À la une Cultures

Mur rue Pierre-Dupont
/ Freedom, il écrit son nom

Pour le deuxième mur de la saison, l’association du MUR 93 a invité Psyckoze et Lady K, issus du crew de renommée internationale le 156 All Starz, à performer face à la halle du marché. Rencontre avec Psyckoze, l’un des pionniers du graff en France.
Le mur d’expression situé à l’arrière de la halle du marché a été investi par Psyckoze et Lady K.
Le mur d’expression situé à l’arrière de la halle du marché a été investi par Psyckoze et Lady K.

 

LE JSD : « Write on walls by love for freedom » (Écrire sur les murs par amour pour la liberté, ndlr), c’est ce que vous avez écrit sur ce mur. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

PSYCKOZE : Je me bats pour la liberté d’expression et tous les jours je me dis qu’il faut que j’aille écrire sur les murs pour la défendre. Pour exister il faut pouvoir dire ce que tu penses sans qu’on t’en empêche. Quand j’ai rencontré le graffiti ça m’a inspiré, je suis tombé dedans et je n’en suis jamais sorti. Au début, mon père m’a dit « ce n’est que du vandalisme, tu finiras en prison ». J’ai voulu lui prouver le contraire. Trente ans après, je fais vivre ma famille avec ça. C’est mon cheval de bataille, c’est à travers cela que je me réalise.

LE JSD : Ce projet – prendre possession de ce mur – vous a-t-il tout de suite inspiré ?

P : Absolument. Aujourd’hui, j’ai 50 ans, je suis sorti de l’ego et de la quête identitaire et, sur ce mur, je voulais vraiment mettre un message et pas mon nom. Dès le départ je voulais parler de la liberté d’expression. Nos sociétés deviennent de plus en plus nationalistes, se renferment sur elles-mêmes, ont peur de l’autre. La liberté d’expression est importante pour amener de nouvelles idées, suggérer des choses que tout le monde peut voir et ressentir en sortant du simple aspect décoratif. Il faut que le message parle aux gens et les fasse réfléchir.

LE JSD : Le regard et les réactions des passants sont très positifs depuis que vous avez commencé à peindre. Ils sont ravis de voir autant de couleurs…

P : Dans les villes, la couleur est synonyme de soleil, ça amène de la lumière, de la gaîté et c’est important pour l’environnement des gens. Si tu vis dans un environnement austère, au bout d’un moment ça devient déprimant, ça crée le conflit. Tandis que faire un grand mur en couleur ça crée du tissu social parce que les gens se mettent à discuter entre eux. C’est un bon support pour créer une dynamique au sein d’une ville.
 

« J'aime bien l'éphémère dans le graffiti »
 

LE JSD : Vous faites partie du groupe 156 All Starz. Un crew mythique. Ça signifie quoi pour vous ?

P : « 156 All Starz » c’est un nom de groupe qui ne t’enferme pas dans une seule philosophie. Au départ c’était le nom d’une rue à New York, aujourd’hui c’est un groupe qui s’est internationalisé. La définition que je pourrais donner c’est 1+5=6, ça symbolise l’entraide. Le cheval de bataille des membres de ce groupe c’est de donner une dimension artistique au graffiti, ce n’est pas seulement de le revendiquer. Faire passer un message, mettre de la couleur là où il n’y en a pas, amener de la vie, voilà ce que ça signifie.

LE JSD : Peindre sur l’œuvre d’un autre graffeur, vous en pensez quoi ?

P : J’aime bien l’éphémère dans le graffiti parce que, justement, ça prouve que ça vie, qu’il y a une évolution contrairement au street art où ton œuvre est figée ad vitam aeternam. Il ne faut pas que les gens restent bloqués sur une seule image qu’on leur impose. Nous sommes tous complémentaires. Nous avons tous des messages à faire passer.

LE JSD : Vous avez été invité par le MUR 93 à performer sur ce mur de Saint-Denis. Vous avez choisi de partager ce mur avec Lady K. Pourquoi ?

P : Finalement, je me suis dit que ça serait bien de faire le mur à deux, une femme et un homme, pour parler un peu de parité et qu’il y ait un équilibre. Il y a aussi des femmes qui peignent. Avant, il y avait un côté un peu tabou sur le sujet. Les femmes aussi ont des émotions à faire passer dans la peinture. Lady K est une artiste géniale, elle peint des métros, des murs et c’est une vraie graffeuse. Elle ne dit rien à personne, mais qu’est-ce qu’elle envoie ! Et elle met beaucoup de mecs à l’amende (rire). Voilà pourquoi c’était important de lui donner un point d’honneur et de l’inviter sur ce mur.

Propos recueillis par Vanessa Meflah

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur