Sports

Handball / Reprise en main à domicile

Les handballeurs de Pré-nationale, souvent impérieux chez eux, doivent apprendre à voyager pour monter au classement, comme le souhaitent les nouveaux coaches. Le week-end dernier, a Dionysienne s’est imposée devant Thiais 28 à 25.
L'objectif des dionysiens cette saison : le maintien et bien placés
L'objectif des dionysiens cette saison : le maintien et bien placés


Ça commence mal. D’emblée, la Dionysienne encaisse quatre buts face à Thiais. Sauf que les défaites sont rares au gymnase Maurice-Baquet. La semaine passée déjà, les handballeurs sont tombés chez eux, d’un tout petit point face à Neuilly-Plaisance. Alors deux de suite ? Impossible. C’en est trop. Oualid Oueslati remontre le chemin des filets. Il n’en faut pas plus à Mody Traoré pour se libérer. Le meilleur marqueur du club, et même l’un des plus prolifiques de Pré-nationale, y va d’un triplé. Quatre partout. Puis Mody enfonce le clou, rapidement imité par ses coéquipiers, dont le nouvel entraîneur et capitaine Krimo Hantour. À la pause, c’est Saint-Denis qui mène de quatre points : 16 à 12.


De retour des vestiaires, Dahmane Ouafi continue sur sa lancée. Action typique de La Dionysienne : le gardien Farid Bizriche récupère la balle et lui fait traverser tout le terrain. À la réception, en plein sprint, Dahmane fusille le portier adverse qui n’y voit que du feu. 18 à 12. Le plus grand écart du match est atteint. Derrière, Thiais, à ce moment 2e du championnat, se rebiffe et retrouve son rang. Les duels se multiplient. Les frères Erceg, Stipe et Ante, y répondent vigoureusement, tout comme Yancoubou Traore en défense. Un faux rythme s’installe en fin de match. Les visiteurs grignotent petit à petit leur retard. Jusqu’à recoller 25 à 24. Le public, dont de nombreux handballeurs qui évoluent en équipes jeunes, joue alors son rôle de support à fond. Il tambourine et hurle, intimide l’adversaire tout en restant dans les gradins.


Pénalty contre Saint-Denis. L’entraîneur adjoint Daoud Boudaoud, également 2e gardien, entre en jeu. Confiant, le regard déterminé, il lit la trajectoire ennemie, se détend et détourne le tir du poing dans la joie générale. « Bouuuuh !!! », crient les jeunes. Si le haka existait au hand, nul doute qu’ils s’y mettraient. Derrière, la Dionysienne déroule, et l’emporte 28 à 25. En sueur, les coaches Krimo et Daoud, arrivés cette année de Deuil-la-Barre, expliquent leur projet. « Notre premier mot d’ordre, c’est la discipline. On veut donner une bonne image de Saint-Denis. On a un bon groupe, avec des jeunes. La mayonnaise n’a pas encore pris, mais il y a de belles individualités, de la volonté, de la niaque et de la rage de vaincre. Il reste à canaliser le tout. »


Anciens joueurs de N1 en France, et de D1 en Algérie, le duo espère effacer quelques lacunes techniques et tactiques en évitant les actions stéréotypées. Leur mot d’ordre pour l’emporter : « La meilleure attaque c’est la défense. » Le staff espère ainsi finir dans les 5 premiers de sa poule, et même gratter quelques places si possible. Il faudra d’abord que le groupe apprenne à se déplacer. « Notre gros problème, c’est qu’on n’arrive pas à s’exprimer à l’extérieur. Il faut absolument qu’on corrige ça », lance le tandem.

Aurélien Soucheyre


Un public et des joueurs

Dans les gradins de Baquet, parmi les supporters de tout âge pour les matches de l’équipe première, il y avait de nombreux jeunes handballeurs venus voir leurs entraîneurs. Le gardien senior Farid Bizriche, surnommé « bisou » à chaque arrêt, coache les moins de 14 ans. Stipe Erceg, lui aussi sur le terrain face à Thiais, entraîne les moins de 20 ans. « Une superbe équipe. Nerveuse tout en sachant se calmer au bon moment. Ils sont 2es de leur championnat régional, c’est super. »


Les moins de 12 ans sont eux placés sous l’égide d’Alexandre. Toutes ces formations ont remporté leurs matches du week-end, avec la manière. Dans les gradins, il y avait aussi des représentantes de l’équipe féminine, de retour de leur victoire 29 à 15 face à Villepinte. « Cette année on a battu tout le monde. Il n’y a pas d’enjeu, ni montée ni descente en territorial moins de 18 ans, mais on espère finir premières comme l’an passé », lance Krimo Hamiche, qui gère le groupe avec Idrissa Coulibaly.

A.S.