En ville

Rentrée
/ Joliot-Curie, une école-test

Ouvert durant toute la période du confinement, le groupe scolaire Joliot-Curie a accueilli une trentaine d’enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire. Une école-test à l’échelle dionysienne où l’improvisation, compensée par du « bon sens », a caractérisé les premières semaines de la quarantaine nationale.
Deux enfants se lavent les mains dans les toilettes de l'école Anatole-France.
Deux enfants se lavent les mains dans les toilettes de l'école Anatole-France.

« Au tout début nous n’avions ni masque, ni gel hydroalcoolique, ni gants », déclare Florine Odiaux, enseignante à Saint-Denis et syndiquée au SNUiPP. Comme une cinquantaine d’enseignants dionysiens, elle s’est portée volontaire pour accueillir notamment les enfants de personnels soignants. « Il y avait un roulement d’enseignants tous les deux jours », détaille-telle. Dans sa classe de petite section de maternelle, Florine Odiaux s’est vite rendu compte de l’impossibilité de faire respecter les gestes barrières à des enfants de 4 ans. « La distanciation sociale n’est pas du tout comprise à cet âge et c’est normal. Sans leurs copains et copines, et avec les enseignants qui tournent, c’était angoissant pour les enfants de venir dans ce contexte. Ils perdent leurs repères. Quand il y a des pleurs le matin, on ne peut pas les rassurer à un mètre de distance », détaille l’enseignante qui se dit soulagée que la mairie n’a pas rouvert les maternelles (1) le 18 mai.

LIRE AUSSI : Ècoles élementaires : une timide rentrée des classes

Pour la prof, le protocole sanitaire imposé par l’Éducation nationale, dont le projet a été diffusé dès le 29 avril, n’est « pas réaliste ». « C’est en demander beaucoup aux enfants, on fait porter sur leurs épaules beaucoup de responsabilités. » Une responsabilité sanitaire qui a également pesé sur les Atsem, ces agents territoriaux spécialisés dans les écoles maternelles. « À chaque fois qu’on touchait quelque chose, elles passaient derrière nous pour désinfecter. C’est un travail énorme, décrit Floriane. En maternelle, l’apprentissage se fait par le touché donc avait énormément de choses à nettoyer. Même lorsqu’il n’y a que six enfants dans une classe, comme c’était le cas à Joliot-Curie, les Atsem avaient le sentiment de ne pas pouvoir garantir les mesures d’hygiène imposées beaucoup trop strictes. »

Bien que forte de son expérience, l’enseignante, mobilisée dans le groupe scolaire Diez-Madigou, « attend de voir » comment la reprise du 18 mai va se passer. « C’est une nouvelle école, une nouvelle équipe, des nouveaux élèves. Même si j’ai l’expérience de Joliot-Curie, là on commence quelque chose d’inconnu. »

Olivia Kouassi

Seuls les fratries ou cas exceptionnels sont accueillis dans les maternelles de la ville depuis le 18 mai.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur