Sports

Covid-19
/ JOP 2020 reportés pour Morante et Cassin

Le comité international olympique a conclu un accord mardi 24 mars avec le premier ministre japonais Shinzo Abe pour reporter le jeux olympiques et paralympiques en 2021. Le report de l'événement, initialement prévu pour cet été à Tokyo entraîne de nombreuses interrogations, à commencer par les athlètes qui devaient y participer comme les Dionysiens Allan Morante et Alexandre Cassin
Allan Morante qui s'était qualifié pour ses deuxième JO est dans l'expectative.
Allan Morante qui s'était qualifié pour ses deuxième JO est dans l'expectative.

Reporter ou ne pas reporter ? La question était dans l'air depuis quelques jours. Elle vient d’être prise par le comité international olympique (CIO) concernant la tenue des JO de Tokyo prévus du 24 juillet au 9 aout et suivi des jeux paralympiques du 25 aout au 6 septembre. Le premier ministre japonais Shinzo Abe a proposé mardi 24 mars un report d’un an au CIO qui a été contraint d'accepter. Le Canada et l'Australie avaient notamment annoncé leur intention de n'envoyer aucun athlète si la compétition était maintenue. L’événement sportif, qui continuera à s’appeler Tokyo 2020 devrait donc se dérouler en 2021. Aucune date n’a pour le moment été fixée.

 
« Les choses ne sont pas précises pour le moment, souligne Jean-Claude Molet, président du SDUS Tennis de table. Mais je pense que le report est la bonne décision. » Les champions n’ont pas échappé aux consignes nationales : eux aussi sont confinés. L’institut national du sport, de l’expertise et de la performance (INSEP), centre prestigieux où s’entrainent le pongiste dionysien Alexandre Cassin et le trampoliniste Allan Morante (La Dionysienne) a fermé ses portes lundi 16 mars pour une période minimale de 15 jours. « Chacun s’organise désormais comme il peut. La fédération de tennis de table et la direction technique nationale ont programmé des préparations physiques individuelles », détaille le président.
 

Lire aussi : Coronavirus, le sport dionysien en suspens

« Malheureusement je pratique un sport où les sensations sont prédominantes sur le reste, c’est le plus important mais on essaie de garder le physique, témoigne le médaillé de bronze européen Allan Morante. Le but de la préparation physique est de ne pas régresser en vue de la reprise. Après 15 jours d’arrêt il va me falloir au moins deux mois pour rattraper les sensations que j’avais mis en place. » Pour le champion de trampoline qualifié aux JOP 2020 le report est « bénéfique à tous les athlètes ». « On a perdu de précieux jours, regrette cependant le trampoliniste de 25 ans. Tout ce que j’ai fait en quatre mois est un peu gâché par cet arrêt forcé. »
Pour tromper le repos forcé, Allan Morante compte sur la kinesthésie pour affuter sa préparation mentale. « J’essaie de voir les mouvements et de ressentir les sensations qu’ils apportent intérieurement, explique le champion. On fait tous ça inconsciemment de base. C’est un outil très puissant, avec la kinesthésie je peux voir et ressentir. J’arrive a avoir la sensation de planer, de voler, ça m’aide à maintenir les sensations du réel. »
 

Lire aussi : Tennis de table, "le sport évolue dans toutes ses strates"

 
Pour Jean-Claude Molet le report de l'événement entraîne une modification du calendrier sportif. « Certains sportifs qui étaient sélectionnables ne le seront peut-être plus dans un an et inversement », détaille le président. Son joueur, Alexandre Cassin devait participer à la compétition par équipe de tennis de. table. Sera-t-il toujours en sélection à l'été 2021? Que va-t-il se passer pour les champions déjà sélectionnés en individuel au JOP 2020 comme Allan Morrante ? Pour l'instant aucune réponse ne peut être donnée. « Il faut attendre les directives du CIO », ajoute Jean-Claude Molet.
 
Le report des JOP 2020 interroge également sur l'avenir des JOP de Paris 2024. « Quelle incidence ce report va-t-il avoir ?», s'interroge le président du SDUS Tennis de table qui espère que son groupe Génération 2024 va pouvoir « poursuivre l'aventure ».
 
Olivia Kouassi