En ville

Forte mobilisation le 21 novembre

Des enfants ouvrent la marche, drapeau bleu blanc rouge en mains. Derrière eux, deux cents personnes, parties de l’insalubre bâtiment du 76 Péri, se dirigent vers la sous-préfecture, via la mairie. Des chants, des danses, des slogans. Et ce vendredi 21 novembre, en fin d’après-midi, une grande détermination pour dire « saturnisme + mal logement, ça suffit?! Régularisation et relogement de tous?! ».
L’intoxication au plomb, une trentaine de gosses connaissent. C’est le cas de Mariam, 7 ans, élève de CE1 à Jean-Vilar. Elle dit, « tous les matins, mes yeux gonflent. Ils piquent. Ils coulent. Et puis, j’ai mal à la tête ». Une habitante du 76 complète le tableau des maux de la vie dans le taudis?: migraines, problèmes respiratoires, vomissements répétés. Comme en écho, les manifestants crient « nous sommes en danger, nous ne sommes pas dangereux » et une femme argumente?: « J’ai un salaire mensuel de 1800 euros bruts. Pourquoi on ne me donne pas un F2?? »
Devant la sous-préf, le décibel revendicatif monte d’un cran. Une délégation est reçue. Elle en ressortira, trois heures plus tard, avec quelques propositions à la clef?: le placement des familles dont les enfants sont victimes du plomb dans un hébergement provisoire, l’engagement du sous-préfet de transmettre lui-même à la préfecture toutes les demandes de régularisation des habitants sans-papiers du 76, la création d’une maîtrise d’œuvre urbaine et sociale (MOUS) pour une solution à long terme et, enfin, la volonté de l’État de se retourner contre le propriétaire de l’immeuble. Des mesures encore loin de la revendication du collectif des habitants qui réclame « un logement décent pour tous, des conditions de vie décentes pour l’avenir ».
D.Sz

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur