À la une Cultures

Ecole Auvray-Nauroy
/ Ici, les élèves ne pensent qu'à jouer

Fondée en 2008 par Stéphane Auvray Nauroy, l’école éponyme a pour vocation la formation de l’acteur. Elle s’est installée à Saint-Denis il y a un peu plus d’un an.

« Dans cette école, il n’y a pas de méthode toute faite. On nous accompagne chacun pour faire éclore notre singularité », explique Sylvie Des Bois (28 ans), élève à l’école Auvray-Nauroy depuis trois ans. Créée en 2008, cette école de théâtre, installée à Saint-Denis depuis plus d’un an, a pour vocation la formation de l’acteur. Une phrase d’Émile Zola, souvent citée par son directeur, résume la philosophie de l’école : « Le théâtre n’existe pas, il y a des théâtres et je cherche le mien. » « Notre volonté est d’accompagner chacun et chacune de nos élèves, à la recherche de “son” théâtre, en développant vraiment leur créativité », souligne son directeur Stéphane Auvray-Nauroy (53 ans).

Auparavant, les cours étaient dispensés dans trois théâtres parisiens, le Théâtre de l’Étoile du nord, celui de Belleville et celui de la Bastille. « Nous avons décidé de nous installer ici, à Saint-Denis, dans un vaste lieu de 1000m2 que nous avons aménagé, parce que nous estimons qu’une école de théâtre doit absolument être ouverte sur la vie de la cité. »
 

Formation pour débutants et professionnels

Ce lieu de formation est également un lieu d’échanges culturels et artistiques. Trois compagnies dont celle de Jean-Michel Rabeux y sont implantées. « Être acteur est un choix plus qu’un métier. Nous croyons que l’acteur est un artiste à part entière, un être humain qui s’empare de sa vie pour la mettre au service des auteurs qu’il joue et des spectateurs qui se déplacent pour l’écouter », peut-on lire dans la brochure de présentation.

Aujourd’hui, 70 élèves fréquentent les cours, répartis en trois groupes tous niveaux confondus. La formation s’adresse aux acteurs débutants et professionnels, âgés au minimum de 18 ans. Elle se déroule sur une année (de septembre à juin), renouvelable deux fois. Ils sont astreints à 16 heures de cours obligatoires par semaine, plus leur travail personnel.
 

Art du mensonge qui dit la vérité

« La formation est professionnalisante », souligne son directeur qui enseigna pendant une dizaine d’années au cours Florent, et qui enseigne aujourd’hui encore, malgré un emploi du temps très chargé dans les conservatoires de région de Lyon, Grenoble, Nantes et Annecy. Mathieu Mullier-Griffiths (36 ans), après avoir suivi lui-même les cours dans cette école, en est devenu enseignant en interprétation, écriture et cinéma, tout en assurant une tâche de conseiller à la direction.

« Nous souhaitons raffermir les liens que nous avons déjà commencé à tisser avec la Ville, assure l’enseignant. Nous avons organisé un partenariat avec le lycée Paul-Éluard qui a donné naissance à une expo photos dans nos locaux. Cette année, nous reconduisons un atelier parents/enfants d’éveil au théâtre, un samedi par mois. » Sans oublier non plus la participation très remarquée d’une dizaine d’élèves au spectacle Les Emboîtés donné dans la basilique à l’occasion de la Fête de Saint-Denis début octobre. Des élèves qui à l’image de Sylvie Des Bois portent en eux le désir profond de se produire en spectacle. « Dès l’âge de 4 ans, j’ai fait de la danse, et je monte sur scène tous les ans. Quand on me demande quel est l’endroit où je me sens le plus chez moi, je réponds : dans les théâtres. C’est pour cela que j’ai envie d’être comédienne. »

Sylvie comme tous ses camarades de cours a travaillé ce trimestre sur un acte de création. Le thème imposé est le mensonge. Si le théâtre est un art du mensonge qui dit la vérité, les présentations qui seront données le 16 décembre prochain, au Théâtre de l’Étoile du nord, risquent d’être réjouissantes. « Je raconte l’histoire d’une fille qui se fait du cinéma. Ce qui m’intéresse c’est cette idée que l’on est soi-même une fiction pour l’autre. J’ai réalisé un montage à partir d’India Song de Marguerite Duras, Mulholland Drive de David Lynch et Small Town Boy de Falk Richter. Quatre garçons m’accompagnent pour des moments de danse. » Au théâtre, faut pas garder ces p’tites réserves, pas avoir peur de s’essouffler, comme dirait Valère Novarina. C’est ce à quoi s’attelle cette école.

Claude Bardavid

 

École Auvray-Nauroy, (10, boulevard Marcel-Sembat). Tél. : 0684992338. www.lecoleauvraynauroy.fr
 

Stage d’interprétation

L’école Auvray-Nauroy propose un stage « L’interprète : de l’écriture au jeu », dirigé par Stéphane Auvray-Nauroy et Mathieu Mullier-Griffiths. Il s’agit d’un atelier d’écriture et d’interprétation pour acteurs débutants ou professionnels qui désirent se confronter à l’exercice de l’écriture et interroger, par la pratique du plateau, les liens entre les différentes formes d’écriture et le jeu.

Chaque stagiaire travaillera sur un texte écrit par lui et sur un texte d’auteur qu’il, elle, apportera pour le premier jour du stage. Du 26 au 30décembre, de 13h à 19 h. Ouvert à tous. Tarif : 375 € (frais d’inscription compris) pour 30heures de formation. Infos sur Facebook : L’Ecole Auvray-Nauroy et bulletin d’inscription en ligne

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur