À la une Sports

Muay thaï
/ Gala de Shock

Samedi 17 novembre, la grande messe de la boxe thaïlandaise s’est tenue au palais des sports Auguste-Delaune. Un millier de spectateurs s'est déplacé pour la 10e édition du Shock Muay.

« Malgré le mouvement des gilets jaunes, les gens sont venus. On nous annonçait un fiasco mais le public a répondu présent », pouvait savourer Sam Berrandou, fondateur du Lumpini et organisateur du Shock Muay. Diffusé en direct sur RMC Sport et bénéficiant du site spécialisé Muay Thai TV, le gala dionysien s’est construit une belle réputation dans le milieu.

Sept combats ont eu lieu sur le ring installé au centre de la grande salle. La soirée a été mitigée pour les sociétaires du Lumpini. La jeune dionysienne Solène Brun (57 kg) a ouvert le gala en faisant match nul contre Sarah Benmicia. « C’était seulement son deuxième combat. Elle a livré un super match contre une boxeuse expérimentée », l’a félicitée Sam Berrandou. Champion de France junior 2018, Alex Mysengay (55 kg) a quant à lui perdu aux points contre Sofiane Bouland. Le Dionysien de 18 ans a fait tomber son adversaire, mais il a encaissé un contre fatal au dernier round qui a pesé lourd dans la balance. Pour Sam, c’est un premier combat encourageant avec les professionnels : « Il a perdu avec les honneurs. Cela va lui servir de bonne expérience. »

Ouattara dominé

L’entraîneur du Lumpini a été plus sévère avec Youssouf Ouattara (65 kg, en photo avec Sam Berrandou) qui a perdu contre Matias Brayan sur décision unanime des juges : « Il n’était pas dedans. Il est passé au travers. Il manquait de condition physique. » Le boxeur surnommé le Chinois a décoché quelques bons coups, mais il a été dominé par son adversaire sarcellois. « Je suis déçu d’avoir perdu devant ma famille, mes potes, mon club… », soufflait Youssouf dans les vestiaires, abattu. Ses proches tentaient de lui remonter le moral. « Il ne faut pas se décourager ! », lui lançait Djibril, coach au Lumpini.

Alors que Youssouf se refaisait le film dans sa tête, les combats ont continué dans la grande salle. Avec deux styles différents, en 80 kg, Younouss Bathily (Nanterre) et Younes Latreche (Les Ulis) ont livré un combat spectaculaire. Au premier abord, les spectateurs se disent que Bathily, grand et musclé, va faire qu’une bouchée du second, plus petit et avec de l’embonpoint. Mais Latreche a surpris tout le monde en envoyant des coups de pied vifs et précis au visage. Malgré tout, en meilleure condition physique, Bathily a usé son adversaire en gagnant par KO au 3e round.

Ancien champion du monde et aujourd’hui coach au Lumpini, Djimé Coulibaly a savouré ce gala. « Cela me manque un peu. Quand tu vois les combats, t’as envie de remonter sur le ring. »

Aziz Oguz

Réactions

Merci pour ce bel article, qui résume correctement le déroulement de cette belle soirée sportive. Très belle photos de Yann Malbert

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur