Cultures

Les Grossiers de l’écran
/ Il vaut mieux en rire…

Ils sont ministre, député ou président de la République, et ont tenu des propos limites sur les demandeurs d’emploi ou les SDF. Le Mouvement national des chômeurs et précaires a remis ses prix des Grossiers de l’écran 2018 à la Belle Étoile, en compagnie des Jolie Môme.
Lors des Grossiers de l'écran, la compagnie Jolie Môme s’est prêtée au jeu et a animé la soirée avec des saynètes humoristiques mettant en scène les propos des quatre nominés.
Lors des Grossiers de l'écran, la compagnie Jolie Môme s’est prêtée au jeu et a animé la soirée avec des saynètes humoristiques mettant en scène les propos des quatre nominés.

Le public s’installe dans la salle et patiente avant le début de la cérémonie en sirotant un verre de Communard, une spécialité de la maison à base de vin rouge et de sirop de cassis. À l’extérieur, le froid tranche avec l’ambiance bon enfant et de franche camaraderie qui se propage au sein de l’assistance. Bientôt, seront annoncés les lauréats d’une remise de prix un peu particulière. La compagnie Jolie Môme accueillait jeudi 17 janvier dans son théâtre de la Belle Étoile la deuxième édition des Grossiers de l’écran. Une initiative du Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP), collectif créé en 1986 par Maurice Pagat, fondateur du premier Syndicat des chômeurs et figure de la lutte pour la défense des droits des sans-emploi.


User des codes du show-business

L’idée des Grossiers de l’écran, à l’instar des Y’a Bon Awards au sujet du racisme, est évidemment d’user des codes du show-business pour aborder des sujets graves tels que la précarité, le chômage, la pauvreté… Pour rendre tout ceci plus pétillant, la compagnie Jolie Môme s’est prêtée au jeu et a animé la soirée avec des saynètes humoristiques mettant en scène les propos des quatre nominés. Et il faut dire que le cru 2018 a tenu toutes ses promesses. Dans la catégorie palme de plomb et prix du public, était nominé Sylvain Maillard, député LREM, pour cette déclaration éblouissante de génie : « Pour la majorité des SDF qui dorment dans la rue, c’est leur choix ».

Député LREM lui aussi, Éric Alauzet était sélectionné pour cette sortie : « Les retraités d’aujourd’hui font partie d’une génération dorée ». La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, était citée pour sa brillante sortie sur Europe 1 en mars 2018 à propos du contrôle des demandeurs d’emploi que le gouvernement souhaite mettre en place : « Ce n’est pas du contrôle bureaucratique. Mais c’est humain ». Touchant.

Enfin, deux fois nominés pour les désormais classiques « On met un pognon de dingue dans les minima sociaux » et « Je traverse la rue et je vous trouve un emploi », Emmanuel Macron se retrouvait logiquement favori pour décrocher au moins une palme.
 

Et le grand vainqueur de la soirée est…

Sans surprise, la phrase sur les SDF de Sylvain Maillard a valu à son auteur le prix du public. Quant à Emmanuel Macron, son « parler vrai » a été récompensé d’une palme de plomb, largement méritée. Masques sur la tête, des invités ont incarné les deux lauréats sous les broncas du public et des « Macron démission » scandés par quelques gilets jaunes, actualité oblige. « Les Grossiers de l’écran sont l’occasion de faire une rétrospective des pires phrases sur les chômeurs et précaires prononcées par les hommes politiques. Mais cette soirée n’est pas seulement un florilège auquel on injecte un peu d’humour et de décalage. Le but est de déconstruire la pensée qui se cache derrière ces petites phrases », développe Antoine Yon, membre du MNCP et créateur de l’association Tandem un parrain pour l’emploi.

Les déclarations retenues ont chacune fait l’objet d’une courte vidéo (1) dans laquelle interviennent divers experts : conseillers de Pôle Emploi, représentants associatifs, syndicalistes, chercheurs et universitaires battent en brèche des raisonnements aussi aberrants que fallacieux prononcés par nos élites. « C’est toujours plus facile de s’attaquer aux plus faibles, ceux pour qui c’est plus compliqué de se défendre, en les tenant pour responsables de leur situation, constate-t-on au MNCP. Alors que le problème est structurel. »

La preuve par les chiffres ? En France, on dénombre 6 millions d’inscrits à Pôle Emploi pour 150 000 offres d’emploi vacantes. La fraude d’usagers de Pôle Emploi s’élève à 110 millions d’euros, quand la fraude fiscale des entreprises atteint les 7,8 milliards d’euros. Les dépenses sociales pour la lutte contre la pauvreté et l’exclusion ne représentent que 2% du PIB… Un pognon de dingue !

Maxime Longuet

(1) consultable sur www.mncp.fr

Réactions

Merci pour cet article qui reflète parfaitement l'esprit de cette soirée festive et qui souligne que derrière ces phrases blessantes, pour ceux de nos concitoyens qui sont dans une très grande précarité , des familles survivent dans des conditions indignes d'un pays qui se targue de faire parti des premières puissances économiques du monde.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur