En ville

Inauguration du jardin Fatima-Bedar

17 octobre 1961: la commémoration d’hommage aux victimes de la meurtrière répression policière prendra cette année un caractère particulier.


Saint-Denis, depuis une quinzaine d’années, rend hommage aux Algériens assassinés par la police française le 17 octobre 1961 à Paris, mais aussi en banlieue comme dans le quartier Gare à proximité du canal. En 2007, le conseil municipal a donné le nom de place des Victimes-du-17-octobre-1961 au parvis est de la gare. Samedi 17 octobre, la commémoration se fera en deux temps et prendra un éclat particulier. Après la cérémonie traditionnelle à 11h sur l’esplanade, avec les discours du maire, du consul d’Algérie et de représentants d’association comme le Cercle de réflexion citoyen, les participants se rendront en cortège au niveau du 4, quai de Seine, dans le nouveau quartier Néaucité. Là, à 11h30, le jardin Fatima-Bedar sera inauguré. 

Ce square, financé par le groupe Brémond et réalisé en partenariat avec Plaine Commune, portera le nom de cette jeune fille de 15 ans qui avait vécu à Stains, puis à Aubervilliers, et qui étudiait à Saint-Denis quand son corps a été retrouvé dans le canal Saint-Denis. Le 17 octobre 1961, pour protester contre le couvre-feu frappant les Algériens, Fatima avait bravé l’interdit parental de manifester. C’est en 2012 que le choix de son nom a été arrêté après une consultation des Dionysiens visant à mettre en avant le rôle des femmes sur les plaques des rues de ce nouveau quartier. Pour l’inauguration, Djoudi Bedar, son frère de dix ans son cadet, sera évidemment présent. Didier Daeninckx, l’écrivain du célèbre Meurtre pour mémoire sera là aussi tout comme Patrick Karl, auteur et réalisateur de théâtre qui a écrit Octobre 61, j’ai vu un chien. Avec trois comédiens, il jouera des extraits de cette pièce qui traite l’histoire emblématique de cette enfant.

D.Sz

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur