Cultures

Street-art
/ Guaté Mao donne des visages aux rues

Création : Son terrain de jeu?: les blocs de ciment, les poubelles murales ou les façades décrépites… Autant de supports qu’il orne de ses pochoirs.
Guaté Mao a déjà disséminé une trentaine d’œuvres à Saint-Denis, qu’il réalise au pochoir à partir de photos
Guaté Mao a déjà disséminé une trentaine d’œuvres à Saint-Denis, qu’il réalise au pochoir à partir de photos


Depuis quelques mois, les badauds auront peut-être remarqué la présence de mystérieux visages peints sur les murs du centre-ville et de la gare de Saint-Denis. Les peintures en question sont signées Guaté Mao, un street-artist dionysien qui embellit blocs de ciment, poubelles murales et façades décrépites auxquelles on accorde rarement de l’intérêt. La rue regorge de supports propices à la création et elle est devenue, par essence, un fabuleux terrain d’expression pour cet énigmatique artiste fraîchement débarqué dans la Cité des rois. L’occasion de faire les présentations.

« Mon pseudo est un mélange entre le nom d’un pays que j’aime, le Guatemala, et mon prénom », détaille Guaté Mao qui a souhaité rester discret comme il est d’usage de le faire dans le milieu du street-art. Un courant artistique qui fonctionne souvent à l’instinct?: « Je travaille seul. Je me balade constamment avec mes derniers pochoirs sous le bras et mes bombes dans le sac, aussi bien de jour comme de nuit et je peins dès que je trouve un support qui me semble adapté, confie Guaté Mao, qui a réalisé déjà une trentaine de pochoirs à Saint-Denis. J’essaie de trouver des supports qui se marient bien avec mes formats, mes couleurs et mes sujets. »

« Faire passer des émotions »

Le pochoir est un procédé artistique qui permet avec justesse de « faire passer des émotions » et, à travers un rendu détaillé de la matière et des textures, de « mettre en avant la richesse et la beauté des différentes cultures » dans le monde, ce à quoi aspire Guaté Mao. « Pour réaliser mes œuvres, j’utilise la technique du pochoir en plusieurs couches, généralement trois, réalisées à partir de photos », explique-t-il depuis son compte Facebook, le réseau social sur lequel il partage ses travaux qui suscitent un engouement croissant de la part des internautes. 

Il y publie des clichés de ses réalisations disséminées un peu partout en France, de Paris à Montpellier où il a vécu cinq ans. Là-bas, il y a côtoyé une grande communauté de Guatémaltèques qui lui a transmis « l’amour » de l’Amérique Latine. Les sujets peuvent représenter tour à tour adultes et enfants, parfois vêtus d’habits traditionnels issus du monde entier. Ces portraits sont sélectionnés avec soin par le street-artist. Une grande partie des photographies utilisées sont tirées de ses propres travaux même s’il n’hésite pas à piocher, parfois, ces visages chez d’autres photographes, pourvu que se dégage une expression qui le transcende. 

Quant au choix des emplacements dans Saint-Denis, l’artiste agit avec pragmatisme?: « Il y a en effet pas mal de mes créations autour du marché, mais aussi à la gare car ce sont des lieux de vie où tout le monde se croise. » Et comme un présent fait à cette ville qu’il aime, il lègue ses œuvres au pavé dionysien. Et les Dionysiens, avec qui il souhaiterait interagir davantage dans un futur proche, semblent réceptifs.La photographie est la pièce maîtresse des compositions de Guaté Mao et les personnes rencontrées au cours de ses déplacements forment sa matière première. En cet hiver grisonnant et morne, voilà une douce attention que de nous embarquer avec lui dans ses voyages. 

Maxime Longuet

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur