À la une En ville

Au coin de la Une
/ L’édito auquel vous avez échappé

Suite à l’assassinat de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie par un terroriste islamiste le 16 octobre vous auriez dû lire dans ce même « Coin de la Une » le 28 octobre, un éditorial intitulé « De l’esprit munichois » (1). 

Les éditos du JSD, s’ils sont écrits par le rédacteur en chef, font toujours l’objet d’une validation collective des autres membres de la rédaction. Le texte en question n’a pas été validé par certains journalistes. Entendons-nous bien, il ne s’agissait pas de remarques sémantiques marginales. Les propositions d’édito font presque toujours l’objet d’ajustements et celui-ci ne faisait pas exception. On parle ici d’un désaccord de fond sur un sujet fondamental. Attaché au principe de validation de groupe et parce que, plus que jamais, la réponse au défi posé par l’islamisme doit être collective, j’ai fait le choix de ne pas faire paraître l’éditorial initialement préparé.

La différence profonde de perception de la société française qui s’est manifestée à cette occasion, s’était déjà fait jour à plusieurs reprises au sein de la rédaction du JSD. Nous avons essayé d’en tirer les conséquences collectivement mais aucune réponse satisfaisante n’est apparue. Je quitterai donc mes fonctions de directeur de la rédaction dans les prochaines semaines. 

C’est une décision lourde de sens à titre personnel comme pour le titre dont j’ai la responsabilité éditoriale. Mais arrive un moment où il faut poser des actes. Reprendre sa liberté n’est pas fuir. Je n’entends simplement plus cautionner certaines idées ou certains comportements et refuse de mettre la poussière sous le tapis.

Considérant qu’un journal d’information locale ne doit pas être le reflet des seules inclinations de son directeur, mais l’expression des différentes sensibilités des membres de sa rédaction, j’ai souhaité pendant les trois années passées à la direction de la rédaction du JSD avoir l’approche la plus pluraliste possible. Bien des articles parus dans ces pages, je ne les aurais pas écrits, ou pas comme ça. Le paradoxe de l’époque fait qu’au JSD, sur certains sujets, la censure ne vient pas de l’extérieur mais de l’intérieur. Elle est le fait de cettegauche qui passe son temps à dire ce qu'il ne faut pas faire, ou ce qu'il ne faut pas dire plutôt qu’agir. Cette gauche et sa collection de "cheveux à couper en quatre", minée par son individualisme forcené. Cette gauche qui vole de chapelle identitaire en chapelle victimaire, sans pouvoir ne plus rien assumer d'autre discours collectif que le "nous sommes tous différents". Cette gauche enfin qui essentialise chacun et chacune.

Le JSD est le journal de tous les Dyonisiens. Certains semblent avoir du mal à le comprendre.

Pour ma part, ce fut un immense plaisir et un grand honneur de tenter de vous informer de la façon la plus honnête possible, dans les limites du genre. Nous n’y sommes pas toujours parvenus, mais au moins avons-nous essayé. J’en profite pour remercier tous ceux qui ces derniers jours m’ont témoigné chaleureusement leur soutien. Un dernier petit mot pour mes contempteurs préférés : c’est le moment de vous commander un nouveau punching-ball pour noël ! 

Yann Lalande, directeur de la rédaction

(1)   Je le tiens à disposition pour ceux qui le souhaite

Réactions

Je ne vous connais pas Monsieur Lalande, mais j'ai pu apprécier au fil du temps votre honnêteté et votre attachement à la pluralité. Visiblement, ce n'est pas le cas de tout le monde à la rédaction du JSD ce qui est bien dommage, cet hebdomadaire n'étant pas un journal d'opinion. Votre choix vous honore, je vous souhaite bon vent pour votre avenir. Pourriez vous m'envoyer votre édito censuré ou m'indiquer la marche à suivre pour l'obtenir ? Bien cordialement.
L'esprit munichois consiste à faire croire qu'il y a la paix alors qu'il y a la guerre. Le professeur d’histoire-géographie Samuel Paty a été assassiné à cause de l'esprit munichois (indirectement).
La rédaction du JSD s'honorerait à mettre l'édito de M. Yann Lalande en ligne. A défaut elle perdra au moins un lecteur et un soutien, moi.
Je suis abasourdie par votre décision, mais elle révèle un sens éthique et honorable au sens shakespearien bien rare de nos jours, qu'il faut saluer, elle révèle aussi une forme de main-mise par certains sur la communication concernant notre ville, de mon point de vue les mêmes qui citent Orwell à tour de bras, utilisent sans vergogne les outils de Big Brother... Bref Déçue je suis , j'espère de tout mon coeur que vous trouverez de quoi rebondir et que votre sagacité pourra s'exprimer en toute objectivité. Même question que les commentaires précédents ... je veux lire cet article que nous n'avons pas pu lire... Où? Quand? Comment?
Merci yann lalande pour ce texte courageux. Oui volontiers pour votre edito.
@Louise et @unjour à l'autre, je vais vous faire suivre par mail le texte en question comme à chaque fois qu'on me le demande. En revanche je ne reviendrai pas sur le choix de ne pas faire paraître ce texte pour les raisons indiquées dans mon éditorial du numéro 1265. Cordialement Yann Lalande.
Je suis bousculée et consternée à la lecture des motifs que vous conduisent a prendre cette courageuse décision. Lire votre article dévient une nécessité, merci de m'indiquer le chemin pour le faire vivre, Bien a vous
Je remercie Yann Lalande de sa prise de position ds le conflit interne au JSD. A l'heure où Samuel Paty a payé de sa vie la liberté d'expression telle qu'elle est définie par la loi en France, cette liberté est plus que jamais à défendre.
Oui M. LALANDE, merci de me faire parvenir votre édito non paru JSD N°1265. Ensuite seulement je pourrai faire un commentaire sur ces changements ! SACHEZ QUE J'AI PRIS PLAISIR à lire votre hebdo ces dernières années ! merci
Bravo pour votre courage. Votre décision révèle cette maladie dont est atteinte la ville de Saint-Denis. Puisse t-elle ouvrir les yeux de celles et ceux qui refusent de se confronter aux réalités qui sont pourtant des évidences. Je suis preneur de votre édito. Bien à vous !
Très mauvaise nouvelle pour Saint-Denis et ses habitants. Nous avions pris goût à la touche d'objectivité que vous aviez introduit dans notre journal, nous avions découvert qu'il était possible d'aborder certains sujets jusqu'ici tabou. Effectivement, on pouvait voir la ligne indigéniste ressortir mais du moins on pouvait comparer et ce n'était pas la seule version de notre société proposée aux lecteurs. Après le départ de la mairie de tenants de la ligne indigéniste, on pouvait espérer voir le débat dionysien s'élever. Votre départ M. Lalande est un très mauvais signal. Avons-nous élu à la mairie des repreneurs de ce discours victimaire il est vrai apprécié chez à M. Hamon et Génération.S ? Avons-nous un espoir de voir notre ville porter les valeurs universelles, et républicaine, seul véritable espoir d'amélioration pour tous les habitants de notre ville ? Pour ces 3 années, merci Yann Lalande. Je vous souhaite une très belle continuation et nous espérons apprendre bientôt que votre acte courageux sera récompensé par un poste à la hauteur de vos attentes et valeurs journalistiques. PS : je veux bien votre édito
Je découvre qu’il y avait des tensions internes entre journalistes au JSD ... Je me souviens de l’article scandaleux de Linda Maziz sur le chien Tito ... tout le monde a encore aussi en mémoire les articles anti police tout aussi scandaleux d’Aziz Oguz ... sans oublier le maître incontesté en articles sulfureux : Sébastien Banse ! Pourtant Yann Lalande tous ces articles ont été publiés ! Que contenait votre édito pour être censuré par vos subalternes ? A chacun son libre arbitre ... mais moi je l’aurais publié. Je ne crois pas du tout à une divergence sémantique ... je crois à l’intimidation, à la pression ...
désolée de votre départ , mais vous pouvez être fier du travail accompli - j'ai aimé le pluralisme de ce journal, et la diversité des thèmes- j'avoue mon inculture qui m'a poussée à aller sur google pour voir la signification de l'esprit munichois- je ne suis pas plus avancée et je serais ravie d'avoir le texte de l'article - je vous souhaite très bonne route pour la suite et merci pour tout . je suis triste aussi et inquiète pour le devenir de ce journal
Mr Lalande, J'aimerai prendre connaissance de votre éditorial. Je pense comme un jour à l'autre que la rédaction du JSD s'honorerait à mettre votre édito ne serait-ce que sur le site du journal. Bien à vous
Bonjour, Je souhaiterais prendre connaissance de votre éditorial auto-censuré. Et regrette qu'il ne puisse pas faire l'objet d'une publication dans le JSD. Bien cordialement.
J'ai eu le plaisir de vous rencontrer et je connais votre honnêteté de penser. J'ai pris connaissance de votre édito et je vous rejoins par cet écrit complètement. Je trouve scandaleux et honteux que de telles méthodes existent au sein du JSD. J'ai rêvé que nous serions débarrassé des indigénistes dans cette ville mais je constate qu'il y en même au sein de votre direction qui est censé être un journal neutre ! A lire tous les soutiens qui je l'espère augmenteront cela prouve bien que votre professionnalisme était reconnu. Je vous souhaite une bonne continuation et une pleine réussite dans vos nouvelles fonctions. Cdt
Bonjour @Yann Lalande. Je vous aviez su donner une plus grande diversité d'opinions même si on a été souvent en désaccord, ce qui n'était pas vraiment le cas lors de l'époque de Dominique Sanchez. Une phrase vous honore "Elle est le fait de cette gauche qui passe son temps à dire ce qu'il ne faut pas faire, ou ce qu'il ne faut pas dire plutôt qu’agir". C'est cette gauche qui a longtemps été mortifère à Saint Denis, qui a refusé de voir la réalité de la ville en face. Bonne continuation à vous. Je vous souhaite de belles choses dans votre carrière.
Le 27 octobre 2020 Yann Lalande a écrit un éditorial «De l'esprit munichois» et l'a proposé en conférence de rédaction. Les membres de la rédaction du JSD avaient le choix entre publier ce texte de résistance à la barbarie et le déshonneur. Ils ont choisi le déshonneur et ils auront quand-même les prochains attentats islamistes. You were given the choice between war and dishonour. You chose dishonour and you will have war (de Winston Churchill à Neuville Chamberlain le 29 septembre 1938).
@edith. Votre lecture est la bonne ... il faut effectivement s’inquiéter que la ligne "indigéniste" soit largement majoritaire au sein de la rédaction du JSD au point de voir partir son rédacteur en chef. J’ai souvent dénoncé ici cette ligne indigéniste ... il est urgent que la nouvelle majorité s’inquiète elle-aussi de cette dérive ... N’oublions jamais que ce sont les dionysiens qui financent le JSD.
@Mourad, je me permets de rectifier. Les points de vue contraire à ma proposition d'éditorial n'étaient pas majoritaires au sein de la rédaction. Certains étaient en désaccord avec le contenu du texte, d'autres étaient plus indécis et d'autres enfin ont soutenu ma proposition d'éditorial. Pour le reste je vous rejoins, il n'est pas inutile de rappeler que le Journal de Saint-Denis est largement financé par une subvention publique. Cordialement Yann Lalande.
Yann bonjour Je veux ici témoigner et dire combien j'ai apprécié notre collaboration durant ces trois années. Je veux ici attester de ton professionnalisme éclairé et convaincu. Je veux ici dire combien tu es attaché au principe du collectif rédactionnel Je veux ici dire combien je regrette son départ, même si je comprends les raisons qui t'ont poussé à ne pas répondre positivement à mes sollicitations. Je sais que les qualités qui t'animent sont précieuses pour la presse écrite. Je te souhaite une longue et fructueuse carrière. A trés vite.
Sachant que nos impôts financent à hauteur de 800 000 euros (!!!) par an le JSD, on peut se poser la question de l'utilité de cette dépense en cette époque de crise économique... Si les indigénistes, decoloniaux et autres identitaires d'extrême gauche veulent faire un journal traitant de St Denis, qu'ils le financent avec leurs propres deniers !
Quelle tristesse pour Saint Denis de perdre un homme de courage. Elle en a pourtant bien besoin ! J’espère que le sursaut viendra et que les valeurs républicaines pourront reprendre une place qui n’aurait jamais dû être abandonnée. Et ne parlez pas de gauche car celles et ceux qui défendent l’islam politique, c’est à dire une ligne fasciste, ne sont pas de gauche. Être de gauche, c’est défendre l’émancipation, l’égalité, des valeurs contraires à l’islamisme politique.
Monsieur Lalande, Je comprends votre envie de démissionner mais, qui occupera votre poste? Quel avenir nous attends nous, les habitants/tes de Saint Denis? Notre ville, notre pays, notre démocratie, nos valeurs universelles sont en danger. Nous devons nous unir, et montrer haut et fort notre désaccord avec la politique de "notre" journal. Vous n'êtes pas seul Monsieur Lalande
Monsieur Yann Lalande, pourrai je avoir votre édito qui a été censuré par mail pour me faire juge de la future ambiance éditoriale du JSD après votre départ? En tout cas je déplore que vous n'aviez pas les mains libres en tant que rédacteur en chef durant ces 3 années. Il est vrai que j'avais observé que certains articles dans le JSD sentaient le souffre sous l'influence de certains journalistes issus d'une certaine gauche indigéniste et racialisée. Par votre démission, en tout cas c'est tout à votre honneur de privilégier votre intégrité personnelle au lieu de cautionner une ligne directrice qui ne vous convenait plus. J'espère que cette démission alarmera la nouvelle municipalité sur ces dérives sectaires actuelles dans le JSD.
Dionysien depuis trois mois, j'ai découvert le jsd très récemment. J'ai beaucoup aimé votre édition dessinée et j'apprécie plus généralement ce journal très local et de qualité. L'assassinat de Samuel Paty a soulevé beaucoup de questions et de malaises. Ceux-ci sont révélateurs et cruciaux mais je trouve difficile de se prononcer sur chacun. Je souhaiterai avoir votre édito original. Merci pour votre travail.
Bonsoir M. Lalande, à défaut d'avoir pu publier librement l'édito précédent, celui-ci est de qualité et fait preuve d'une grande lucidité sur la situation dyonisienne et sur l'état d'une partie de la gauche française. Je vous remercie du travail que vous avez fourni au JSD. Serait-il possible de me faire parvenir l'édito censuré, s'il vous plaît ? Je vous souhaite beaucoup de réussite dans la suite de votre carrière et d'être libre de l'entrave des censeurs minoritaires aux idées très personnelles. Bien cordialement, Q.
Je comprends mieux pourquoi rien n'avait été écrit dans le JSD, j'étais très perplexe et mal à l'aise. Une minute de silence a eu lieu devant la Mairie, avec la présence même fuyante des certains élus, C'était bien le minimum ! Et la liberté d'expression ?? que vos journalistes aillent voir ailleurs la réalité du monde. Je suppose que REPORTERS SANS FRONTIÈRES n'existe pas pour rien, faut il déjà regarder à sa porte. Mais la décapitation d'un être humain n'est pas suffisant? mais dans quel monde vit on? Ce courage vous honore mais c'est certainement pas à vous de partir !
j'entends autour de moi, de nombreux lecteurs se plaindre que nombre d'articles ne soient que propagande de l'ancienne équipe municipale. Le choix des dionysiens a été clair, ils n'en veulent plus ! Et si les directeurs de pensée et autres "élites" intellectuelles s'obstinent à l'ignorer, fermons ce journal pour en créer un autre plus neutre et respectueux des lecteurs. Bravo Mr Lalande pour votre courage !
Bonjour M. Lalande, je suisi également intéressé de recevoir l'edito. En vous remerciant.
Bonsoir, on avait bien vu par les articles, que l'extrême gauche avait pris le dessus. C'étais insupportable et désolant. La religion et la laïcité sont deux sujets tabous car tout le monde a peur de dire ou décrire la situation sur la ville. Cette gauche a alimenté le communautarisme juste pour son électorat et maintenant, elle est dépassé et n'arrive plus à gérer comme la paupérisation de la ville. Il nous faudra des années pour revenir à la normal. Pauvre ville. Je vous souhaite un autre avenir où vous pourrez ne plus être censuré par des idéologues qui d'ailleurs sont les plus dangereux pour les dionysiens.
Bonsoir Yann, je veux bien lire l'édito auquel j'ai échappé et qui t'a fait prendre cette décision. Cela doit être mûrement réfléchi et je peux comprendre que la censure qui vient de l'intérieur n'est pas tenable au bout d'un moment. Merci pour toutes ces années au JSD dont j'ai apprécié la lecture. Un souvenir va me rester : c'est un jour de novembre 2018 où j'ai accepté de participer au premier facebook live (il me semble) sur la légalisation du cannabis. J'avais la "pétoche" car je préfère écrire que parler et j'ai surtout la phobie des caméras. Yslande m'avait rassurée en me disant que ce n'était quand même pas "C dans l'air" ... et que vous filmiez avec un portable... Bravo pour l'humour de la dernière phrase de ton édito. Et en plus j'ai appris un mot que je ne connaissais pas "contempteur" (j'ai honte !). J'espère encore que tu vas revenir sur ta décision ... Si non, bonne continuation. Gisèle
Bonjour, N'étant habitant de St Denis et lecteur du JSD que depuis peu, je ne mesure pas forcément la teneur des échanges qui ont pu se tenir au sein de la rédaction, mais je suis intéressé par cet édito, pour mon information. En tout cas, je suis chaque semaine heureux de recevoir le JSD ainsi que de lire votre site. En espérant que cela continue, même si malheureusement sans vous. Valentin
Pseudo « Furet du Nord » Merci Yann Lalande pour votre courage. A vous l’honneur ! Si « la diversité des opinions » ouvre la porte à la mort de ceux qui ont l’intelligence du cœur, alors cette expression est dévoyée. Elle ne dit ni d’où elle vient ni où elle va, elle se dissimule sous de faux semblants, et à traîner n’importe où, elle est devenue voyoute. Il y a des moments, où quand on est responsable, il faut être unanime , quitte à se séparer des hochets idéologiques.` A trop finasser, la tolérance du quant à soi ou l’esthétique de la « bien- pensance » peinent à cacher la collaboration . Yann Lalande, vous avez choisi et vous n’avez pas été suivi. Vos contempteurs qui sont aussi vos censeurs devront se rappeler qu’ils sont au service de leurs lecteurs, de leur cœur et de leur intelligence. J’ose émettre une suggestion qui s’adresse à l’équipe de rédaction future, puisqu’elle a déjà perdu l’un de ses meilleurs joueurs, afin de ne pas jouer en confinement, pourquoi n’ouvrirait-elle pas une tribune des lecteurs ? En attendant de recevoir votre édito« L’esprit de Munich » Je vous remercie Yann Lalande et vous souhaite bonne chance !.
Bonjour. Au nom de la liberté d expression, est il possible que le jsd publie cet edito. Si la censure reste la nouvelle ligne editoriale, il faudra créer un autre journal libre à Saint Denis.
« Ne pas nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde » disait Camus. Vous avez voulu rester fidèle à cet esprit : je salue votre courage politique. Du courage, il vous en faudra car vous ne tarderez pas à connaître le sort de ceux qui ne pensent pas « correctement » ! Nous verrons quels sont les personnalités et les militants de gauche de cette ville qui vous soutiendront . Arnaud
Quel est cet édito non publié par la rédaction et pourquoi ne l'a-t-il pas été? J'aimerai lire votre article pour essayer de comprendre. Pourriez-vous me l'envoyer? En tout cas, votre décision vous honore. C'est courageux et responsable d'aller au bout de ses convictions.
Je ne connais pas le texte en question ni Yann Lalande Mais qu un journaliste qui fait le choix de partir plutôt que de renoncer à sa liberté que ce soit ici ou ailleurs aura toujours ma sympathie Ceci dit en passant certains reprochaient au jsd d être soumis à la municipalité et c est sous la nouvelle qu ils doivent faire preuve de leur indépendance ! L Histoire avec un grand H est toujours ironique
Cher Yann Lalande, rien n'est plus précieux que la liberté de parole et de conscience. Je salue votre courage, votre professionnalisme et votre hauteur de vue. Je lirais bien volontiers votre éditorial. Je suis persuadé que Saint Denis sortira bientôt des ténèbres. Pour ses habitants, sa jeunesse, Changeons Saint-Denis.
Bonjour, j'aimerais bien pouvoir recevoir également si possible l'édito non publié. Bonne continuation !
Bonsoir Comme les autres (rarement vu autant de commentaires sur un sujet !) je veux bien recevoir une copie de l'édito, mais surtout connaitre les points qui étaient considérés comme inacceptable par les autres membres de la rédaction. Sinon, l'article initial sera lu mais l'édito de ce jour ne sera pas vraiment compréhensible. Par ailleurs, voici une remarque personnelle que j'applique depuis des années : ce n'est pas en descendant d'une voiture qui roule qu'on peut en modifier la trajectoire. En clair, quitter le navire quand on se sent moins légitime laisse la place libre aux autres dont vous pensez qu'ils ne sont pas honnêtes dans leurs écrits (j'imagine). Ca fait prendre des coups et ça rend la vie moins facile. Mais cela permet de rester droit dans ses bottes et de pouvoir se regarder en face dans sa glace. Ne rien lacher et rester en poste est la meilleure solution. Quitte à publier un JSD avec des pavés blancs en cas de désaccord. Ou de publier deux articles cote à cote si besoin. Dans tous les cas et quelques soient nos points de désaccords (oui, on se connait), bon courage.
Monsieur Lalande, je salue le courage de votre décision même si elle arrive tardivement après la dérive du journal depuis plusieurs années. Dérive dénoncée par nombre de commentateurs et qui l'a transformé en journal d'opinion partisane et extrême et qui ne reflétait pas la pluralité des opinions de notre ville. Je vous reconnais la volonté d'ouvrir le journal à d'autres sensibilités que celles d'extrême-gauche qui y avait cours. Mais votre démission montre que vous avez échoué. La nouvelle municipalité financeur en grande partie du journal pourra-t-elle parvenir à ouvrir ce journal ? A en faire un journal au service des dionysiens ? Un journal qui publierait toutes les informations et non celles qui arrangent la municipalité ou une tendance politique mais aussi qui laisserait des tribunes libres pour que tous les partis, syndicats et organisations de la ville puissent y donner leur vision des choses. Bonne chance Monsieur Lalande. Puisse votre talent s'exercer dans un meilleur contexte dans le futur.
La question de la pluralité me renvoi un écho, ce passage écrit par Gilles Deleuze et Félix Gattari P. 61 dans Mille plateaux, Editions de Minuit, 1980: "Il faut à chaque fois des correcteurs cérébraux qui défont les dualismes que nous n'avons pas voulu faire. Par Lesquels nous passons pour arriver à la formule magique que nous cherchons tous: Pluralisme= Monisme, en passant par tous les dualisme qui sont l'ennemi, mais l'ennemi nécessaire, le meuble que nous ne cessons de déplacer." Vous accepter de dire non, choisir la liberté c'est choisir de se regarder en face. Oui je souhaite lire votre édito et vous souhaite bonne route et bonne chance.
Votre décision est courageuse et honorable! On peut la comprendre, mais la regretter aussi. Pouvez vous me faire parvenir cet article par mail? Merci par avance.
Bonjour, j'aimerais bien pouvoir recevoir également si possible l'édito non publié.
Je suis plutôt à contre courant des contributions qui me précèdent ... Je vais prendre un exemple précis et récent qui illustre bien ma circonspection : l'article d'Aziz Oguz du 29 septembre 2020 ayant pour titre "Amine, déficient mental, violenté par la police". Cet Article a été publié et a donc été validé par le comité de rédaction. J'ai fait 2 commentaires sur cet article ... commentaire 1 : Mourad 30 septembre 2020 @ le JSD. Il faudrait rappeler à Monsieur Oguz que le JSD est un support municipal d’INFORMATIONS financé par le contribuable dionysien et non un journal de propagande d’ultra gauche. Mr Oguz est libre de diffuser sa propagande partiale sur les réseaux sociaux ... ce qu’il fait allègrement ... mais en ce qui concerne le JSD, il y a un cahier des charges stricte à respecter. Je me sens très "violenté" par une telle désinformation. Réponse de Yann Lalande : @Mourad, mettre en lumière une arrestation abusive et violente n'est ni de gauche, ni de droite. C'est salvateur pour la population comme pour sa police et cela répond donc au cahier des charges du JSD. Cordialement Yann Lalande. Commentaire 2 de Mourad :@yann.lalande. la sémantique comme tous les champs lexicaux utilisés dans cet article sont ceux de l’ultra gauche et vous le savez très bien. Cordialement Mourad !!! ...Ainsi, que l'édito de Yann Lalande ait pu ne pas recevoir l'assentiment du comité de rédaction alors que l'article d'Aziz Oguz a été validé par le même comité, démontre amplement la dérive de ce comité de rédaction et nécessite une reprise en mains en urgence !
Bonjour, M. Lalande, pourriez-vous m'envoyer l'édito que vous n'avez pas publié ? Merci et bien cordialement
Merci Monsieur Lalande pour le travail que vous avez effectué avec professionnalisme et éthique. J'espère que le JSD continuera d'être un journal agréable et intéressant, si différent des bulletins locaux que j'ai eu l'occasion de feuilleter au cours de mes voyages en France. Pouvez-vous m'envoyer SVP l'éditorial que vous n'avez pas publié.
Cher Yann Lalande, ce qui transparaît des motifs de votre décision inquiète et désole profondément. Je vous souhaite pour l'avenir des espaces de travail moins bornés. Nous avons à quelques amies lancé un magazine papier (payant), qui part du micro-local d'un quartier pour décrire les enjeux urbains. Si vous en étiez d'accord, je voudrais proposer à mes camarades de la rédaction de publier votre éditorial sur nos réseaux sociaux. Et si vous préfériez ne pas, à tout le moins, j'aimerais le lire. Vous en remerciant. Coline
Salut Yann, je comprends ta décision, elle est infiniment respectable. Comme toi, je pense que la liberté de conscience ne se demande pas, elle se prend et ta décision de mettre un terme à tes fonctions nous le rappelle à tous. Bakounine disait que "la liberté des autres étend la mienne à l'infini". Par ton geste, en exerçant par les actes ta liberté de conscience, tu contribues à ta manière exemplaire à maintenir au plus haut cette valeur fondamentale pour toutes et tous... bravo !

Pages

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur