Cultures

GCM tourne son clip à Franc-Moisin

Grand Corps Malade a convié amis, slameurs et figures locales pour mettre en images Je viens de là, extrait de son dernier album. À la réalisation, Mehdi Idir, lui-même originaire de la cité.

Il y avait du monde aux fenêtres, ce jeudi 28 août à Franc-Moisin. Une étrange effervescence régnait au niveau des jeux d’enfants et du mail longeant le bâtiment B4, à proximité du complexe sportif. Pourtant, le lieu commence à être habitué à la venue de caméras et autres matériels de tournage. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : après, entre autres, un épisode de Navarro pour la télévision, ou encore le film L’Esquive, d’Abdellatif Kechiche, c’est cette fois-ci un clip qui est en cours de réalisation. Et pas n’importe quel clip : c’est celui de Je viens de là, un des plus beaux textes du deuxième album de Grand Corps Malade, Enfant de la ville.
Un clip, c’est par essence court : le temps d’une chanson… Mais un tournage, c’est toujours long, une véritable école de patience. Pour quelques secondes d’action, combien de dizaines de minutes d’attente. Mais tout le monde se prête de bonne grâce au jeu, sous la baguette attentive et souriante de Mehdi Idir, le réalisateur (dit Minos) qui, lui aussi, vient de là. « J’ai vécu vingt ans à Franc-Moisin, et j’habite toujours Saint-Denis », dit-il d’emblée. C’est lui qui a eu l’idée de ce clip, à laquelle Fabien, alias Grand Corps Malade, a immédiatement souscrit. « Ce sera un long plan séquence dans lequel Fabien apparaîtra avec tous ces gens qui viennent de là et qui diront son texte », annonce-t-il. Et son regard englobe avec bienveillance des habitants du quartier, enfants, jeunes et moins jeunes, ainsi que plusieurs slameurs locaux, issus de la Fabrique de macadam et des ateliers d’écriture de Grand Corps Malade, comme Sophia, Denise, Handicapable, Loubaki… Ou encore le complice de tous les bons coups, Sami dit le Comte de Bouderbala et son sourire perpétuel.
Accueillis dans les locaux de Femmes actives, les participants à cette aventure d’une journée bien remplie (le tournage s’est terminé presque à la nuit tombée !) en ont souvent profité pour échanger quelques mots avec Grand Corps Malade, toujours disponible et souriant. Et même lorsqu’une équipe de l’Uteq (police de proximité) s’approche et vient vers lui, c’est pour lui demander de signer un autographe et le prendre en photo ! « Je trouve que c’est une idée formidable qu’a eue Mehdi de mettre mon texte dans la bouche des gens qui viennent et qui aiment ce territoire », s’enthousiasme-t-il.
Il faudra encore patienter une à deux semaines pour découvrir le clip Je viens de là, à la télévision ou sur le site de Grand Corps Malade (1). Ce sera le troisième de l’album, après Comme une évidence et Du côté chance, déjà réalisés par Mehdi Idir. Puis le temps des tournées recommencera, en France, Suisse, Québec et vers une destination à laquelle Fabien tient particulièrement, le Mali avec un concert à Bamako.
Benoît Lagarrigue
(1) http://www.grandcorpsmalade.com