À la une Cultures

Édition
/ Héroïnes positives

À la veille de la Journée mondiale de lutte contre le sida (1er décembre), retour sur l’aventure incroyable de l’association dionysienne Ikambere, racontée dans un livre éponyme paru le 21 novembre.
Les illustrations de l’ouvrage aux couleurs chaudes rendent l’atmosphère accueillante de la maison. © Jano Dupont
Les illustrations de l’ouvrage aux couleurs chaudes rendent l’atmosphère accueillante de la maison. © Jano Dupont

La façade défraîchie du bâtiment ne laisse rien présager de l’oasis qu’elle abrite. Et pourtant, dans cet édifice situé boulevard Anatole-France, se trouve un refuge où renaît l’espoir. Depuis son ouverture il y a vingt-deux ans, Ikambere, la maison accueillante en kinyarwanda la langue du Rwanda, s’est bâtie une charpente inébranlable.

L’association créée par Bernadette Rwegera accueille les femmes migrantes, pour la plupart africaines, touchées par le VIH. Ces femmes « concernées » en ont fait leur îlot, leur maison, leur village. L’histoire passionnante de ce refuge est racontée dans le livre Ikambere, la maison qui relève les femmes, paru le 21 novembre aux éditions de l’Atelier. Pour son lancement, l’ouvrage avait été présenté au Ministère des solidarités et de la santé. Une présentation officielle et symbolique qui concordait avec la visite de la structure par la ministre Agnès Buzyn fin octobre.

LIRE AUSSI : Le dépistage pour stopper l'épidémie

Le livre de 144 pages s’appuie sur les paroles des femmes malades et des acteurs de l’association. Les textes signés de la démographe et directrice de recherche au Centre population et développement (CEPED), Annabel Desgrées du Loû, s’accompagnent d’illustrations de Jano Dupont. La plume et le crayon servent un récit touchant qui prend racine en 1995, au plus fort de l’épidémie du sida. 
 

Dans sa tête l’idée d’un refuge

À cette époque Bernadette qui a quitté son Rwanda natal pour rejoindre son mari anthropologue à Paris, se lance dans une maitrise en anthropologie à l’École des hautes études en sciences sociales. Pour son mémoire, et sur les conseils de l’Organisation panafricaine de lutte pour la santé (OPALS), elle se penche sur la question des femmes africaines touchées par le VIH. Un phénomène longtemps éclipsé quand dans les médias français cette maladie se limitait principalement à la communauté gay.

Ce qui ne devait être qu’un sujet d’études, se révèle être un combat qui mène Bernadette à lancer son association dans le sillage de son expérience d’accueil à Sol En Si (Solidarité Enfants Sida), la seule active à l’époque qui vienne en aide aux femmes africaines. De fil en aiguille, elle tisse des liens avec les patientes qu’elle croise à l’hôpital Robert-Debré et tricote dans sa tête l’idée d’un refuge qui leur serait entièrement dédié. Ce sera chose faite en 1997.

La mairie de Saint-Denis lui obtient un appartement aux Cosmonautes où elle pourra accueillir les femmes séropositives. Mais très vite, grâce à un « succès » quasi-immédiat, l’association doit songer à s’agrandir et à déménager ses locaux. C’est donc boulevard Anatole-France, à deux pas du canal, qu’Ikambere accueille quotidiennement depuis plus de quinze ans une trentaine de femmes, soit 500 à l’année, tient ses permanences hospitalières, coordonne les attributions d’appartements passerelles et, le plus fondamental, organise des repas collectifs.

LIRE AUSSI : La danse comme outil de résilience
 

Développer sa capacité d’action

Ce dernier point paraît anodin, mais il est essentiel au fonctionnement d’Ikambere et dans la prise en charge des malades souvent rejetées par leur famille, isolées par la langue et brisées par la galère administrative. Grâce à ces moments partagés et très joyeux, les femmes bénéficiaires reprennent pied, tissent du lien social et gagnent en estime de soi. C’est, en somme, un pas de plus vers l’autonomie.

Au-delà de son message d’espoir, le livre Ikambere est une réflexion sur l’empowerment. « C’est un processus qui développe une capacité d’agir chez l’individu et le conduit à l’autonomie, définissait Annabel Desgrées du Loû lors de la présentation au ministère. Dans cet exercice, Ikambere est un exemple de réussite. »

Selon la chercheuse, ce processus se décline en quatre étapes : connaître ses droits, se revaloriser, acquérir des connaissances et des compétences. « À Ikambere, l’accueil est inconditionnel, les activités proposées permettent de gagner en confiance, les assistantes sociales font un travail d’information incroyable ! Grâce aux médecins qui interviennent, elles connaissent la maladie et peuvent en parler dans leur entourage. Elles sont également formées pour travailler, énumère Annabel. Mais la particularité d’Ikambere ce sont les temps de récréations. C’est une dimension supplémentaire qui permet de sortir de l’image de la femme africaine victime. »

LIRE AUSSI / Jean-Daniel Lelièvre : à la recherche du vaccin

Bien sûr, dans leur combat quotidien Bernadette Rwegera et son énergique directrice adjointe Fatem-Zahra Bennis ne sont pas seules. Elles se sont entourées d’une vingtaine de collaborateurs : diététiciennes, coaches-sportif, assistantes sociales, socio-esthéticiennes… Une équipe aux profils divers, mais soudée, qui prouve que dans cette lutte pour l’autonomie des femmes concernées, chacun peut mettre sa pierre à l’édifice. D’ailleurs, la totalité des bénéfices tirés des ventes du livre sera reversée à Ikambere.

Maxime Longuet

Éditions de l’Atelier. Prix : 19,90€. 144 pages

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur