Cultures

Guaté Mao « Je pars pour mieux revenir »

La façade du projet Cuisine de rue située rue Tattinger est son dernier projet qu’il lègue aux murs de Saint-Denis. Après avoir passé cinq ans à sillonner les rues de Saint-Denis, Guaté Mao tire sa révérence. Entretien.
Guaté Mao nous quitte. © Yann Mambert
Guaté Mao nous quitte. © Yann Mambert

Comme cadeau d’adieu, le pochoiriste a réalisé une exposition le temps d’un week-end (du 7 au 8 décembre) sans communiquer. Une expo surprise baptisée Saint-Denis mon amour, je te quitte lors de laquelle Guaté Mao a exposé près de 300 photographies et pas un seul pochoir, medium avec lequel les Dionysiens avaient découvert ce jeune artiste. 
 

Le Journal de Saint-Denis : Cette exposition surprise était une façon de dire adieu aux Dionysiens. Quelle est la raison de votre départ ?

Guaté Mao : Je vais faire une petite pause avec Saint-Denis. Mais ce ne qu’est un au revoir. J’ai le projet d’ouvrir une auberge de jeunesse au Bénin. Je vais donc mettre entre parenthèse ma pratique artistique et la création car je me suis rendu compte que je ne sortais plus de ma zone de confort. Si je continue à faire ce que je fais actuellement, des façades, des commandes, je vais devenir un décorateur.

Le JSD : Vous redoutez un basculement dans votre art ?

GM : Oui. Il y a beaucoup d’artistes qui, à cause de commandes trop nombreuses, ne se renouvellent pas spécialement. Et je n’ai pas envie de tomber dans ce schéma. Je n’ai pas envie d’être enfermé dans une catégorie. C’est pour cela que je n’ai présenté aucun pochoir pour cette exposition.

LIRE AUSSI : Dans la pirogue de Guaté Mao
 

Le JSD : Cela faisait deux ans d’ailleurs que vous vous étiez lancé dans la sérigraphie. Comme pour explorer un nouveau support….

GM : Oui mais ce n’est pas quelque chose que j’ai pu développer. C’est resté très basique. Je n’ai pas eu le temps de développer le style Guaté Mao en sérigraphie. J’ai failli me lancer dans un projet de cartes de vœux de Plaine Commune pour lequel je voulais faire le visuel et aussi la sérigraphie. Je voulais tout faire de mes mains. Mais ce projet n’a pas abouti malheureusement…

« Cette ville te donne les moyens de faire des projets »

Le JSD : Qu’est-ce que vous tirez de votre expérience à Saint-Denis ?

GM : Saint-Denis m’a permis de me développer artistiquement. Cela m’a permis de vivre de mon art. Quand je suis arrivé je faisais des pochoirs dans ma chambre. J’étais loin de m’imaginer tout ce qui m’est arrivé. Je ne pensais même pas pouvoir en vivre ou faire des projets pour des villes. En tant qu’artiste, si tu es motivé, cette ville te donne le moyen de faire des projets. Saint-Denis m’a bien ouvert les portes, les gens ont su m’accueillir. Je suis arrivé au bon endroit et au bon moment je pense. C’est la première fois que je me sens chez moi.

Le JSD : Lors de notre premier entretien vous disiez être tombé littéralement amoureux de cette ville…

 GM : Oui c’est vrai. Mais même si je ne la connais pas dans les moindres détails, j’ai quand même l’impression de la connaître un peu trop. Il faut de nouvelles énergies pour découvrir de nouvelles facettes de la ville et de nouvelles personnes.

EN IMAGES : L'artiste Guaté Mao au fil des rues de Saint-Denis
 

Le JSD : Pourquoi avoir choisi le format de l’exposition surprise ?

GM : J’avais des contraintes de temps. Et puis je ne connais pas d’expositions qui osent faire ça. Au final, c’est un coup de communication comme un autre.

Le JSD : Et pourquoi le choix des photographies au lieu des pochoirs ?

GM : J’ai exposé deux-trois ans de photos prises à Saint-Denis. Ce sont des photographies volées de scènes de vies que l’on voit tous les jours et qui m’ont marqué quand je réalisais mes pochoirs ou me baladais. Ces photos me permettaient de rendre hommage à ma ride à Saint-Denis.

Le JSD : Est-ce que vous pensez revenir à Saint-Denis ?

GM : Ici, cela reste chez moi. Je reviendrai sans doute cet été avec de nouveaux projets. Mais j’ai besoin de me ressourcer artistiquement et humainement. Je pars pour mieux revenir.
 

Propos recueillis par Maxime Longuet

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur