En ville

Conseil municipal
/ Hanotin déploie son plan sécuritaire

Jeudi 10 septembre, nouvelle majorité socialiste a notamment acté la création de 27 postes à la tranquillité publique. © Yann Mambert
Jeudi 10 septembre, nouvelle majorité socialiste a notamment acté la création de 27 postes à la tranquillité publique. © Yann Mambert

Jeudi 10 septembre, s’est tenu un conseil municipal spécial, « extraordinaire » selon le maire Mathieu Hanotin (PS), consacré à la sécurité. À l’issue d’une séance bouclée en moins de trois heures, la nouvelle majorité socialiste a acté la création de 27 postes à la tranquillité publique, dont 26 policiers municipaux supplémentaires, l’équipement en armes à feu et en flash-ball de ses effectifs, l’extension des horaires de nuit, la création d’une brigade canine ou encore celle d’un centre de supervision urbain avec à terme l’installation de nouvelles caméras. Dans l’hémicycle et en dehors de l’hôtel de ville, l’opposition, des associations et des syndicats ont dénoncé une « dérive sécuritaire ».

Fin du « laisser-aller »

Cette nouvelle politique est pleinement assumée par M. Hanotin. « Il y a une urgence absolue à agir », a prévenu d’emblée l’élu. Son mot d’ordre : « reconquérir l’espace public ». « Occupations illégitimes, nuisances sonore, comportements routiers dangereux, alcool, chicha sur la voie publique, étals sauvages, vente à la sauvette, deal, énumère-t-il. Toutes ces pratiques viennent mordre, empiéter notre vivre ensemble. » « Le laisser-faire, le laisser-aller, l’abandon, le tout est permis à Saint-Denis, qui existait jusqu’ici, n’a plus lieu d’être », a justifié l’ancien directeur de campagne de Benoît Hamon à la présidentielle de 2017.

Se posant en garant de « l’ordre républicain », le socialiste s’est défendu de tout procès en « autoritarisme ». « La gauche a trop souvent mis de côté la question [de la sécurité] laissant le terrain à la droite et aux extrêmes. Pour ma part, je suis pour une gauche qui se confronte à la réalité », a-t-il assumé. Selon lui, c’est « la condition sine qua non » pour faire de Saint-Denis une ville « sociale, écologique et équilibrée ».

LIRE AUSSI : Faut-il légaliser ou non le cannabis ?

Pour enfoncer le clou, la majorité a adopté un vœu pour que la Ville se porte candidate à l’extension des compétences de la police municipale (PM), proposée en juillet dernier par le Premier ministre Jean Castex. Cela permettrait à la PM « dans un avenir proche »  de lutter contre « les vrais problèmes vécus à Saint-Denis, en particulier sur la question de la lutte contre le trafic de drogue » avec la possibilité, par exemple, de verbaliser les consommateurs, a avancé l’édile socialiste.

Pour l’ancien maire Laurent Russier (PCF), désormais dans l’opposition, son successeur répond « aux sirènes du tout sécuritaire ». Ce paquet de mesures « vise en fait à transformer la police municipale en seconde police d’intervention, qui se substituerait bien souvent à la police nationale, mais sans avoir – et c’est là où il y tromperie – les liens avec le parquet », critique-t-il. D’après lui, cette politique accompagne le « désengagement » de l’État.

Pas de chiffrage budgétaire

D’une manière générale, l’opposition a souligné à plusieurs reprises l’absence de chiffrage budgétaire des délibérations sur la sécurité, que le maire a promis de présenter lors d’un prochain conseil municipal en octobre. Ce conseil s’apparente plus « à une séance de communication », a fustigé Laurent Russier. L’opposition a tiré à boulets rouges sur l’équipement de la police municipale en armes létales. « Des armes qui tuent », a insisté l’élue Zaïa Boughilas (EELV). Elles ne serviront pas « seulement à dissuader », a-t-elle lancé à Nathalie Voralek, maire adjointe à la tranquillité publique. Cette dernière a souligné que « 53% des policiers municipaux en France sont équipés d’une arme de poing », arguant que l’usage que de ces armes sera extrêmement réglementée.

Ce qui n’a pas convaincu Me. Boughilas qui refuse de donner « le droit de vie et de mort » aux policiers municipaux. « La police nationale est équipée de ces armes et on a pu observer que cela ne dissuadait en rien les actes délictueux », a-t-elle argumenté.

Sophie Rigard (Place Publique) a démonté cette « escalade » de l’armement. « En quoi un pistolet 9mm ou un flash-ball sera utile à un policier municipal face aux incivilités ? À un attroupement bruyant ? Un regroupement de personnes alcoolisées ? [Contre] les vendeurs à la sauvette ? Les dépôts sauvages ? Ce n’est pas sérieux », a fustigé la jeune élue. Selon elle, cela va surtout « accentuer les tensions » avec la population. Elle s’est étonnée que M. Hanotin oublie de prendre en compte les dérives et les bavures des forces de l’ordre. « On a l’impression que les violences policières, c’est partout en France, sauf à Saint-Denis [comme] le nuage de Tchernobyl », a-t-elle ironisé.

« Politique de faits divers »

L’opposition a aussi demandé des précisions sur le flash-ball, dont la mention a été supprimée dans le rapport final sur l’armement présenté au conseil municipal. Un rétropédalage que le maire a eu du mal à expliquer. « Je ne souhaite pas exclure la possibilité d’avoir recours un jour effectivement à l’usage du flash-ball », a finalement concédé M. Hanotin. Il a justifié l’armement létal en avançant la multiplication de situations dangereuses auxquelles doivent faire face les policiers. « J’aimerais vivre dans un monde sans armes, mais force est de constater que ce n’est pas une réalité », a-t-il expliqué, en ajoutant : « Je l’assume : la police doit protéger les innocents. »

Pour l’élu David Proult (PCF), cela illustre la « contradiction » de M. Hanotin entre « [ses] discours et [ses] actes. Vous dites “je ne suis pas pour les armes, mais j’arme la police municipale. […] Je suis pour une sécurité équilibrée mais je ne présente que des délibérations qui arment et qui renforcent les moyens sécuritaires. Je ne souhaite pas le flash-ball, mais je vous demande de l’autoriser” », a raillé l’élu, fustigeant cette position du « je ne suis pas pour mais ».

Plus offensive, Sophie Rigard a accusé le maire socialiste de « faire de la politique de faits divers ». « Vous alimentez la peur pour rendre populaires vos mesures, s’est-elle indignée. Vous avez été élu avec les voix de la droite. Et ça se voit. Ce n’est pas parce que la droite à Saint-Denis est moribonde qu’il faut utiliser ses ressorts », a-t-elle lancé à M. Hanotin. Goguenard, le socialiste a répondu qu’il ne rappellera pas les résultats des élections municipales où – sur fond d’abstention record – il a été largement élu avec 59% des voix.

Aziz Oguz

 

Armement de la police : une « dérive » dénoncée par les opposants

Ils ne veulent pas de la nouvelle police municipale (PM) promue par Mathieu Hanotin. Ce 10 septembre, environ 200 personnes ont protesté contre « la dérive sécuritaire » du nouveau maire socialiste, à l’appel de plusieurs syndicats, associations et partis politiques locaux, allant de Sud-Solidaires à la CGT, du Mouvement pour la paix et contre le racisme à la Ligue des droits de l’homme en passant par le Parti communiste, le NPA et la France insoumise. C’est une logique « électoraliste » et « dangereuse », dénonce Simon Duteil, professeur d’histoire-géo et militant à Sud-Solidaires.

« On sait bien qu’on est dans une ville difficile. Mais ce n’est pas en armant la police municipale que l’on va régler les problèmes. On a besoin de plus de présence humaine, d’éducateurs, de services publics, etc. », regrette-t-il. « Ce qui est terrible, c’est d’attaquer un mandat de cette manière pour un maire soi-disant de gauche. Les mesures sont dignes de Gérald Darmanin [l’actuel ministre de l’Intérieur], voire de l’extrême droite », s’indigne Jean-Jacques Clément, bénévole à Solidarité Migrants Wilson. Pour Marie Huiban, militante du Droit au logement, cette « escalade sécuritaire » va s’abattre « toujours sur les mêmes : les sans-papiers, les sans-abri, les habitants des quartiers. Le maire devrait avoir d’autres urgences comme celle de réquisitionner des logements vides », déplore t-elle.

Pour le député insoumis Éric Coquerel, M. Hanotin prend « des mesures de droite pour nourrir un électorat de droite qu’il l’a élu ». Il critique cette politique de « surarmement » qui éloigne la police municipale de ses missions de prévention. Une décision « scandaleuse » et « inefficace », selon lui.

AO.

 

 

Réactions

Hanotin a dit ce qu’il allait faire lors de la campagne ... et maintenant il fait ce qu’il a dit ! Ça change
Russier n'a encore rien compris. Qu'il persiste à vouloir punir les habitants de Saint-Denis et plus jamais il ne sera maire de Saint-Denis !
Soyons pragmatiques, la population a voté pour une réponse sécuritaire d'Hanotin ! Les idéologies d'avant, les dealers victimes de la société capitaliste, ceux qui nourissent les familles,etc C'EST FINI ! La population dionysienne souffre trop de la dérive criminogène de sa ville OUF enfin des actes ! Cela dit faudra que la Mairie avec d'autres partenaires mène une campagne d'information contre la drogue auprès des jeunes. L'adjointe précédente à la Santé n'avait rien fait !
J'ai regardé une grand partie de ce conseil municipal. Je vois que l'opposition n'a pour arguments que de faire semblant de ne pas comprendre, de protester contre des choix qu'ils n'ont jamais voulu faire par idéologie ou stratégie. Nos opposants sont bien mignons, mais ils nous poussent des cris d'orfraies devant l'armement de la PM mais bien sur pas devant celui des bandes, trafiquants et autres racailles. Je constate enfin et hélas qu'on ressent toujours un parti pris de la part de Monsieur Oguz dans son article.
On peut joindre la répression sans oublier la prévention de toutes part.
on ne va pas reprocher à un maire élu sur un programme d'appliquer son programme. On peut critiquer quand il revient sur ses promesses ( égalité hommes femmes, indemnités, stationnement résidentiel payant) mais critiquer quand il applique son programme, c'est absurde.
Je viens de regarder l'intervention de Laurent Russier. Il a décidément rien compris de sa défaite.... Il oublie d'ou il vient et l'état lamentable de la ville. Il continue à être dans le déni... il serait temps qu'il sorte du khédiv un peu.... Il est complément perché. Ce qu'il propose ne fonctionne pas. Il a malheureusement son incompétence. Laisse faire Laurent avant de faire les vierges effarouchés. Ps: Laurent, tu ne seras jamais maire... Tu as juste été posé par accident par Didier Paillard.
Bravo M Hanotin !
Monsieur Russier aurait-il des accointances, comme l'ancienne maire PCF de Saint-Ouen, Madame Rouillon l'avait fait avec le jeune trafiquant de 25 ans qui a été abattu à Saint-Ouen, avec les trafiquants de drogue de Saint-Denis pour prendre ainsi leur défense ?
Une kalachnikov AK47 possède une cadence de tir de 600 coups par minute. Les balles blindées de 7,62mm de la kalachnikov déchirent les chairs et broient les os (cf attentat 7 janvier 2015 Charlie Hebdo). À Saint-Denis, après 75 de communisme municipal, chaque point de deal possède ses fusils kalachnikov AK47. Les armes de poing semi-automatique de la Police Municipale dionysienne ne feront pas le poids face aux AK47 des trafiquants. La première chose à faire consiste à protéger les agents de la Police Municipale, à doter ceux-ci de gilets pare-balles et à renforcer la protection des locaux de la Police Municipale.
Réponse à Horta 15 sept. Effectivement Le Parisien du 16 nous apporte la preuve qu'il y a des liaisons dangereuses entre un "chef de réseau" assassiné à St-Ouen et le monde politique... "un bel esprit" écrit l'ex.maire... il avait une " conscience politique" dixit Vemclef, dirigeant PCF ! NOUS TOMBONS des NUES !

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur