Portrait

Georges Sali, 62 ans

Georges Sali. © Yann Mambert
Georges Sali. © Yann Mambert

N’en déplaise à Houari Guermat, il n’est pas la seule tête de liste née à Saint-Denis dans cette élection. Le 22 juillet 1957, l’hôpital Casanova voyait naître le petit Georges Sali, qui rejoindra très vite l’appartement familial de la cité Langevin. Le sixième des sept enfants de la famille va suivre toute sa scolarité à Saint-Denis jusqu’au lycée Paul-Éluard.

Après sa maîtrise d’économie à l’université Paris 13 de Villetaneuse, où il se rend chaque jour à pied, Georges Sali intègre Sciences Po Paris. À l’aube des années 1980, ils ne sont pas nombreux les fils de banlieue populaire à fréquenter l’institution de la rue Saint-Guillaume. À sa sortie en 1983, il part travailler chez IBM. Il poursuivra chez AT&T, en tant que gestionnaire de projets internationaux. Georges Sali a toujours mis un point d’honneur à travailler, pour mieux préserver son indépendance politique. Car 1983 est aussi l’année de sa première adhésion au Parti socialiste.

LIRE AUSSI : Georges Sali : « Nous verrons si les citoyens sont au rendez-vous »

En 1986 il devient secrétaire de la section dionysienne du PS. En 1989 il découvre le conseil municipal après avoir été élu sur la liste d’union de la gauche du maire Marcelin Berthelot (PCF). Maire adjoint à la voirie, il le restera tout le mandat suivant de 1995 à 2001. En 2002, la situation se détériore au sein de la majorité et Georges Sali, devenu maire adjoint à la démocratie, abandonne sa délégation en 2004 et se présente pour la première fois en son nom propre aux municipales en 2008 (31% au second tour). Il siège donc pour la première fois dans l’opposition et voit arriver dans le paysage local Mathieu Hanotin, un proche du patron départemental du PS Claude Bartolone dont il n’a jamais partagé les vues.

La guerre interne est déclarée et Georges Sali se voit poussé de son nid au moment de l’investiture des législatives de 2012. En réaction, il lance le Parti socialiste de gauche (PSG) l’année suivante. À la municipale de 2014, la liste du PSG fusionne dans l’entre-deux tours avec celle de Didier Paillard (PCF) pour faire barrage à Hanotin. Mission accomplie, mais Georges Sali n’a plus le désir de siéger aux côtés du PCF et laisse sa place.

Voilà pourtant le consultant en politiques publiques (au sein de l’Institut français en gouvernance public) reparti pour un dernier tour de piste. Parce qu’il adore cette ville qu’il n’a jamais quittée et parce que la jungle politique n’effraie plus depuis bien longtemps le serein Georges.

Yann Lalande

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur