En ville

Social
/ Grève des agents : heure pour heure, dent pour dent

Baisse du nombre de jours de congés pour revenir au cadre légal des 1 607 heures annuelles et refonte du régime indemnitaire indexé en partie sur la présence des agents. La nouvelle équipe municipale a mis les pieds dans le plat. Plus de 400 agents sont descendus dans la rue vendredi 2 octobre. Le conflit est parti pour durer.
Vendredi 2 octobre, plus de 400 agents ont manifesté devant la mairie. © Yann Mambert
Vendredi 2 octobre, plus de 400 agents ont manifesté devant la mairie. © Yann Mambert


Ce que propose la ville

On ne pourra pas dire qu’il n’avait pas annoncé la couleur. À plusieurs reprises pendant la dernière campagne des municipales, Mathieu Hanotin (PS) a rappelé que les fonctionnaires de la Ville avaient vocation à travailler 1 607 heures par an (35h hebdomadaires) comme le prévoit le cadre légal, et non 1 535 heures en moyenne comme l’avait constaté la Chambre régionale des comptes (CRC) dans son dernier rapport de 2017. Trois mois après son élection, le nouveau maire s’attelle donc à la tâche. Il faut dire que la loi de transformation de la fonction publique adoptée par le parlement en août 2019 ne laisse plus guère de marge de manœuvre aux collectivités locales.

Au 1er janvier 2022, elles devront toutes être rentrées dans les clous. Pour rappel, en 2016 seules 20% des collectivités respectaient la règle des 1 607h. Mais depuis le mouvement est largement enclenché, puisque seul un quart des collectivités n’ont pas encore entamé le retour aux 1 607h selon un baromètre Randstatd publié en septembre 2019. Toute la question est désormais de savoir comment le nouvel exécutif compte s’y prendre ?

LIRE AUSSI / Conseil municipal : Hanotin déploie son plan sécuritaire

Le 15 septembre, Mathieu Hanotin a réaffirmé ses grandes orientations en matière de ressources humaines (RH) devant les organisations syndicales et, le 22 septembre, c’est son adjoint aux RH et à la modernisation de l’administration, Brahim Chikhi, qui est entré dans le détail avec ces mêmes syndicats. Le son de cloche est clair. « L’objectif d’amélioration du service public n’est pas négociable, par contre les moyens oui », explique Anne-Sophie Dournes, directrice générale des services (DGS).  Pour autant le temps donné à la négociation n’est pas infini puisque la majorité entend délibérer sur le sujet en décembre en conseil municipal, ce qui implique un passage en comité technique dès novembre. « On doit poser cette réforme d’abord pour mener les autres à bien ensuite », poursuit la DGS. L’augmentation du temps de travail serait donc la mère de toutes les réformes.

Un des problèmes dans cette histoire c’est que l’on parle de moyenne de temps travaillé. Les situations sont en effet très disparates d’un agent de la municipalité à l’autre. Ces derniers disposent aujourd’hui de 28 jours de congés payés (contre 25 prévus par la loi), plus quatre à cinq jours du maire, de 16 jours de RTT (contre 15,2 théoriquement selon la direction générale), de 10 jours de congés offerts l’année de la médaille, plus 5 les années suivantes, et de 90 jours offerts au moment du départ en retraite. Pour la direction générale il semble cependant inévitable de revenir sur certains de ces jours de congé. Désormais, la mairie a prévu un temps technique de travail avec chacun des syndicats séparément avant de les revoir tous en intersyndical.

Les partis prenants ont un autre sujet sur la table : la refonte du régime indemnitaire avec la mise en place du Rifseep. « La CRC a constaté des irrégularités, détaille Anne-Sophie Dournes. Une petite partie du régime indemnitaire actuel n’a pas de base légale et pourrait donc être bloquée par le payeur. C’est un vrai risque. Nous proposons donc de sécuriser la prime municipale (environ 1 500€ nets/an/agent). » Au passage, la Ville souhaite conditionner une partie de cette dernière « à la présence des agents et à leur manière de servir. Mais on ne vise pas les maladies longue durée ou les grosses pathologies, » tempère la DGS. « Celui qui fait son boulot continuera à gagner au moins la même chose, ajoute Brahim Chikhi. Personne ne gagnera moins. Simplement la prime annuelle n’est pas un complément de salaire. Elle ne peut pas être donnée sans condition. Pour autant ce ne sera pas une prime au rendement. »

Avec le Rifseep (adopté récemment à Plaine Commune), la municipalité souhaite aussi valoriser toutes les fonctions d’encadrement. Enfin, la Ville veut revoir les promotions et l’avancement de grade, toujours en valorisant la présence et la manière de servir. « Un agent sanctionné ne doit pas pouvoir avancer dans sa carrière », assume la directrice générale des services. Brahim Chikhi reconnaît par contre que ce nouveau système « nécessite un encadrement capable de situer le curseur au bon endroit ». À noter que si pour le moment rien n’a été annoncé à Plaine Commune, la refonte du temps de travail devrait y être engagée également avant la fin de l’année.

Ce qui indispose les syndicats

Qu’il pleuve des cordes ou non, l’automne social s’annonce chaud à Saint-Denis. L’appel à débrayer et à manifester de l’intersyndicale (CGT, Snuter-FSU, Sud-Solidaires, Unsa) a été très suivi vendredi 2 octobre. FO et la CFDT, en désaccord sur des questions de forme, n’en ont pas moins suivi le mouvement.

« La municipalité a bloqué le dialogue social, explique très remonté Daniel Nail, secrétaire général de l’Unsa. Ce n’est pas un problème de légalité, mais bien la remise en cause de nos acquis sociaux. Le maire veut revenir au minimum des droits. En clair, c’est marche ou crève. » Et le syndicaliste d’en remettre une couche : « En mettant fin au lissage des jours de grève (1), il veut casser la grève. Un patron ne ferait pas mieux. » Patricia Scarpa, co-secrétaire générale du Snuter-FSU, n’est pas moins virulente : « C’est un passage en force de la mairie. Il n’y a pas de volonté de discuter. Mathieu Hanotin laisse entendre que nous sommes des fainéants et des privilégiés, mais nous n’avons pas attendu qu’il arrive pour nous mettre au travail. Il vise la casse du service public à terme. »

« Le maire propose ni plus ni moins que la réduction de nos congés et de nos salaires alors que lui s’est augmenté son indemnité mensuelle de l’équivalent de notre prime annuelle, s’étouffe Amel Dahmani, porte-parole de Sud-Solidaires. Mathieu Hanotin nous parle de légalité alors que la question c’est celle de nos droits sociaux. Il existe plein de droits supra légaux qui ne posent aucun problème. Il joue la stratégie du choc, en espérant opposer les salariés de la ville à la population. » « Nous irons jusqu’au bout tous ensemble, assure Djamila Bassi, secrétaire générale FO. Ce n’est pas possible de remettre en question nos congés sans compensation. Si on perd d’un côté, il faut récupérer de l’autre. »

« Les nouveaux élus disent qu’ils ont été élus pour mener cette politique, s’étonne Salim Korchi de la CFDT. Je pense que les priorités dans la ville sont autres. » Et Serge Ritmanic, secrétaire générale CGT territoriaux de résumer : « C’est vrai qu’il y a la loi d’un côté. Et nous étions d’ailleurs mobilisés dans la rue contre cette dernière. Mais elle n’oblige pas Mathieu Hanotin à faire tout ce qu’il propose. Personne ne dit qu’il ne faut pas discuter. Simplement il faut faire les choses bien. Ça ne peut pas être gagnant-perdant. Hanotin fait la même erreur que Russier en 2016 (2). Il veut tout passer en bloc. »

Cette grève qui s’impose ?

Des préavis de grève reconductibles ont été déposés par les différentes organisations syndicales. Crèches, cantines, accueils de loisirs, depuis vendredi 2 octobre de nombreux services municipaux sont perturbés. Mardi 6 octobre, on recensait 55 cantines et 20 accueils de loisirs fermés et le centre administratif a été occupé une partie de la matinée. Les prochains jours s’annoncent encore chaotiques pour les usagers dionysiens dont près de 500 d’entre eux ont malgré tout signé une pétition de soutien aux personnels municipaux (change.org) : « Dans cette situation de crise sanitaire et économique, nous devons pouvoir compter chaque jour sur le personnel communal. L’accueil de nos enfants dans les structures éducatives municipales doit être une priorité absolue. Nous n’avons pas besoin d’une réforme administrative qui entraîne des tensions, des grèves, une dégradation des conditions de travail des agents municipaux et qui bouleverse le fragile équilibre de nos existences. »

Mais sur les réseaux sociaux, d’autres parents se montrent moins indulgents avec le mouvement et ses conséquences à l’image de ce père de famille lundi : « Si vous devez faire la grève toute la semaine, dites-le nous pour qu’on se prépare car il y a des parents qui travaillent. » Pas de quoi entamer la motivation des grévistes sur le terrain. « Tant que notre maire ne répondra pas à nos attentes nous resterons mobilisées », lancent Karima, Neila, Samia, Fatima et Reine, entre 7 et 15 ans de mairie au compteur et qui font tourner le réfectoire de Lili-Boulanger en temps normal. « Pourquoi faudrait-il déshabiller Paul pour habiller Jacques ? » interrogent-elles, avec la future cantine gratuite dans le viseur.

Sous une banderole « Anim’s à bout », deux animatrices de l’accueil de loisirs de l’Estrée expriment leur ras-le-bol : « On s’occupe des mêmes enfants que les instituteurs et nous sommes payés une misère (1 500 € nets, ndlr). Nous sommes les plus bas salaires de la territoriale et on veut nous enlever nos acquis. » « On ne veut pas embêter les parents, mais il faudrait qu’ils réagissent et aillent voir le maire, commentent Marie-Paule, Causette, Sylvie et Khadidja de la petite enfance.On fait un métier très dur, très physique. Nous sommes toujours en sous-effectif. Nous avons besoin de nous reposer.»

« En tant que maire adjoint aux ressources humaines, je suis aussi l’adjoint au bien-être au travail et tous ces témoignages de souffrance m’interrogent,  assure Brahim Chikhi. Mais les jours de congé ne sont pas là pour compenser cette souffrance. »

Yann Lalande

À l’appel de l’intersyndicale, jeudi 8 octobre à 18h retraite aux flambeaux en amont du conseil municipal. L’opposition posera une question écrite sur le sujet à l’occasion de cette séance.

Retrouvez chaque jour la liste des services perturbés sur Saint-Denis en ligne (https://www.espace-citoyens.net/saintdenisenligne/espace-citoyens/)

  1. Jusqu’à présent, un agent gréviste ne pouvait pas se voir retirer plus de deux jours de grève par mois selon le principe du lissage.
  2. Après un mouvement de grève, la précédente majorité avait abandonné son projet de réforme du temps de travail.

 

Mathieu Hanotin : « Je ne céderai pas »

« Je tiens à rappeler un premier principe. Quand on fait grève, on ne touche pas de salaire. Les jours de grève seront donc désormais décomptés au plus tard le mois suivant. Sinon c’est trop facile et ceux qui paient, à la fin, ce sont les usagers. Je ne comprends pas la mobilisation alors que nous sommes au début d’un processus ouvert. J’y vois la volonté de ne pas négocier. Pourtant, il y a plein de manières de faire 35h par semaine et la porte est ouverte pour voir comment on applique ce principe. Et dire ça, ce n’est pas revenir au XIXe siècle.

En revanche, si le sujet est de rester à 32h30, je ne céderai pas. Quand bien même les services resteraient bloqués deux mois. C’est un principe de justice que l’on doit à nos concitoyens. Nous payons les fonctionnaires municipaux avec les impôts des Dionysiens. Je suis le premier magistrat de la ville, je ne peux pas dire je m’assois sur la loi. La question n’est pas de faire des économies mais de proposer du service public en plus.

Enfin, en ce qui concerne la prime annuelle, elle doit sanctionner un travail effectué. Mais je veux rassurer les syndicats, l’encadrement lui aussi sera évalué et tout le monde sera contrôlé, y compris la directrice générale des services. Ce que nous proposons, c’est la justice et l’exemplarité pour recréer une ambiance positive au travail. »

YL.

Réactions

"Heure pour heure", "temps pour temps" .... aurait fait un meilleur titre !
Exactement ok avec le l’aire ! Les jours de grève doivent être déduits du salaire . Nous parents en avons marre de des grèves. Remplacer les grévistes !
Bonjour. Je suis assez surpris du traitement de cette grève par le JSD (assez partisane). J'aurais aimé que les usagers du service publique (nous, contribuable ou pas) donne leurs avis sur le service rendu. Et il ne faut pas se voiler la face. Il est parfois défaillant et la CGT, à part réclamer plus de moyens, pour prendre finalement des "bras cassés", ne font pas avancer les choses. Il faut aussi que le personnel municipal se remette en question. Le personnel a longtemps soutenu l'ancienne majorité sans habiter la ville. Je rappelle que 60% du personnel n'habite pas la ville (ce qui est énorme à mon sens). On ne peut pas se rendre compte de la difficulté des habitants en habitants des villes plus agréable à vivre (N'est ce pas Kader Chibane). Je rappelle que sous Didier Paillard, le DGS a refusé d'habiter la ville gratuitement... c'est qu'il en avait rien à faire de la ville et qu'il ne voulait pas que ses enfants aillent dans école publique de la ville. C'est aussi l'héritage des années Paillard, Braouezec et consorts qui a acheté une paix sociale (qui a commencé à s'effriter depuis 2014) sans rien demandé en retour. Cette fuite en avant pour ne pas affronter les problèmes de souffrance au travail, d'élus (Florence Haye et Fabienne Soulas) qui se foutait royalement des difficultés du personnel. Et Laurent Russier en 3 ans de rôle de pseudo maire, n'a absolument rien fait. Il est toujours temps de changer. Ps: je voulais dire que je trouve lamentable la position de Bally Bagayoko. Au temps ou il été élu, il n'a bougé pour personne en se retranchant derrière son écharpe en disant qu'il été juste élu au sport. Et la, il incite à la révolution. Quel mauvais maire il aurait fait. C'est aussi un refus du vote municipal. Qu'elle indécence des anciens élus. Ils pensent encore qu'ils sont élus... Navrant mais pas étonnant.
@Azzedine en quoi cet article est partisan? Pouvez-vous m'expliquer pour qui le JSD prend parti? Par ailleurs permettez moi de vous demander d'où vous tenez le chiffre de "60% du personnel n'habitant pas la ville"? Je le trouve surprenant sachant que 49% des agents de Plaine Commune (60% pour les catégories C) habitent eux le territoire selon le bilan social 2017 de l'EPT. Or Plaine Commune passe parfois pour une "administration hors sol". Cordialement Yann Lalande
@Azzedine Delacroix Vous êtes partisan déclaré de cette municipalité. Vous faites référence à des anciens élu.e.s. Vous avez la haine tenace. Vous êtes au pouvoir avec eux et vous continuer a déclamer votre mauvaise foi. Appliquez vos mauvaises recettes, inventez des chiffres pour faire passer vos méthodes.
@Azzedine. Effectivement Bally Bagayoko tente d' instrumentaliser le conflit mais c'est tellement grossier ... qui peut se laisser prendre ? Il veut faire une OPA sur l'opposition municipale .. Oui ... Quelle indécence. .
@Yann Lalande. Il est partisan car il donne une grande place aux personnels et pas du tout aux habitants. On le voit bien depuis des années, les primes augmentent, les jours de congés et le service aux habitants baisse. Il faudrait peut être rappeler qu'ils sont aux services des habitants et pas l'inverse. En tant qu'habitant, on ne peux plus se satisfaire d'un service coûtant plus cher et d'un résultat encore plus médiocre. Et encore, je n'utilise qu'un minuscule parti des services de la ville. Que dire de ceux qui ont des enfants et des problèmes personnel plus grave... Je rappelle aussi que les mauvaises conditions de travail sont aussi le résultat de mauvaise gestion depuis des années. Préférant densifié et donc augmenter les cadences pour le personnel. Quand on prends 20000 habitants sans changement notable dans l'organisation et l'efficacité... le personne coule. C'est ce que les élus de l'ancienne majorité n'ont pas compris. Préférant repoussé d'année en années, les réformes nécessaires. Mais non, ils ont des jours et des primes pour "garder" la ville... Quand au pourcentage du personnel habitant la ville, il ne vient pas de moi mais des syndicats (Sud il me semble, je l'ai vu sur un tract). Et je ne fais pas la distinction entre les catégories. Allez voir le nombre de cadre n'habitant pas la ville. C'est affolant. Ça change les chiffres Je vous confirme. Plaine Commune sous Patrick Braouezec était une tour d'ivoire complètement incompétente. Mais qu'on a l'habitude de s'auto-congratuler pendant des années et d'avoir des flagorneries à longueur de journée, on se rends plus compte des choses et comment elles fonctionnent. Même Braouezec dans sa déchéance l'a finalement compris.
@Albert. L'ancienne majorité est responsable et coupable de cette situation. Je leur en veux d'avoir fait cette ville un dépotoir. Des années pour remettre en place un situation à peu près standard. Laurent Russier, Bally Bagayoko qui osent se la ramener encore... C'est pas fort de café ??? Ils en appellent aux habitants. En Juin dernier, ça n'a pas marché les gars.... Vous avez échoué. Elu l'un et l'autre dans la même majorité, vous avez eu largement le temps et l'opportunité de faire... Mais vous avez préférer pavaner aux bars de la ville ou sur Facebook. Stop à la mauvaise foi.... Je rappelle à ce nullard de Laurent Russier qu'il a refusé de voir les habitants lors du stationnement payant pour les habitants. Qu'il se taise bien fort.
une série de remarques à la suite de cet article - reportage intéressant (quoiqu'un peu long !): 1/'' seules 20% des collectivités respectaient la règle des 1 607 heures /an .'' Bon à savoir . Dans la presse - Médiapart - ,j'ai lu qu'estrosi - qui parle et qui bouge en permanence - à Nice n'applique pas '''la règle "" des 1607 heures de travail effectif , à ses agent.e.s communaux. 2/ Surpris des mots employés par madame la directrice des services généraux :" faire cette réforme pour mener à bien ,les suivantes ''. wouawwh , on dirait un vocable de cabinet ministériel de centre.droit voire de droite.droite. Et, surpris de la langue parlée de monsieur le maire . '' les jours de grève seront désormais décomptés (...) ..sinon , c'est trop facile ''. Pour un détenteur d'une Licence d'Histoire , c'est surprenant de se laisser allé à l'emploi de tels mots : " c'est trop facile ''. N'est pas facile la tâche de maire : c'est certain! Tâche cumulée aux mandats electifs ne peuvent qu'entraîner fatigue voire de l'épuisement , chez certain.e.s personnes. 3/ enfin , pour rappel , aux élu e s , en Seine St Denis , à Montreuil s/s bois avant l'élection du jeune maire Pck Bessac - il y a 6ans & réélu au 1er cette fois ci - , madame Dq Voynet a eu un exercice du pouvoir plus qu'houleux avec ses Agents municipaux . Attention , à la manière de s'y prendre , à ce jeu EN ACCÉLÉRÉ des réformes.
@Yann Lalande, Vous dites en toute impunité "49 % des agents de Plaine Commune (60% pour les catégories C) habitent eux le territoire selon le bilan social 2017 de l'EPT. Or Plaine Commune passe parfois pour une "administration hors sol"." Ce chiffre MAIS surtout les 60 % de Cat C ne vous effraye pas ? Cat C les plus bas salaires dont la plupart sont des postes des secteurs d'activités : - Propreté cadre de vie; - Parcs et jardins; - postes de secrétariat. Attention toutes les missions de travail sont à saluer surtout ceux là car très difficiles. Donc les 40 % restants sont des postes de cadre B et A Là encore ce chiffre ne vous effraye pas alors que notre territoire est doté de 2 universités Paris 13 et 8 qui accueillent chaque année environ 42 000 étudiants (master DEA doctorat. Enfin ! Remarquez, vous allez me répondre vous ne faites que reprendre des chiffres moi par contre je trouve également votre article partisan.
Il faut arrêter avec les privilèges nos enfants sont encore penalises. Monsieur Hanotin veut rétablir l’ordre et la justice pour le bien vivre des dyonesiens. Sachez que dans le privé la prime annuelle est calculée au prorata du temps travaillé. Vous les travailleurs vous sanctionnez les enfants ainsi que leur parent en les empêchant d’aller travailler. Arrêtez de vous mettre en grève pour des peccadilles . Les maires précédents sont votre reflet seul les privilèges comptent Saint Denis mérite d’avoir un Maire qui bouge pour les convictions de ces concitoyens Monsieur Hanotin ne fait que son travail our lequel il a été élu.
Monsieur le maire se dit de gauche mais il s'attaque aux bas salaires de la fonction publique avec des arguments indignes d'un homme de gauche mais qui n'ont rien de surprenant. Il rappelle que le droit de greve est une perte de salaire, menace les grévistes qui font intrusion dans le centre administratif de Saint Denis (en langage syndical, lui ancien de l'UNEF devrait savoir que c'est un débrayage), menace de sanction...Quelle est cette gauche indigne de Jean Jaurès. De surcroit, s'il regardait sur le parvis, il verrait comme nous l'avons vu, un mouvement menée par des femmes, de nos quartiers, des mères de familles comme vous et moi, disposant des plus bas salaires de la fonction publique (1600 euros c'est pas la gloire quand on se lève pour bosser parfois à 5H00 du mat). Le discussion sur les anciens coco et les nouveaux locataires n'ont rien a voir avec tout cela. Le débat est sur ce que porte ces "mieux disantes gauche" pour le service publique et les droits des travailleurs. En l'état : rien!! Entre la droite et eux: pas un cheveux d'épaisseur.
S'ils ne veulent pas travailler, qu'ils démissionnent. Il y a des millions de chômeurs qui n'attendent, que ça en France. UN TRAVAIL !!!
Très surpris du traitement de cette grève par le journal, pas de rappel que Paillard avait cédé alors qu’il demandait déjà le même effort. 15% de manifestants... Même pour faire grève ils sont absents !
je suis usé par un tel égocentrisme de la part de ces privilégiés de la ville qui cumulent tant d'avantages. Il faut que cette grêve cesse par respect pour les travailleurs de St Denis. Il faudra pas vous plaindre quand certains services seront privatisés, et les habitants ne vous défendront pas ... Avec un salaire à peine supérieur, plus d'heures et sans prime annuelle, je dois en plus mettre mon emploi en danger pour supporter leur mécontentement de devoir bosser COMME LES AUTRES et dans les mêmes limites légales. Oser faire une pétition soit disant au nom des parents... je leur suggère de l'imprimer, ramollir le papier, d'en faire un suppositoire et de se l'enfoncer bien profond soutien au maire
@Jean Bon l'article est peut-être trop long et vous n'êtes pas allé jusqu'au bout. Je me permets donc de vous en citez un extrait: Sege Ritmanic "Hanotin fait la même erreur que Russier en 2016 (2). Il veut tout passer en bloc." (2) Après un mouvement de grève, la précédente majorité avait abandonné son projet de réforme du temps de travail. Cordialement Yann Lalande
@Lila je ne vois pas ce qu'il y a d'effrayant à citer les chiffres du bilan social de Plaine Commune, qui montrent pour cette collectivité, contrairement à ce que certains laissent parfois entendre, que la moitié de ses personnels habitent le territoire. Il faudrait évidemment comparer avec d'autres collectivités du même type, mais ça ne me semble pas si mal en terme d'emploi local. En revanche vous m'avez mal compris sur un point. 60% des personnels de catégorie C de Plaine Commune habitent Plaine Commune. Les personnels des catégories C représentent en revanche 67% des effectifs (19% pour les catégories A et 14% pour les catégories B), ce qui correspond assez largement aux missions dévolues à Plaine Commune dont les services techniques pèsent pour 59% des emplois de l'EPT.
L'ancienne municipalité n'était pas valable. Celle-ci est un mélange de sarkozy et macron. On pourrait pas avoir une municipalité correcte un jour à Saint-Denis, qui s'occuperait des vrais problèmes de la ville ? Je soutiens bien sûr les travailleurs et leurs acquis sociaux !
@Yann Lalande je ne sais plus ce qu'il faut argumenter pour vous faire comprendre avec des chiffres qui parlent. L'emploi local est un outil très utilisé pour les emplois de Cat C (plus bas salaire). Vous êtes satisfait ? Tant mieux car je vous rappelle qu'il existe nombreux diplômés des talents qui résident dans notre territoire. Je m'arrête là. Cordialement
Le lissage des jours de grève c'est ce qui a permis pendant des années à la CGT de provoquer des grèves municipales pour s'associer à tous les mouvements qui n'avaient rien à voir avec la ville : RATP, SNCF, EDF... Bien sûr on trouvait toujours, avec la complicité active de la municipalité PCF, un petit motif de mécontentement pour déguiser le mouvement, mais personne n'était dupe ! A chaque fois les usagers, et en premier lieu les parents, ont dû subir les conséquences de ces mobilisations politiques. S'ils veulent se mobiliser pour tout et rien, qu'ils en supportent les conséquences financières comme tous les salariés. Ils déjà savent jouer habilement des quotas minimums de présence pour faire fermer des services avec un minimum de grévistes, notamment dans la petite enfance et le périscolaire. Quant au fait de relier la prime annuelle à la présence effective des agents, c'est le minimum que l'on puisse faire dans une ville où l'absentéisme des personnels est si élevé. Bravo Hanotin d'avoir le courage de remettre de l'ordre dans cette pétaudière.
ROMPRE LE SILENCE Cette grève est-elle une remise en cause des acquis sociaux ou de remettre des agents "confirmés" travailler 32 voir moins au lieu des 35 heures réglementaires ? Une inégalité pour tous agents travaillant 35 heures. Ils ne travaillent pas les 35 heures aussi que font certains agents syndiqués (CGT) le reste du temps ? Je prendrais juste simplement un syndicat. La CGT.et le comportement de "certains" élus malheureusement : . Mise à part être assez d'accord avec espoir fait vivre, il est temps de dénoncer fermement et publiquement "certains" élus de ce syndicat non seulement abuser de leur statut mais aussi cautionner de la maltraitance au travail allant jusqu'à recidive en matière d'intimidation agressions verbales et physiques. Je défie quiconque crier à la diffamation les faits sont bien présents. Avoir le statut d'élu syndiqué CGT laisse t-il le droit à des comportements violents alors qu'ils ont pour missions en autre de travailler sur la souffrance au travail ? Celles et ceux qui ont vraiment lutté pour défendre tous les salariés doivent comprendre, certains même se retourneraient dans leur tombe. L'heure n'est plus de cicatriser des blessures blessures MAIS : ROMPRE LE SILENCE. ! Une valeur sûre pour les agents de la FPT et les usagers qui fréquentent les services publics
@Lila. Vous semblez bien connaître le sujet ... vous reprenez certains termes déjà utilisés dans le tract distribué par les salariés devant la mairie. Qu’entendez-vous par "maltraitance", "souffrance au travail" ? ... qui maltraitent ou a maltraité par le passé ou continuennt à maltraiter ? Le tract lui parle de burnout, d’accidents du travail, de maladies professionnelles ... si c'est vrai c’est très grave tout ça. Rompez le silence puisque vous le proposez !
@Mourad. Un exemple parmi tant d'autres... et la, la CGT était absente... Inexistante. https://www.lejsd.com/content/%C2%AB%C2%A0c%E2%80%99est-un-non-sens-professionnel%C2%A0%C2%BB Il ne faut pas oublié la police municipale, ni le CTM et les chauffeurs de CAR. La CGT était ou?? A garder sa citadelle. Navrant mais pas étonnant.
@Mourad, Je n'ai pas lu le tract des grévistes. Je parle uniquement de comportent violent de certains élus de la CGT pas forcément agents de la commune. Des comportements violents qui n'ont strictement rien à faire au travail. Je ne m'etalerai pas sur le sujet moi-même fonctionnaire de la FPT j'ai mon droit de réserve. Je peux simplement dire que certains élus de la CGT sous couvert des municipalités précédentes ont agit en tout impunité il s'agit bien de maltraitance de violences verbales et physiques envers des agents qui eux sont sur leurs 35 heures voir plus. Mourad, vous le savez parfaitement tout comme moi je n'ai pas lu le tract je vous parle de la réalité. Burn out ? Je n'en sais rien par contre abus de pouvoir de certains élus notamment de la CGT parfaitemrnt. Vous savez rompre le silence ne signifie pas dénoncer uniquement dans les réseaux sociaux ou ce journal mais c'est alerter les pouvoirs de police et de la justice. Ce qui est malheureux puisque un maire est le1et magistrat de sa ville. Elle vous va cette reponse ?
@Lila. Ma contribution ne se voulait pas polémique. La CGT n'est quasiment jamais sorti du bois pendant les mandats PCF couvrant semble t il des faits délictueux au sein des services de la mairie ... Elle sort du bois aujourd'hui ... Disons que ce n'est pas une surprise.
À L'espoir fait vivre :'' se mobiliser pour tout et RIEN '' . Qu'entendez- vous par ' rien' ? Points de vue personnels : 1/des mobilisations sociales dans une société 'democratique ': c'est toujours bon à prendre. 2/un code du travail -- toutes branches professionnelles confondues -- , ça se défend !- même - un responsable de l'Ofce le soulignait sur La Chaîne Parlementaire. ...avec vous / sans vous ...? Cordialement.
À madame- monsieur Horta qui écrit '' si ,elles ils ne veulent pas travailler .. ... ''. Allez les sonder pour avoir la réponse ! Cordialement ps : enfin ,si vous avez le courage de délaisser un temps votre ordinateur et d'approcher physiquement ces Salarié.e.s que vous invitez à ''la démission'' . ? .
@Albert, Je pourrais vous remercier pour avoir enfin identifier Azzedine qui doit bien en tire. L'identification étant raté par conséquent votre message n'est pas crédible. Toutes mes excuses toute de même.
@Albert, Je pourrais vous remercier pour avoir enfin identifié Monsieur Azzedine qui doit bien en rire. L'identification étant ratée par conséquent votre message n'est pas crédible. Toutes mes excuses toute de même.
toujours les mêmes qui pâtissent de ces grèves, même si je peux comprendre, en attendant nous citoyens et habitants de la ville sommes encore pris en otage , c'est la triste réalité, si c'est dans le cadre de la loi, il faut travailler, nous n'avons pas besoin de cela dans notre ville
@Mourad, Sachez que je n'ai pas mal pris votre message. Rien de polémique bien au contraire. Vous m'avez posé une question j'y ai répondu. La liberté d'expression m'a souvent joué des tours mais elle reste une valeur sûre. Bien à vous
Bonsoir, Ma petite fille est à l'école maternelle des Gueldres, et avec ma compagne nous devons faire avec la grêve mais aussi avec la situation sanitaire. Ce qui m'amène à commenter, cet article que je ne trouve pas partisan, mais factuel et correctement sourcé (à ce propos, je trouve que le JSD c'est amélioré depuis 5 ans). Il me semble que le moment choisi par la municipalité pour appliquer la réforme est mal choisie. La réforme devant être appliquée pour le 1er janvier 2022, pourquoi cet empressement en pleine crise sanitaire ? N' y-a-t-il pas d'autres affaires à régler pour les habitants de Saint Denis ? Je n'ai pas souvent était aux urnes, deux fois, la première en 2002 pour éviter que Chirac fasse un score de dictateur africain, la seconde pour bouger Saint Denis. Quel ne fut pas mon désarroi, lorsque j'ai appris que monsieur le maire, lors du premier conseil municipal, fit voter une augmentation de son salaire et celui de ses conseillers. Je n'imagine plus retourner honorer l'urne... Sur ce fantasme démocratique, je vous laisse à vos chamailleries partisanes. Partiallement vôtre, Vincent DRAPI
Des représentants de l'ancienne majorité et des agents territoriaux se sont introduits hier soir dans les locaux de la Mairie lors du conseil municipal agressant les élus verbalement et physiquement. Ces comportements fascisants doivent être sanctionnés avec la plus grande sévérité y compris en licenciant les agents communaux qui se sont rendus coupables des violences envers les élus !!!
Bonjour. Ce qui s'est passé hier est juste inadmissible. L'ancienne majorité a beau condamné, ils ont bien monté la mayonnaise... Je rappelle à Laurent Russier et surtout Bally Bagayoko (qui n'avait rien à faire au CM) que vous avez perdu les élections. Depuis 2016, vous avez eu maintes fois de faire les indispensables réformes. Mais vu le manque de courage, vous préférez taxer les habitants.... Et eux ne rentre pas Bally. N'est ce pas. Bally Bagayoko est la lie de Saint Denis. Derrière le sourire et les poses Facebook, se cache une arnaque intellectuelle. Il ne se soutient que lui même. S'il avait été élu, il aurait fait un maire. La preuve en 2017, Braouezec appelle à voter Macron et tous les deux continue de siéger dans la même majorité sans broncher. Et hier il fait le révolutionnaire à deux balles. Le courage Bally, puisque tu le revendique ainsi, c'est pas à géométrie variable. Tu devrais quitter la ville, tu ne représentes personne et beaucoup de gens te détestent.
@Move Sachez que ces salariés, c'est nous autres contribuables dionysiens qui les payons. Nous avons droit en retour d'en attendre un service à la hauteur. Ce qui n'est bien évidemment pas le cas lorsque ces employés sont en grève. Ce n'est pas parce que l'ancienne municipalité a pratiqué le clientélisme à tout va et qu'elle a récompensé "ses" électeurs que cette situation illégale doit perdurer. Des pères et des mères doivent prendre sur leurs congés voire mettre en péril leur emploi pour garder leurs enfants. Dans le privé, les patrons n'accordent pas des jours de congés selon les désirs des employés. S'il y a des responsables de cette situation, ce sont bien Russier et Paillard qui ont octroyé ces jours de congés illégaux. C'est à eux qu'il faut s'en prendre et leur demander des comptes !
Merci Vincent , votre commentaire traduit bien mon état d'esprit et aussi "Qui sème le vent récolte la tempête".....
Les vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux mettent en évidence la présence d’un seul et unique ancien élu, Bally Bagayoko ... comme le dit @Azzedine , ce Mr est une arnaque intellectuelle ! Mais il ne faut pas oublier que le créateur de cette arnaque intellectuelle a pour nom Patrick Braouezec ! Et concernant cet énergumène (Bagayoko), il n’est pas à son coup d’essai ... je me souviens, pour avoir été un témoin direct, la violence avec laquelle il avait fait irruption encagoulé a Paris VIII pendant les grèves ...
Le 1er janvier 1968 la droite gaulliste donné le département de Seine-Saint-Denis au Parti Communiste Français (en échange de Paris). Pendant quarante ans en Seine-Saint-Denis, le Parti Communiste Français a politisé les trois fonctions publiques, la Fonction Publique Territoriale et la Fonction Publique d'Etat et la Fonction Publique Hospitalière. La droite gaulliste a laissé faire. La droite gaulliste est responsable de cette situation, du fort taux d'absentéisme dans la fonction publique territoriale et du sureffectif du personnel communal dans les villes de Seine-Saint-Denis. C'est la conséquence du deal de janvier 1968. Le PCF a dit au RPR "Je te donne Paris. En contrepartie tu me laisses gérer les villes et le département de Seine-Saint-Denis. Tope là." Revenir sur ce deal est impossible. Mathieu Hanotin réussirait un tour de force s'il parvenait à revenir sur cet accord commercial.
@Dominique, ok pour l'histoire de la fondation du RPR par De Gaulle et la création du 93 qui rentre dans la petite couronne du 75 93 94. Le jeu des pouvoirs sans aucune contestation. Un arrangement qui a mis à mal entre le bastion communiste devenu le 93 après-guerre 62 car rappelons que la guerre d'Algerie a beaucoup pesé sur ce nouveau découpage bref entre le 93 et les 3 autres depatements de la petite couronneen revanche cet accord entre De Gaulle et les gouvernants du bastion communiste ne s'est pas joué uniquement sur la ville de Paris mais également sur le 92 et 94. De Gaulle et les maires de l'époque ont simplifié la tâche des maires successifs qui pour le 75 92 94 se ont sauvegardé leurs villes riches et pour le 93 appauvri des villes qui l'étaient déjà. @ Dominique merci à vous de rappeler cette phrase dites par les maires des 4 départements de la petite couronne "je te laisse tes villes riches et je garde mes villes pauvres" très très avantageux pour eux pour garder leur électorat avec bien entendu leur syndicat CGT dont nous savons la CGT était et continue leur belle alliance avec le communisme. Par conséquent, comment redonner du sens aux villes du 93 notamment à notre ville après des décennies de communisme jusqu'à la fin du règne de M Berthelot puis apparatchiks et ce en si peu de temps d'une nouvelle gouvernance politique. Je pense qu'il fait juste être patient.
Erratum Du RPF devenu RPR par les gaullistes

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur