En ville

Hébergement d'urgence
/ Fin du plan « grand froid »

© DR
© DR

Vendredi 8 janvier, la Préfecture de Seine-Saint-Denis a déclenché le plan « grand froid » en raison de la chute des températures. Il a pris fin lundi 18 janvier. Comme les précédentes années, pendant la période du plan grand froid, la Ville a mis à disposition le gymnase Carson-Besson (2, rue Henri-Delaunay) pour une mise à l’abri de vingt personnes sans domicile fixe.

« C’est le maximum autorisé par la préfecture en raison des conditions sanitaires », a expliqué Oriane Filhol, maire adjointe en charge notamment des solidarités et de la prévention spécialisée. L’association Alteralia s’est occupée de l’accueil et de l’hébergement de ces vingt personnes sans-abris, toutes des hommes adultes, qui viennent de Saint-Denis et plus largement du département. L’une des raisons est que « les femmes sont prioritaires pour les places d’hébergement au 115 » explique Oriane Filhol.

LIRE AUSSI : Les personnes en errance en première ligne face à l'épidémie

Selon une enquête de la fondation Abbé-Pierre, la proportion de femmes qui se retrouvent à la rue avec des enfants ne cesse d’augmenter depuis 2012. Afin de dresser un décompte précis des personnes à la rue, l’adjointe aux solidarités a proposé à l’Union départementale des CCAS Seine-Saint-Denis, la création de « nuits de la solidarité » comme le fait par exemple la ville de Paris. « Il est plus facile une fois le comptage défini de mettre en place des dispositifs adaptés ». Sur les vingt places ouvertes par la préfecture, trois étaient réservées à la Maison de la Solidarité qui a pu rediriger des hommes isolés au gymnase Carson-Besson durant la période d’activation du plan grand froid. Sept places d’hébergement d’urgence y sont par ailleurs proposées. 

Extension de la Maison de la solidarité 

La municipalité prévoit également une « extension et un déménagement » de cet équipement situé 7, rue Jacques Duclos, pour mieux accueillir les personnes sans-abris. « L’espace est sous-dimensionné par rapport aux besoins », a exprimé Oriane Filhol. On aimerait aussi augmenter le nombre de places d’hébergement d’urgence géré par la Maison de la solidarité. 

Alors que le débat sur l’hébergement d’urgence et la prise en charge des personnes à la rue ou en errance sont d’actualité – le maire Mathieu Hanotin a réclamé la création d’une loi SHU (solidarité hébergement d’urgence) sur le modèle de la loi SRU (solidarité et renouvellement urbain) après l’évacuation violente de migrants par la police, place de la République en novembre dernier – la Ville réfléchit également au projet de création de bains-douches, en particulier sur le territoire de Plaine Commune pour venir en aide à toutes personnes à la rue.

YB.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur