Cultures

6b
/ Haïti : hommage aux vivants

Le vendredi 10 janvier au 6b, le collectif D.É.L.I.É.E organisait Haïti sous fascination. Une soirée hommage, dix ans après le séisme qui a frappé le pays caribéen en 2010.
La chanteuse martinico-haïtienne Ymelda Marie-Louise accompagné du percussionniste haïtien Kebyesou ont performé durant la soirée hommage Haïti sous Fascination au 6b, vendredi 10 janvier. © Guillaume Coadou
La chanteuse martinico-haïtienne Ymelda Marie-Louise accompagné du percussionniste haïtien Kebyesou ont performé durant la soirée hommage Haïti sous Fascination au 6b, vendredi 10 janvier. © Guillaume Coadou

« Avec cet événement, nous voulons nous réunir dix ans après le séisme pour mettre en avant une autre image d’Haïti, et rendre hommage aux morts, mais surtout aux vivants », explique Yslande Bossé, cofondatrice du collectif D.É.L.I.É.E (et par ailleurs journaliste au JSD). Pour la jeune femme, en Haïti,« il y a des problèmes, comme dans tout pays, mais les Haïtiens sont résilients. Il y a de l’art, de la création, et c’est cela que nous voulons mettre en avant. » Au 6b, Yslande Bossé et les membres de D.É.L.I.É.E ont voulu « rassembler artistes et invités, dont plusieurs personnes issues de la diaspora haïtienne, pour combattre les clichés autour d’Haïti. »

L’événement a réuni plusieurs dizaines de personnes dans une ambiance chaleureuse. Jeunes et moins jeunes, habitués ou non du 6b, résidents de Saint-Denis ou d’ailleurs, tous ont pu assister aux animations proposées : lecture musicale, concerts, danse, et autres performances artistiques.

LIRE AUSSI : Porter haut Haïti

Lors de la soirée, la salle du 6b a également accueilli l’œuvre de Guillaume Coadou : une installation photographique autour de son « regard personnel sur l’île d’Haïti ». Le photographe s’y est rendu par hasard il y a une vingtaine d’années. « Je ne connaissais pas ce pays. J’y suis allé pour la première fois en 1999 lors d’un voyage en bateau. Je suis parti du Havre, puis me suis rendu en Martinique, à Cuba, et j’ai finalement atterri en Haïti », s’amuse le photographe, qui a ensuite effectué plusieurs séjours dans le pays. Inspiré, Guillaume Coadou a créé plusieurs séries de photos au fil des années. Les invités ont notamment pu découvrir Affiche, des portraits en noir et blanc d’une troupe de comédiens haïtiens rencontrés lors de l’un de ses séjours, ou encore Élection, des clichés inspirés par les problèmes politiques du pays et pris à Cité Soleil, le plus grand bidonville de Port-au-Prince.

Transmettre les mots

Yslande Bossé et sa sœur Guileinne ont fondé D.É.L.I.É.E en 2017. Les deux jeunes femmes d’origine haïtienne ont d’abord créé un blog pour partager des critiques de livres et « raconter des histoires différemment » à partir de leurs lectures. « Notre but est de faire entendre des mots d’auteurs qu’on aime et donner envie aux gens de découvrir la littérature autrement, et notamment la littérature haïtienne. » Le duo a par la suite été rejoint par JacksonThélémaque, un ami musicien et également résident au 6b. « Nous avons commencé à faire des performances littéraires sur plusieurs auteurs, et aussi à partir de certains textes de Jackson, auteur notamment de contes », précise Yslande.

Le groupe s’est déjà produit au 6b, dans des librairies parisiennes, et lors de différents événements artistiques dans la région. Le projet a aussi mené le collectif jusqu’aux États-Unis pour présenter une performance à Tallahassee en Floride, lors d’un colloque organisé en mars 2018 autour des œuvres de Jean-Claude Charles, écrivain et journaliste haïtien sur lequel les jeunes femmes ont travaillé dès la création du blog.

LIRE AUSSI : Marguerite Charlie : la culture au participe présent 

D.É.L.I.É.E souhaite désormais décliner Haïti sous fascination et organiser l’événement dans d’autres lieux pour continuer de « célébrer les vivants ». Les artistes espèrent « transmettre quelque chose de beau » et aller à la rencontre des gens. « On nous remercie souvent et nous avons des retours vraiment chaleureux. Il y a toujours une bonne ambiance », se réjouit Yslande Bossé. D.É.L.I.É.E organise également des lectures musicales tous les deux mois au café-galerie Marguerite Charlie.

Andréa Mendes

Facebook : delieeMarasa ou deliee.org

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur