sommes pas toujours parvenus, mais au moins avons-nous essayé. J’en profite pour remercier tous ceux qui ces derniers jours m’ont témoigné chaleureusement leur soutien. Un dernier petit mot pour mes contempteurs préférés : c’est le moment de vous commander un nouveau punching-ball pour noël ! 

Yann Lalande, directeur de la rédaction

(1)   Je le tiens à disposition pour ceux qui le souhaite

Réactions

Je me réjouis de lire les nombreux messages de sympathie et de regret qui s'expriment à l'annonce de votre départ que je déplore vivement ; vous avez choisi de vous exprimer sans tiédeur et vous avez mesuré et pris en cela les risques d'être contesté (ce n'était probablement pas la première fois ...) ; le conflit que vous avez eu à gérer donne un éclairage sur la réalité de cette équipe qui, trop souvent dans le passé, s'est attachée à ne défendre que l'idéologie d'une gauche devenue très contestable, plutôt que de porter la pluralité à laquelle un journal d'information doit rester attaché !! Je le regrette d'autant plus que, citoyenne-contribuable, je participe - par le paiement de mes impôts depuis de longues années - à la subvention dont vit le JSD !! Vous allez voguer vers d'autres "cieux" et j'espère qu'ils vous permettront de mener à bien la tâche que vous vous êtes honnêtement fixé : merci pour ce que vous avez mis de vous même et de votre talent au service du JSD et des dionysiens ! Bonne route !!
Je comprend qu'ayant dénié la parole à un journaliste on ne veuille pas publié son article mais comment se faire une opinion sans celui-ci?
Cher Monsieur Lalande, Bravo et merci pour avoir le courage de vos opinions, ça devient rare et c'est d'autant plus précieux. Je serai heureuse de recevoir votre édito non publié, merci d'avance et que vos pas vous porte sous de meilleurs cieux pour la suite !
Bonsoir. Je rejoints les posts précédents et moi aussi j 'aimerais lire ce fameux édito qui a tant bouleversé le journal. Merci de me l'adresser. Bien à vous. Galiana
Bonsoir. Je suis aussi très curieux de ce qui crée autant d'émoi. Bien à vous.
Les Dionysiens et les Dionysiennes ont découvert l’éditorial de Yann Lalande publié le 12 novembre 2020 dans le Journal de Saint Denis (JSD). Le Directeur de la rédaction y exprime son amertume car il n’a pas obtenu le consensus de l’équipe des journalistes pour publier un éditorial qui osait nommer le réel, à savoir la dénonciation de l’islam politique. Il annonce aussi sa démission du JSD. L’Observatoire de la Laïcité de Saint Denis (OLSD), qui a pu se procurer le texte censuré, souscrit sans réserve au contenu que souhaitait publier Yann Lalande, tant sur la forme que sur le fond et lui apporte tout son soutien. Nous le remercions chaleureusement pour son esprit de pluralité. Dans un contexte politique local très tendu, il a toujours ouvert les colonnes du JSD à l’OLSD. Ce dont est victime Yann Lalande pour avoir osé dénoncer l’islam politique tout en le qualifiant de fascisme, c’est ce que l’OLSD doit affronter depuis des années dans notre ville. Nous n’avons eu de cesse de dénoncer les dangers de cette idéologie mortifère qui a tué, qui tue et qui tuera encore. Nous avons accueilli à Saint Denis des personnalités condamnées par des fatwas de mort et vivant sous protection policière. En contre-partie, nous avons été gratifiés d’insultes, de menaces et mis au ban de la vie locale, avec trop souvent la complicité de certains élus, les mêmes que nous qualifions d’islamo-gauchistes et qui accueillaient les bras ouverts les factieux du Parti des Indigènes de la République dans notre ville, devenue la capitale de tous les communautaristes haineux. Alors oui, Monsieur le directeur de la rédaction, cher Yann Lalande, vous avez raison : l’islam politique est un fascisme avec lequel on ne transige pas. Toute autre attitude serait l’esprit de Munich et son cortège de collaborateurs.
Bonjour, je souhaiterais également recevoir l'édito svp. Merci
Bonsoir, pourriez vous me transmettre votre édito SVP. Bien cordialement.
Bonsoir, Je souhaite recevoir votre édito et vous en remercie
Bonsoir, pourriez vous me faire parvenir votre edito initial svp? J,aime avoir les sources. Je vous remercie par avance
Incompréhensible. Tout mon soutien M. Lalande, votre edito était tout à fait mesuré vu les circonstances, et vos détracteurs feraient bien de nous signaler ce qui a pu les gêner à sa lecture.
Il n’est pas très compliqué d’imaginer ce qui a pu poser problème dans l’éditorial de M. Lalande. À son titre, il est clair qu’il devait y faire un parallèle entre le climat des années 30 (que les professeurs d’histoire comme M. Paty évoquent dans leurs cours sur la montée des fascismes dans l’entre-deux-guerres) et le climat actuel. Ce qui a donc dû faire débat, pour en conclure qu’il valait mieux censurer, c’est que l’islamisme soit assimilé à un fascisme. Je salue votre prise de position, si c’est bien celle-là, M. Lalande. Vous avez choisi de défendre votre point de vue jusqu’au bout, en décidant de partir. Ce qui est à la fois très honorable et bien regrettable, car on peut craindre que la place ne soit désormais laissée à ceux que vous rangez à gauche, mais une gauche « qui vole de chapelle identitaire en chapelle victimaire, sans pouvoir ne plus rien assumer d’autre discours collectif que le ‘nous sommes tous différents’. Cette gauche qui essentialise chacun et chacune. » Je souscris à cette analyse très juste et joliment écrite, à ceci près qu’il ne s’agit pas pour moi de « gauche ». Il est temps que la vraie gauche fasse le ménage (ce que M. Russier a fini par faire bien trop tard, et il en a payé le prix électoral) et retourne à ses fondamentaux : les luttes pour les libertés, l’égalité et la justice sociale, contre l’emprise de la religion sur la société, dans une perspective UNIVERSALISTE, à l’opposé de cette catégorisation et essentialisation que vous dénoncez et qui confine au communautarisme et à un post-colonialisme de petits-bourgeois qui, pour se trouver un combat, victimisent et infantilisent les opprimés dont ils s’érigent en porte-parole. Des pseudo-intellectuels qui n’ont pas connu la colonisation, qui ignorent et sapent les combats pour la liberté de conscience presque partout ailleurs dans le monde, à commencer par le monde arabo-musulman (je ne parle pas des minorités religieuses qui peuvent y vivre en sécurité, et encore… mais bien d’Arabes qui sont essentialisés comme musulmans et ne peuvent dire qu’ils ne croient pas en Dieu, sous peine, au mieux, d’ostracisation dans la société, au pire, de persécution) et, trahison ultime pour des gens qui se disent de gauche, valident les grilles de lecture racialisantes des Zemmour et autres théoriciens d’extrême-droite et accréditent leurs thèses sur la repentance. Mais pas besoin d’aller chercher des combats sous d’autres tropiques. La ligne de front passe ici, à Saint-Denis. Alors bravo, M. Lalande, pour votre dénonciation courageuse du totalitarisme islamiste et de ses collabo qui ne sont, tout au plus, qu’une dégénérescence « gauchiste ». Si la lassitude de M. Lalande est bien compréhensible, espérons qu’au sein de la rédaction demeurent des consciences éclairées qui joueront le rôle de garde-fou et n’abandonneront pas les Dionysiens au milieu du gué.
Je souhaite recevoir par mail l’édito de Yan Lalande qui n’a pas été publié... Merci
Bonjour. Respect immense pour votre décision. Mais pourquoi ne pas publier cette tribune litigieuse ? Si vous l'acceptez, je souhaiterais au moins pouvoir la lire par mail. Merci d'avance et bonne continuation. Très cordialement. M.L.
@Mathieu, merci pour votre message. Je me suis expliqué sur la non publication de cette tribune. Je ne souhaite pas déroger au principe de validation collective qui avait toujours prévalu jusque là au sein de la rédaction concernant les éditoriaux, considérant que mon petit avis personnel importe assez peu et que c’est de réaffirmations collectives dont a besoin la société française. Je vous ai fait suivre le texte non paru par mail, comme à chaque fois qu'on me l'a demandé. Cordialement Yann Lalande
Bonjour, J'aimerais recevoir votre édito.. Merci d'avance et bon courage.
Bonjour. J'ai lu l'édito et il aurait fallu le publier. Pendant des années, la ville avec la complicité de certains élus, a été le terreau de certains islamistes notoires. Il ne faut pas s'étonner ensuite que la ville et ses habitants soient victimes de la facho sphère. Car à force de vivre en vase clos, de se féliciter que Saint Denis et la ville pour tous, sans régles, un peu en dehors de la république, la ville s'est marginalisé. Une fois que cela a été dit, il faut des responsables et des coupables. Et ces coupables, ce sont Patrick Braouezec et Didier Paillard. Car les communistes, les vrais, ne sont plus retrouvés dans cette dérive et ont pour beaucoup quitter la ville quand ils le pouvaient. Quand on donne autant d'importance à Madjid Messaoudène, qui en roue libre, il y a des conséquences néfastes. Laurent Russier s'est réveillé trop tard. Il aurait du dés sa prise de fonction être clairement dans la rupture des années passés. Mais l'ombre des deux bretons était vraiment trop présente. Ils sont loin de tous cela maintenant. Ils doivent passer la retraite au calme... loin du béton et de la crasse. Toute acte a ses conséquences. Le plus important est de les assumer.
Cher Azzedine, Vous oubliez Stéphane Peu qui maintenant considère que le seul candidat de la gauche est J L Mélenchon. Ce Stéphane il est prêt à tout pour gagner des voix y compris avec une personne indigéniste qui à toujours soutenu Bally Bagayoko et Messaoudène. Pauvre Saint-Denis.
Je vous remercie d’avance Mr Lalande de m’envoyer votre édito. J’apprends que Mr Lagarrigue ne travaillera plus avec le JSD (cf. Lettre à mon ancienne rédaction). Je vais vous lire et me faire mon avis. Bonne route à vous deux.
La France subit une colonisation massive, elle craque de partout, petit à petit, et c'est parfaitement mérité du fait de l'Histoire. On va gagné !
@Azzedine. Le JSD a été un thème de la campagne des municipales... Le nouveau maire élu, Mathieu Hanotin, avait clairement énoncé lors de cette campagne qu’en cas de dysfonctionnements, il serait contraint d’arbitrer ... hors la démission du rédacteur en chef + la démission d’un autre collaborateur du JSD (Benoît Garrigue) constituent deux événements graves ... Hanotin doit agir.
Bonjour, je serais également intéressée par l'édito qui n'a pas pu paraitre. Bien à vous
@Medhi . Hou j’ai peur ! (Coucou le troll)
Bonjour, merci d'avance de bien vouloir me faire parvenir par email votre édito. Bien à vous.
Bonjour Monsieur, J'approuve votre courage. Vous ne courbez pas l'échine. Bravo. J'ai assisté aux rassemblent qui a eu lieu en hommage à Samule Paty, Place de la République et le soir à Conflans. Cet assassinat devrait provoquer un tournant politique face à l'islam. Je vous remercie d'avoir la gentillesse de m'adresser votre éditorial. Je suis abonnée au JDD. Bon courage à vous et je vous souhaite un bel avenir Mathilda.
Très très intéressée par la lecture de cet édito qui a subit la censure de la presse crie à la liberté de la presse et sanctionne. Ce que je trouve déplorable c'est que vous en arriviez à démissionner de votre poste alors que ce sont justement les censeurs qui n'ont rien à faire dans le milieu de la presse. Bonne continuation pour la suite et vous souhaitant de trouver un nouveau poste qui respecte et défende la liberté d'expression et la liberté de la presse et surtout corresponde à vos valeurs.
bonjour Mr Lalande, merci de me faire parvenir votre éditorial et une fois encore bravo pour votre courage.
Monsieur Lalande, votre dernier édito m'a tellement marquée que je l'ai fait lire à mes enfants lycéens et diffusé auprès de mes collègues (dans la presse aussi). Bravo, pour vos positions réfléchies dans un monde où l'hystérie prend le pas sur la réflexion, et pour votre courage de les assumer au nom de la liberté de conscience. Continuez ! Je suis moi aussi désireuse de lire l'édito censuré sur l'esprit munichois et vous remercie de bien vouloir me l'envoyer.
Voulez-vous me faire parvenir l'éditorial en question. En vous remerciant d'avance
Bonjour, J'aimerais également être destinataire de votre édito si cela est possible. Je vous remercie
Triste de voir la vérité fuir devant l imposture des postures qui nous mènent vers le pire. Ne pas voir la réalité c est creuser la tombe du vivre ensemble mais plus encore de la démocratie... La gauche n est plus reconnaissable, elle a perdu ses valeurs qui ont donné tant d espoirs à ceux qui ont quitté le désespoir... Je serais très heureuse de lire votre éditorial. Votre démission servira j espère à mettre en lumière ces ténèbres qui tapissent un peu partout les coins et recoins de la République... Bon vent
Bonjour, je souhaiterais recevoir votre article Merci d'avance Salutations distinguées
D'après le journal Le Monde du 5 juin 2020 le stock d'uranium enrichi de l'Iran atteint 1571 kilogrammes. Le Président Trump propose de détruire un site nucléaire iranien. L'esprit munichois consiste à laisser l'Iran accumuler l'uranium enrichi, en n'intervenant pas, en refusant la proposition du Président Trump, en rassurant l'opinion publique avec l'accord du 14 juillet 2015 sur le nucléaire iranien, comme le 30 septembre 1938 Neville Chamberlain brandissait les accords de Munich à la foule à l'aérodrome d'Heston. Les dirigeants iraniens se contrefoutent de l'accord du 14 juillet 2015 comme Hitler disait à Ribbentrop qui lui reprochait de l'avoir signé "ce morceau de papier n'a absolument aucune valeur."
J'ai bien lu ds le jSD "l'édito auquel vous avez echappé"-- j'ai cherché sur internet à votre nom - je trouve que votre démission est courageuse et éclairante (jusqu'a Saint Denis) ou il faut mettre les points sur les "i" et les barres sur les "t" puisque presque tt finit par se diluer....MERCI de me transmettre votre article (c'est en ouvrant le.lien de Charlie que je pensais l 'y trouver)-- une habitante de Saint Denis
Bonjour, Pourriez-vous m'envoyer cet édito s'il vous plaît ? Merci !
Bonjour Monsieur Lalande, Je découvre votre "aventure" via l'article publié par Charlie Hebdo (je n'habite pas dans votre ville). Les quelques extraits de votre édito publiés dans cet article me donnent envie de le lire en son entier. Pourriez-vous SVP m'en adresser une copie ? Permettez-moi de saluer votre rectitude et votre intransigeance. Ce sont deux qualités qui manquent cruellement par moment, notamment dans les sujets comme celui-ci, la nécessaire lutte contre l’islamisme (sous toutes ses formes et sous tous ses noms) et contre son outil, son instrument, son excroissance meurtrière, le terrorisme. Très cordialement
Bonjour, C'est grâce à mon hebdo préféré à vie, Charlie, que j'ai découvert avec consternation cette affaire. C'est encore un chapitre angoissant de cette emprise de la compromission et la lâcheté les plus impardonnables qui soient avec le totalitarisme qui vient : le fascisme islamique. En tout état de cause, votre démarche, votre droiture et votre intelligence au milieu de cette indigence intellectuelle vous honore. Je vous souhaite la plus belle continuation qui soit. Et j'espère de toute mon âme qu'il reste encore dans ce magnifique pays qu'est la France d'autres honnêtes et valeureux êtres tels que vous.
Je ne vous connais pas Monsieur Lalande et n'ai jamais lu le JSD. Vous avez ici tout mon soutien et et toute mon admiration quant à toute votre personne, ce que j'ai si peu lu de vous ( seulement ce soir et re-publié dans Charlie ), ainsi que votre dernière action SANS COMPROMIS. J'aimerais s'il vous plaît recevoir votre édito "De l'esprit munichois" et vous en remercie infiniment. Je regrette n'avoir pas eu accès à "votre" journal... Cravan.
Cher M. Lalande, je ne connaissais pas votre journal, n'étant pas de la région. Mais la presse nationale parle désormais de vous. DE GRÂCE, publiez cet éditorial, sinon les islamistes auront gagné. Cordialement
Mehdi (16 novembre), vous parlez de la colonisation et de l'esclavage arabo-musulman qui a eu cours pendant 1300 ans? Les arabos-musulmans qui ont réduit des Africains noirs en esclavage ?
Bonjour, Difficile de réussir à passer un commentaire qui ne va pas dans le bon sens, on dirait Je disais donc que dans le Munich de l'époque, le parti au pouvoir avait débuté en étant "socialiste", on a vu comment ça s'est passé. Dans notre pays, ce ne sera pas les totalitarismes, religieux ou pas, qui auront détruit la démocratie, ce sera le manque évident de courage de ceux qui prétendent la défendre en faisant ce qui devrait être de l'information
Bonjour, j’aimerais lire cet édito qui n’a pas été publié.
Après lecture des articles sur le sujet parus dans Charlie Hebdo et dans Marianne…où l’on apprend que sur 9 journalistes, la ligne « identitaire » du JSD serait composée de 3 ou 4 membres … avec un membre ayant le statut « de fait » de rédacteur en chef bis représentant cette ligne identitaire au sein du journal … il est évident que le JSD ne peut plus continuer comme si rien ne s’était passé … surtout après la démission de Yann Lalande et Benoit Garrigue … Mathieu Hanotin il y a urgence à agir !!! Nos impôts ne sont pas faits pour faire la promotion de la gauche identitaire.
Ci-joint un article dans Charlie Hebdo = Au Journal de Saint-Denis, la censure vient de l’intérieur. // https://charliehebdo.fr/2020/11/societe/au-journal-de-saint-denis-la-censure-vient-de-linterieur/
Article dans Marianne = Le directeur du "Journal de Saint-Denis" démissionne et dénonce la gauche identitaire. // https://www.marianne.net/societe/medias/le-directeur-du-journal-de-saint-denis-demissionne-et-denonce-la-gauche-identitaire
Bonjour M. Lalande, il en faut du courage pour réagir de cette éminente façon. Vos contempteurs doivent savoir que le mépris c’est vis-à-vis d’eux qu’il s’exprime, et avec force. L’Histoire retiendra d’un qu’ils se sont couchés devant une idéologie aussi mortifère que nauséabonde ; à moins qu’ils n’en soient de sinistres partisans. Vous, Monsieur, êtes digne de votre métier et de vos idéaux.
Soutien Monsieur.Soutien absolu, sans faille ni hésitation. On manque de gens comme vous. Merci d'être là, de veiller, de sonner l'alarme, de résister. Fraternel soutien républicain.
BRAVO !!! Mais il est des plus regrettables que vous deviez laisser la place (et la plume) à ceux que vous critiquez dans les termes suivants, à la parfaite justesse : « Cette gauche et sa collection de "cheveux à couper en quatre", minée par son individualisme forcené. Cette gauche qui vole de chapelle identitaire en chapelle victimaire, sans pouvoir ne plus rien assumer d'autre discours collectif que le "nous sommes tous différents". Cette gauche enfin qui essentialise chacun et chacune. »
Je souhaite recevoir l'édito, merci d'avance.
Bonjour, après avoir lu l'article de Marianne, je souhaite lire votre texte même si je suis éloignée de votre ville... Bon courage

Pages