À la une En ville

École
/ Enseigner autrement : pourquoi ça dérange ?

Djelika Darbo, enseignante à l’école René-Descartes, suit depuis le CP les mêmes élèves avec la méthode de Singapour. Aujourd’hui en CM1, la moitié de ces enfants ne lui a pas été confiée. Au grand dam des parents qui approuvent cet apprentissage des maths et soutiennent la maîtresse.
En France, aucune loi n'interdit à des enseignants de mettre en place de nouvelles pédagogies en matière d'enseignement, mais cette liberté est de plus en plus remise en cause.
En France, aucune loi n'interdit à des enseignants de mettre en place de nouvelles pédagogies en matière d'enseignement, mais cette liberté est de plus en plus remise en cause.

« Mes élèves m’ont été arrachés injustement ». Djelika Darbo, enseignante à l’école primaire René-Descartes est abasourdie. Depuis la rentrée scolaire, la professeure connue pour son approche non traditionnelle de l’enseignement n’a pas retrouvé sa classe de CM1 A. L’institutrice est en arrêt maladie en raison du « stress » et du « choc » engendrés par une affaire qui a débuté le 31 août, lors d’un conseil de classe extraordinaire. Ce jour-là, une liste d’élèves de CM1, différente de celle qu’elle a proposée en juin dernier lors du conseil d’école, lui est alors désignée. « Du CP au CE2, j’ai eu les mêmes élèves, à 90% environ. J’ai demandé à suivre ces enfants dans la continuité de mon projet pédagogique, connu par la direction de l’école qui n’y voyait jusque-là pas d’inconvénient. Mais la moitié des élèves qui étaient dans ma classe les années précédentes n’y sont plus. Ils ont été dispatchés. Je ne comprends pas cette décision, d’autant plus que les résultats sont là. J’ai toujours travaillé dans l’intérêt des enfants et des familles », confie-t-elle. 

Depuis son arrivée à René-Descartes, il y a cinq ans, l’institutrice qui a grandi dans le quartier Franc-Moisin privilégie dans son travail une pédagogie innovante : prise en compte du niveau de l’enfant, adaptation à son rythme, implication des parents d’élèves. Sa manière de faire plaît. Et les méthodes dont elle s’inspire – la méthode de Singapour pour les mathématiques, qui permet aux élèves de s’approprier de façon progressive l’univers de cette matière, et la méthode Alpha pour le français, qui apprend aux enfants à lire dans une démarche ludique basée sur le son et l’image – ont séduit bon nombre de parents.

« Cette maîtresse, je la souhaite à tous les élèves de ces zones REP, REP+ (1). Elle connaît les difficultés des enfants et leur donne un bagage culturel important », relate Marina (2), maman d’un « petit garçon qui a eu la chance d’être dans la classe de Mme Darbo depuis le CP ».

Même son de cloche du côté de la maman de Brad : « Mon fils a un niveau moyen mais il est intelligent. Il fait parfois des crises de convulsion. La méthode Singapour, ça l’a beaucoup aidé avec les mathématiques. Mme Darbo, je l’ai rencontrée, elle m’a expliqué la méthode, elle travaille en collaboration avec les parents et l’enfant. » Quant à Hélène (2), une autre maman dont la fille est inscrite dans cette classe de CM1 A, la situation est « incompréhensible. Depuis la rentrée, il y a eu plus de six remplaçants ».

L’affaire est complexe et a déjà fait grand bruit : une pétition a été signée par la majorité des parents de la classe concernée en faveur de l’enseignante, des mamans d’élèves se sont rendues à la DSDEN (3) du 93 à plusieurs reprises pour alerter sur ce problème, des rendez-vous ont été pris dès septembre auprès de l’inspecteur de la circonscription, qui a répondu aux inquiétudes des parents mais n’a pas souhaité donner suite à nos sollicitations, à l’instar de la direction de l’école. 
 

« L’institution dévalue la pédagogie » 

En France, aucune loi n’interdit à des enseignants de mettre en place de nouvelles pédagogies en matière d’enseignement. De plus, depuis une dizaine d’années, les méthodes Freinet, Alpha ou encore Singapour se sont introduites sur les bancs de l’école publique avec un certain succès. Mais pour certains professeurs, soucieux d’apporter au sein de leurs classes des projets innovants, le problème est à aller chercher du côté de l’institution elle-même. « Normalement, la règle, c’est la liberté pédagogique, mais celle-ci est de plus en plus remise en cause, avance un enseignant spécialisé anciennement directeur d’école, adepte de la pédagogie Freinet. Elle est fondée sur la méthode naturelle, le désir de l’enfant et son envie d’apprendre. » Après avoir mis en place avec son équipe un projet de « classes multi-âges », « le projet a été saboté » faute de cohésion au sein de l’équipe enseignante.

Faire des expérimentations pédagogiques s’avère « difficile » aux yeux du professeur qui pointe du doigt la frilosité de l’Éducation nationale en ce qui concerne la constitution de projets innovants. « Il y a beaucoup de peurs, l’institution a de moins en moins de culture pédagogique, elle favorise les évaluations qui classent et stigmatisent. » Ces nouvelles méthodes qui pour certaines valorisent une éducation populaire, ne gagneraient-elles pourtant pas à être mises en avant dans un territoire comme Saint-Denis où les inégalités scolaires persistent ? « C’est encore plus impératif dans cette zone où il y a davantage qu’ailleurs une hétérogénéité des élèves et de la population. Cela a plus de sens. » 

Yslande Bossé

  1. Réseaux d’éducation prioritaire.
  2. Les prénoms ont été changés.
  3. Direction des services départementaux de l’Éducation nationale de la Seine-Saint-Denis.

Réactions

C'est moi qui suit "abasourdi" en lisant l'article ! Si je résume cet article : le système éducatif (et plus largement l'Education Nationale) ne serait là que pour harceler les enseignants, enquiquiner les parents d'élèves et les gamins !!! aucune crédibilité ... les raisons sont ailleurs : à chercher dans les résultats catastrophiques des évaluations des acquis des malheureux "cobayes" ! c'est aussi bête (et tragique) que çà ... Renseignez-vous !
J'ai également travaillé pendant 4 ans au Franc-Moisin et en étroite collaboration avec Djélika, qui est une enseignante extraordinaire. Je comprends mieux pourquoi on m'a aussi "gentiment" demandé d'aller enseigner ailleurs...
@Véronique - Je suis le premier à écrire que le Rectorat à beaucoup de défauts ... et son premier défaut est d'être dans l'incapacité de solutionner le souci majeur que représente les enseignants incompétents, défaillants ou plus simplement absents. Croyez moi, quand une expérience fonctionne, ce rectorat est trop content pour toucher à quoi que ce soit ...Il semblerait que l'expérimentation de Mme Djelika Darbo soit un échec en terme de résultats scolaires tangibles (évaluations) et qu'il fallait d'urgence arrêter les frais ...
Bonsoir Mourad: je cherche à en savoir plus. Il est pourtant écrit dans l'article que les résultats sont là. En ce qui concerne les défauts du rectorat, pour bien connaître le milieu, ils sont bien plus complexes que ça, je vous invite à lire "le pacte immoral" très sourcé.
@Mourad "Il semblerait que l'expérimentation de Mme Djelika Darbo soit un échec en terme de résultats scolaires tangibles (évaluations) et qu'il fallait d'urgence arrêter les frais" Qui vous a sorti ce GROS MENSONGE !!! pensez-vous que les parents de cette classe soient trop "bête" pour reconnaitre le travail fourni par Mme Darbo et aller à l'inspection déposer une pétition pour la continuité du projet singapour signer par la totalité des parents si les résultats n'étaient pas là...........
@mourad Mon fils a été suivi par Mme Darbo depuis le début de sa scolarité dans cette école, j'ai vu les progrés constant de mon fils toutes au long de ces années. Les méthodes ont eu un grand succes aupres des enfants alpha pour la lecture et singapour pour les mathématiques, elle a réussi a mettre une ambiance de travail à laquelle ts les enfants ont adhérer mm les plus réfractaire. Pour ma part vos propos sont faux d'ou tenez vous vos sources ???
@mourad j'habite au franc moisin depuis maintenant 2 ans, mon fils a débuté sa scolarité à la courneuve ça se passait trés mal, il n'arrivait pas à suivre et problème de discipline il a intégré la classe de ce2 de Mme Darbo en cours d'année, cela a été un changement total elle a su en tiré le meilleur que se soit au niveau du travail fourni ou du comportement il était trés épanoui pour ma part l’expérience était une réussite vos sources ???
@mourad Mon fils a un niveau moyen mais il est intelligent il a intégré la classe de ce2 de mme darbo, La méthode Singapour, ça l’a beaucoup aidé avec les mathématiques. Mme Darbo, je l’ai rencontré, elle m’a expliqué la méthode, elle travaille en collaboration avec les parents et l’enfant. il a pris confiance en lui et il aime beaucoup l'école Mme Darbo a produit un travail extraordinaire.
@ Mourad tu me parais bien connaitre le système éducatif..., les méthodes de Mme darbo ont été un succès un travail fourni extraordinaire elle a donne plus que de son temps ce n'est pas l'expérimentation qui fut un échec, mais c’est une histoire d'égaux...
@mourad je vis au franc moisin depuis maintenant 1an et demi, j'habitais aubervilliers le niveau de sa classe était catastrophique quand il a débarqué dans la classe de Mme darbo en ce2 il n'avait pas le niveau et le travail demandé par Mme darbo était du haut niveau je trouvais mais elle l'a bien aidé et il a bien rattrapé son retard lui qui en plus était timide,j'aurai bien aimé qu'il continu son cm1 avec mais ça n'a pas été possible malgré mes demandes je suis trés satisfaite du travail fourni par Mme Darbo pour moi vos sources sont fausses demandé des preuves de cet échec
@Mourad Puisque vous y vous connaissez "en résultats scolaires tangibles" venez évaluer nos gamins et vous verrez de vous mm au lieu d'écouter les fausses rumeurs..... MERCI A MME DARBO POUR TOUT !!!!!!
@ mourad je faisait parti des parents qui on été reçu par Mr duez (ancien inspecteur) bizarrement il a fait les éloges de Mme Darbo et il approuvé fortement ses méthodes donc vérifier vos sources ;)
@à tous - Je confirme que je ne fais que reprendre les propos rapportés d'une personne qui est dans le "circuit" et qui me parait connaître le sujet (des rumeurs donc si certains préfèrent). C'est pour cela que j'ai employé le conditionnel ("il semblerait que ...") ; je connais effectivement bien le système éducatif, ma sœur, mon épouse, ma fille ainée maintenant ... moi-même gravitons dans de ce système éducatif. J'entends bien votre colère mais j'ai du mal à comprendre pourquoi le rectorat arrêterait une expérience qui fonctionne ! @Sami - Bien au contraire, je respecte les parents d'élèves bien plus que certains profs ultra politisés d'extrême gauche qui font du néo-colonialisme justement avec des discours du type "vous autres, parents des quartiers, parents de la diversité, vous êtes trop bêtes pour comprendre ... nous nous savons ce qui est bien pour vous"...@Isma : mais elle vous a fourni quoi comme explications cette Mme DUEZ ? Elle n'a pas pu vous dire, l'expérience avec Mme Darbo est une réussite totale mais nous l'arrêtons rien que pour vous êtes désagréable ... Il y a beaucoup de cachoteries dans cette histoire ...
@Nejba - Je préfère vous faire une réponse séparée parce que connexe à l'article. Tout ce que je vais écrire après n'a donc rien à voir avec Mme Darbo que je ne connais pas. Vous faites référence Nejba au livre de Sophie COIGNARD "Le pacte immoral". Je suis très loin de partager tout ce qui est écrit dans ce livre ; il s'agit pour moi d'un pamphlet féroce et souvent injuste envers l'Education Nationale. Maintenant, je suis obligé de reconnaître que tout n'est pas faux. Que l'Education Nationale accorde le CAPES a des candidats qui ont moins de 8/20 ... c'est vrai ! Que ces candidats sont adressés ensuite dans le 9.3 en priorité (ou en banlieues dites difficiles)... c'est vrai.! Que certains de ces profs font plus de fautes d'orthographes que leurs élèves de CE2... c'est vrai ! Etc. Etc. C'est ce que j'écrivais à @Véronique ci-dessus avant votre contribution.
@mourad Mr Duez n'a pas interrompu le mécanisme ni mit un veto sur cette méthode de ce que je comprends de l'article c'est une histoire de liste d’élèves (comment a été faites cette liste ?? en accord avec Mme Darbo ?? y'a-t-il eu un bon brassage des profils??? ) comme vs l'avez dit bcp trop de rumeurs, cachotteries ... auxquelles je ne préfère pas porter attention Mme Darbo a été une instit extraordinaire elle a été bienveillante avec les enfants, à l'écoute, c'est remise en question qd avec certains ça bloquaient avec certains enfants ça été un travail de long haleine trop de choses à dire sur son travail sur son engagement et son acharnement dans la réussite des ses élevés qui pour une grande majorité à la fin de l'année scolaire en ce2 commençait à faire du cm1 j'ai été en contact fin d'année scolaire avec la majorité des parents qui tarissaient d'éloges sur Me Darbo, donc Mourad comme vs avez colporter de fausses informations sur les résultats scolaires de nos enfants veuillez rétablir notre vérité à nous parents. Et si vs êtes juste la prochaine fois qu'on vs rapporte des faits sur quelconques affaires et que vs souhaitez apporter votre témoignage rechercher la VÉRITÉ de ts les cotés vs serez plus crédible
Comme il va être difficile de dégager le vrai du faux et inversement... Article partial : en arrêt maladie pour un choc (qu'en pensent les victimes des attentats qui ont touché Saint Denis !). Si c'est ça le professionnalisme d'un Professeur des écoles, et bien chapeau bas... dans le caniveau, puisqu'au final, l'enseignante n'a pas pris la classe à la rentrée et a laissé les élèves sur le carreau. Méthodes pédagogiques innovantes vous dites : méthode Singapour (qui n'a pas inventé la poudre) mais qui flirte avec la mode actuelle. Tiens, tiens... En dehors de réelles compétences supposées de cette enseignante (et bien oui, la relation affective parents mènent à tout), ce bras de fer avec l'éducation nationale, en manipulant les parents me paraissent contre productif à souhait. 4 années de suite avec les qualités et les défauts d'un enseignant quelqu'il soit me paraissent beaucoup trop. Pour moi, c'est donc un faux débat (hors du pédagogique) qui cache un égo surdimensionné sur le dos des élèves et des familles. Pas très professionnel tout ça...
@isma - Je récapitule ma démarche : 1- je lis un article sur le JSD qui a pour titre " Enseigner autrement : pourquoi ça dérange ?" - 2- je connais les arcanes du Rectorat ; je suis intrigué ... je me renseigne. 3- ma source me donne une autre explication qui me semble plausible : un souci majeur dans les évaluations scolaires. 4- vous écrivez ensuite Isma que le rectorat n'a jamais mis son véto sur la méthode ... ce qui est contraire, vous en conviendrez, à ce que laisse entendre le titre de l'article !!! Même si j'ai des "circonstances atténuantes", je reconnais m'être précipité dans mes commentaires ... désolé pour les parents que j'ai pu choquer. Bon courage à tous et surtout exigez des explications. De toute évidence, il y a des raisons cachées.
Bonjour Et les élèves qui ne l'ont pas eu comme enseignante depuis le CP, pourquoi n'auraient-ils pas le droit d'être avec cette maîtresse ? Ce n'est pas juste pour eux. Peut-être que les élèves qu'elle n'a pas eu jusque là ont besoin d'être "remélangés" avec les élèves de Mme DARBO pour un meilleur équilibre des classes. A mon avis (mais des parents d'élèves peuvent infirmer ou confirmer), la volonté de cette maîtresse de suivre sa classe a du se heurter à la volonté de l'équipe enseignante de brasser les élèves pour équilibrer les niveaux scolaires.
MOURAD-ABON La démarche pédagogique de madame Darbo, n'a pas été arrêtée par le rectorat puisque aucun organisme ne finançait sa pédagogie! Alors comment cela aurait pu coûter cher au rectorat? Madame Darbo a acheté tout le matériel pédagogique (elle nous le démontrait et expliquait, lors des réunions de parents), de sa propre poche avec l'aide des parents entre autre et la contribution des élèves qui fabriquaient le matériel de leurs propres mains (comme dans le reportage si bien expliqué sur France 2, par le journaliste, dans lequel on voit d'ailleurs une collègue de madame Darbo dénigrer la méthode qu'elle n'a ni testée, ni connue, ça en dit long sur l'esprit d'équipe lorsqu'il s'agit du vrai...). Donc cette pédagogie de madame Darbo était avant tout une volonté humaine, et de respect pour les élèves et des parents. Car venir enseigner dans une REp+ se contenté d'empocher plus de 2000euros de salaire (et balancé aux visages des élèves, moi j'ai mon travail), se contenté de garder des enfants et mentir à des parents en les considérant comme des abrutis (des exemples concrets de ce genre d'enseignants au vu et au su de tous que vous couvrez...), c'est cette attitude qui devrait être qualifiée d'échec auquel le rectorat devrait mettre un terme. Pour conclure, mourad vous n'êtes rien d'autre qu'une infâme calomnieuse... vous faites partie de ces aigris qui par leur égo surdimensionné venez raconter de l'ignominie. N'avez-vous pas remarqué que vous ne faites pas l'unanimité (à lexception de votre compère Abon, vraisemblablement, vous vous êtes consultées, pour mettre au point votre machine de destruction, pas seulement à l'échelle de madame Darbo, mais de tous les élèves sur lesquels vous mentez!)? Cela suffi à vous démasquer en tant que infâmes insposteuses? Remplacez votre pseudo par vos vrais noms au moins vous assumerez qui vous êtes (Car pas besoin d'être inspecteur Derrick, on vous a tellement entendues tant de fois) Vous ne proférez que de la haine, vous ne faites que déverser votre venin pour lequel il n'existe aucun antidote. J'ajouterai pour terminer, qu'il ne faut pas chercher bien loin pour savoir que vous êtes deux complices (MOURAD-ABON bonnet blanc, blanc bonnet et contribuez à l'échec des ÉLÈVES, par votre égo surdimensionné à l'instar des propos calomnieux que vous tenez en l'imputant à une autre personne fictive, comme quoi c'est cette personne qui vous aurez donné les informations que vous savez très bien qu'elles émanent de vos bouches. A bas les calomniateurs! Vous faites honte et mal aux quartiers tels que les francs Moisins qui mériteraient d'honnêtes gens....On vous a démasquées, les deux voix du mensonge. shame on you...disgusting Une vérification sera faite auprès du rectorat quant au fameux arrêt de projet de madame Darbo pour cause pécuniaire avec vos déclarations mensongères à l'appui.
Cette méthode d'enseignement fonctionne très bien (pour cette expérimentation je ne connais pas cette maîtresse ) mais tout ce qui est novateur est systématiquement détruit par le rectorat. Vous pouvez prendre l'exemple de la classe montessori à gennevilliers qui a été arrêté.
@abon Je dirai qu'on a pas besoin d'être une victime d'attentat pour être choqué ( et qui êtes vs pour mesurer le niveau de choc d'untel ou unetelle ?? ) qd on est investie ds ce qu'on fait et que cela est détruit gratuitement et par la méchanceté de certainee c'est normal qu'on soit choqué on est humain avant tt, quel est le but de ce sabotage, les auteurs des attentats sont guidés par la haine donc la haine de certains collègues peuvent pousser à faire des choses ignobles (cf l'article le témoignage de l'autre instit ), Mme Darbo est une instit qui est plus qu'investie et cela dans tout ce qu'elle fait et peu importe le profil des éléves elle arrive à en tirer le meilleur (cf retour des parents) et c'est ce qui a permet les bons résultats de ses éléves et c'est bien dommage que ce genre d'instit se comptent sur les doigts d'une main. Alors l'attaqué sur son travail c'est bas .."caniveau" comme vs dites. En disant que les parents sont manipulés par Mme Darbo c'est une insulte faites aux enfants et aux parents ne sommes ns pas les 1er ÉDUCATEURS de NOS enfants ?? NOUS avons vu les trés bons résultats et en sommes conscients !!!! (c'est a se demandé qui est manipuler) et comme dire d'une personne qu'elle a un pb d’égaux qd on ne la connait ?? Bonne continuation dans votre méchanceté vs êtes démasquée et je terminerai que ce ne sont pas les diplômes ou poste qui font les Hommes ms ce que le coeur produit Remettez-vs en question !!! @la plaine Bonjour, effectivement vs avez raison ce n'est pas juste pour les autres mais fallait-il y penser peut- être en mettant un peu plus d'instit engagé ou alors avoir la mm ligne de travail en mettant ces différentes méthodes Reconnues, se remettre en question car chaque éléves et differents ms vs direz c'est du boulot et je vs dit c'est la responsabilité de ses instits surtt qd on voit les dégâts de niveau de certains arrivé en cycle 3 ne sachant pas lire ( cad juste déchiffrer les mots), comprendre un pb de maths ou conjuguer c'est une HONTE !!! et aprés on ns baratine avec le décrochage scolaire elle est ou l’égalité ds tt ça ?? et encore plus ds ces quartiers dit "difficile" imaginez-vs que certains instits se permettent de dire aux éléves " que vs travaillez ou pas je suis payé à la fin du mois" ceci montre leur niveau d'engagement et pour finir le cas de Mme Darbo est un faux pb le service public qu'est l'école et surtt ds le 93 ds certains quartiers n'assurent plus son rôle n'oublions pas que ce sont les futurs citoyen de demain
@Mourad pour finir rétablissez notre vérité je vs prie @la plaine la blague !!!! et si tt le monde faisait son travail à son niveau ce serait pas mieux, Non ?? l'égalité des chances à l'école ça vs parle n'oublions pas que l'école est le terreau de ces futurs citoyens
En attendant, on peut dire tout ce qu'on veut, on ne connaît pas réellement les données du problème et Mme DARBO doit sans doute savoir pourquoi ses élèves ont été dispatchés même si elle donne le sentiment de ne pas comprendre. Je suppose fortement qu'un re-brassage des effectifs devaient être nécessaires et a été fait avec l'aval de l'inspection. Dans une école, pour constituer les classes, le dernier mot est pour le directeur s'il juge cela meilleur pour le bien être de tous (et pas de quelques uns). Là on ne parle que des élèves de Mme DARBO mais pas des autres. Quand on est dans une école, on n'est pas propriétaire de ses élèves ("mes élèves m'ont été arrachés") et on doit constituer les classes en fonction des autres collègues. Vouloir suivre absolument ses élèves du CP au CM2 est une démarche difficile à suivre car il faut composer avec les désirs et les compétences de ses collègues. C'est ça une "équipe" ! Dans les écoles, les CE2 sont souvent promis aux enseignants débutants. Mme DARBO était-elle assez souple pour accepter de confier quelques élèves de très bons niveau à un autre collègue de CE2 moins aguerri ? On peut se poser la question et émettre pleins d'hypothèses. Mais le devoir de réserve des enseignants de cette école leur impose de fermer leur bouche au risque de se faire sacrément remonter les bretelles par leur inspecteur ! Et c'est bien normal ! Et à mon avis, l'inspecteur va s'occuper du cas de cette enseignante qui aurait mieux fait de se taire. Là, elle met en péril la cohésion de son école et ce n'est pas très malin de sa part. Enfin (et ça c'est pour la pédagogie et ça n'engage que moi), la méthode de Singapour, c'est bien. Mais la méthode Brissiaud c'est encore mieux !
#LAPLAINE! Pour ta gouverne! Rémy Brissiaud est un mathématicien et non une méthode de mathématiques. Il a écrit un fichier de mathématiques qu'on appelle "j'apprends les maths avec Picbille." Le robot avec le chariot transportant des des billes. La méthode Picbille est la méthode qu'a utilisé mon grand, puis maintenant mon second. Autant planter le décor dès à présent : Je trouve cette méthode incompréhensible. Si l'on prends du recul , cette méthode est construite sur les bases de 5. En Mathématiques, la base de 5 n'a que peu d'intérêt voire pas du tout. Mis à part 5+5 fond 10, on est déjà à la limite de cette base. Je trouve inapproprié d'éduquer les fondements du calcul en rapportant tous les calculs sur une base de 5.
@Erratum 1) "Pour ta gouverne!" : Merci de ne pas me tutoyer. 2) J'ai parlé de méthode Brissiaud comme on parle de méthode Coué, de méthode Boscher... ça peut se dire comme ça, mais passons. 3) Mon avis sur la pédagogie des maths n'engage que moi (je l'ai précisé), et d'ailleurs votre avis n'engage que vous. On pourrait discuter de la pertinence du passage par la quantité 5 (comme le fait que l'on a 5 doigts à chaque main par exemple) mais là n'est pas vraiment le sujet. On s'en écarte. Et pour revenir au sujet de cet article, je maintiens donc que Mme DARBO, par ses déclarations, met en péril son école. Et qu'elle a sans doute préféré faillir à son devoir de réserve plutôt que de se plier à une logique d'établissement. Pour l'instant, rien dans l'article ou les commentaires ne me permet de me faire un autre avis.
Laplaine sache que notre système décimal est en base dix, pourtant on aurait très bien pu se contenter d'un système en base 5! Vu que logiquement on a 5 doigts à chaque main! Si on poursuit cette logique il faudrait dire à l'enfant, "Tu sais, tu as deux mains donc tu vas faire 5+5=10. " A part passer par 36 mille chemins, quel est l'intérêt. Bon bref on pourrait rajouter la logique des doigts de pieds aussi. Mais bon! A force de dire à l'enfant il a des doigts (pourquoi pas des orteils ou dents au passage, car ils sont en lui aussi), il a du mal à faire du calcul mental. Car il n'arrive pas à être dans l'abstrait. Donc la théorie de Rémy Brissiaud basée sur les 5 doigts de la main pousse des enseignants à ne jamais sevrer l'élève et le rendre addicte de ses doigts... Donc 10 milliards de kilomètres au final pour dire à l'enfant utilisé tes doigts fais 5+5=10, et voilà nous avons une dizaine! Sauf que 10, c'est en réalité dix unités, donc on aurait pu s'appuyer sur n'importe quoi pour expliquer. Donc l'histoire des doigts, hum. En fait, Laplaine vient juste pour brasser de l'air...
MOURAD-ABON-LAPLAINE, sont étroitement liées! Quand on veut piquer son chien, on l'accuse d'avoir la rage! Mais est-ce que ce chien a-t-il vraiment la rage pour "l'euthanasier?" MOURAD-ABON-LAPLAINE, vous en faites une affaire personnelle. Puisque vous avancez des allégations telles que:" journaliste impartielle, madame Darbo, l'inspecteur va s'occuper d'elle, comparaison de son état avec les victimes des attentats de Paris, elle a un problème d'égo, la methide de singapour c'est bien, Brissiaud c'est mieux..." Vous reprochez la partialité. Êtes-vous, vous-mêmes, impartiales?
"C'est ça une "équipe" ! Laplaine, je vous donne ma vision d'une équipe dans une école: Discuter en conseil de cycle, rédiger un projet le soumettre à la direction quant aux méthodes à utiliser, les projets communs, arriver à se mettre d'accord, sans avoir le sentiment d'être écrasé... Pourtant le témoignage du monsieur dans l'article (qualifié de partial), qui a voulu mettre en place le projet freinet, il parle bien de sabotage émanant de l'équipe! Donc la notion d'équipe semble peu ancrée! Ainsi, prend-t-on réellement en compte le progrès de l'élève? Car pourquoi saboter des projets? C'est vraiment en cela que la cohésion d'équipe, de l'école est mise à mal! "Dans les écoles, les CE2 sont souvent promis aux enseignants débutants": pouvez-vous développer cette thèse? Bon à savoir pour les usagers de l'école... "Mme DARBO était-elle assez souple pour accepter de confier quelques élèves de très bons niveau à un autre collègue de CE2 moins aguerri ?" Est-ce du mercantilisme? Plutôt que de parler de "moins aguerri," il faudrait songer à demander une réelle formation pour les enseignants, de meilleures conditions de travail... Car l'école de la République, ce n'est pas l'école des armés, où les enseignants seraient vus comme des officiers et des sous officiers, des déserteurs... Posez les vraies problématiques, et arrêtez de chercher des excuses aux uns (moins agguéris), et des poux aux autres (pas souples pour confier de très bons élèves). Plutôt que de donner votre avis quant aux sanctions que l'Inspecteur affligererait à madame Darbo, déposez une doléance auprès de l'inspecteur, sur le mode de recrutement dans les écoles REP+ (formations spécifiques pour y ensseigner, nommination choisie et non subie, directeur ou directrice professionnelle qui agit par conscience et non par passion qui n'agit pas par impulsivité...), vous serez fière de vous-même.
@Perplexe - Je ne connais ni @Abon ni @laplaine. Je ne connais ni Mme Darbo ni la Directrice de l'école . Je ne me suis exprimé qu'à travers l'article du JSD et de l'explication qui m'a été donnée par une institutrice. Je ne vais pas reprendre tout mon argumentaire. Je ne vais que poser des questions basiques : pourquoi toujours tenter des "expérimentations" dans des REP ou REP+ ? Quelles significations doit-on en tirer ? Que les gamins dans ces établissements sont génétiquement plus sots que dans les autres établissements pour tenter des "expériences" ? A travers mon expérience de plus de 25 ans, je peux affirmer une chose : il y a de mauvais enseignants (beaucoup de mauvais enseignants), des enseignants politisés qui passent le transfert du savoir au second plan mais je n'ai jamais rencontré de gamins génétiquement plus ahuris que d'autres ... bien au contraire c'est dans les quartiers que l'on rencontre les gamins les plus ouverts et les plus curieux de tout.
@Win, @Perplexe, @Solutions : Le directeur peut toujours avoir le dernier mot sur une structure pédagogique si nécessaire. Mais ce n'est généralement pas dans son intérêt. L'adhésion de l'équipe doit primer. Est-ce que vous savez qui a pris la décision de répartir ses élèves ? Si ce choix a été fait, il a du être discuté avec les collègues au mois de juin 2018. Mme DARBO a du sans doute argumenter auprès de ses collègues pour garder sa classe. Mais on n'en sait rien avec cet article. Qu'en pense l'inspecteur et la directrice ? Ils n'ont pas répondu aux sollicitations. Devoir de réserve oblige. Peut-être aussi le temps de préparer une réponse. Et je rectifie ce que j'ai dit auparavant : je pense que la cohésion de l'école devait déjà être un peu pourri l'année dernière. Mme DARBO n'a fait qu'aggraver le problème par ses déclarations. Quant à la pédagogie : on peut peut-être arrêter de débattre sur les méthodes de maths. Il n'y a que rarement de vérité absolue. Et apparemment, selon les témoignages, Mme DARBO savait très bien conduire sa classe. Je pense que j'aurais du ajouter un smiley à la fin de mon premier message pour que vous puissiez comprendre que je n'en faisait pas un argument pour descendre cette instit. C'était juste une pointe de malice de ma part. Mais ça m'a permis de voir que les maths sont un sujet sensible au plus haut point. Promis, je n'aborderai plus le sujet. Ah j'oubliais... !)
Mourad comment vous pouviez parler de résultats catastrophique des évaluations des acquis de ces élèves. Avez vous consulté les résultats du rectorat? Avant d insinuer ce genre de propos qui pour moi est une insulte aux parents de ces enfants. Soyez juste dans vos propos.
Alias Mourad: " travers mon expérience de plus de 25 ans, je peux affirmer une chose : il y a de mauvais enseignants (beaucoup de mauvais enseignants)." Comment vous faites pour identifier "beaucoup de mauvais enseignants, de bons enseignants? Ainsi Mourad, vous diriez-vous dans quel quand? Une enseignante qui décrète qui est "bons ou mauvais enseignants." Sans en avoir les compétences institutionnelles hiérarchiques. Bravo l'esprit d'équipe! Il y a de quoi à s'inquiéter pour les "mauvais enseignants qui croiseront votre chemin!
@Valéry - Je vous conseille de lire l'autre article du JSD "École publique/ Comment déconstruire les clichés ? ". Vous y apprendrez que "40% des élèves de CM2 sectorisés à Barbusse ont fait le choix du privé". Interrogez ces parents d'élèves ... ils vous expliqueront encore mieux que moi comment détecter les "mauvais enseignants". Croyez moi si ces parents font le choix du privé ce n'est pas par idéologie ...
Mourad comment vous pouviez parlé de résultats catastrophiques des évaluations des acquis des élèves , avez vous consulté les résultats du rectorat pour insinuer ce genre de propos , c'est une insulte que vous faites aux parents de ces enfants. Soyez juste dans vos propos.
@solima - Cela fait 2 ou 3 fois que je réponds à cette question. J'ai été intrigué par l'article du JSD parce que je ne percevais pas pourquoi le rectorat arrêterait une expérimentation qui marche. Je me suis renseigné auprès d'une enseignante. Elle m'a fourni comme explication que si la méthode de Mme Darbo fonctionnait pour certains élèves, c'était une catastrophe pour d'autres élèves qui avaient pris beaucoup de retard d'où le conseil de classe extraordinaire de fin Août. Son explication m'a semblé plausible ... En tout cas je l'ai trouvée plus pertinente que celle consistant à dire que l'on avait pris cette décision rien que pour embêter Mme Darbo ou rien que pour embêter les parents d'élèves.
Mourad un conseil extraordinaire le 31 août pour se rendre compte des résultats catastrophiques? Décidément vous vous emmêlez les pinceaux. J'ai relevé cette phrase de vous qui suffit à vous résumer. " je reconnais m'être précipité dans mes commentaires". Vos commentaires n'ont cessé d'évoluer. Vous n'allez pas m'embrouiller. Ni aucun autre parent qui connaissent très bien la situation. Vos explications ne tiennent pas la routes. C'est truffées de mensonges. Continuez votre baratin!
MOURAD "Je me suis renseigné auprès d'une enseignante. Elle m'a fourni comme explication que si la méthode de Mme Darbo fonctionnait pour certains élèves, c'était une catastrophe pour d'autres élèves". Comme Vous le demandait Sami:"qui vous a sorti ce GROS MENSONGE!" MOURAD? Vous vous êtes emballée comme vous l'avez dit dans l'une de vos déclarations, ce n'est pas grave que vous vous soyez emballée à ce point. L'erreur permet de se corriger. Même pour Mourad c'est possible de se corriger. MOURAD, comme vous le demandait plus haut Isma:" MOURAD, comme vs avez colporter de fausses informations sur les résultats scolaires de nos enfants veuillez rétablir notre vérité à nous parents. Et si vs êtes juste la prochaine fois qu'on vs rapporte des faits sur quelconques affaires et que vs souhaitez apporter votre témoignage rechercher la VÉRITÉ de ts les cotés vs serez plus crédible." Décidément, il n'y a pas que madame Darbo dans votre ligne de mire, il y a aussi "les mauvais enseignants!". Rien qu'à vous lire, ça en dit beaucoup sur vous... je vous laisse aller à la quête de la vérité, comme vous l'ont demandé les parents.
Mourad: si les résultats étaient catastrophique pourquoi une pétition a été signée par la majorité des parents de la classe concernée en faveur de l'enseignante , et ils se sont rendus à la DSDEN (3) du 93 à plusieurs reprise pour alerter ce problème et des rendez-vous ont été pris auprès de l'inspection de la circonscription.donc vous croyez à ce que cette enseignante vous a dit que ce que le JSD dit à propos des démarches des parents de ces enfants ont fait en faveur de madame Darbo .Je n'ai pas tout compris ,vraiment si elle était une mauvaise enseignante comme vous le dites je ne pense pas que ces parents allaient la défendre .
Même si j'ai des "circonstances atténuantes", je reconnais m'être précipité dans mes commentaires ... désolé pour les parents que j'ai pu choquer. Bon courage à tous et surtout exigez des explications. De toute évidence, il y a des raisons cachées. Mourad , pas de circonstances atténuantes, puisque nous sommes pas vos juges. Sur ce site, vos pratiques sont constantes, sur ce sujet ,comme sur d'autres, il s'agit moins de précipitations que de volonté de nuire, d'affirmer un égo démesuré et d'un usage généralisé du mensonge et du dénigrement. Cette fois la densité des réactions indignées et argumentées vous obligent à plus de modestie et à reconnaitre votre volonté de nuire aux enseignants , enfants et parents . Nous pouvons espérer des contributions objectives Mr Mourad ?
Désolé mais je relance. Ce n'est pas parce que Mourad dit des choses qui ne vous plaisent pas qu'il a tort. La pétition pour Mme DARBO a été signée par une "majorité" de parents. Pas la totalité. J'en conclue que cette maîtresse ne fait pas ľunanimité. Sinon tous les parents auraient signé. Il faut savoir être modeste parfois. Tiens et pour le plaisir je relance encore. Les Alphas et la méthode de Singapour ne sont pas révolutionnaires. Ils ne nécessitent pas un aménagement spécial de classe ou un budget exceptionnel (comme a pu en bénéficier Céline Alvarez pour sa classe Montessori). Les parents ne parlent que des méthodes de français-maths mais pas de projets à long terme (voyage, spectacle,...). Ça m'interpelle un peu.
La plaine, vous soufflez sur le chaud et le froid. Vous faites le procès de madame Darbo. Avez vous côtoyé madame Darbo? Connaissez vous son parcours? Mis à part les informations que vous piochez par ci par là? Concrètement vous avez travailler avec cette enseignante? Alors quel est votre problème? Vous dites "madame Mourad dit des choses qui ne vous plaisent pas qu'il a tort". Qu'est-ce que vous en savez? Les parents qui ont travaillé en partenariat avec cette enseignante expliquent les années qu'ils ont eu à mesurer les progrès de leurs enfants, remetttriez-vous en cause leurs paroles? Vous êtes inspectrice ou formatrice de l'éducation nationale pour leur demander des comptes? Eux sont des témoins oculaires et directes des années passées à suivre la scolarité de leurs enfants. Et vous, que trouvez vous a faire ? C'est d'accorder du crédit à ce que dit madame Mourad alors qu'elle déclare colporter des renseignements qu'elle aurait entendues? C'est quoi cette manière de faire. Vous dites que les parents parlent de maths et français et pas de projets à long terme! Pourquoi ne pas leur poser directement la question? Cela vous éviterait de tomber dans la médisance! Concernant les pétitions puisque vous évoquez ce sujet, posez leur directement la question également, vous serez moins dans la médisance. Car je trouve votre positionnement très étrange! Si vous n'avez rien avoir dans cette histoire, alors contentez vous d'être objective, pragmatique et honnête, car selon moins vous n'êtes pas étrangère dans cette histoire, vous en dites un peu trop, ce qui permet de questionner votre rôle dans cette histoire, tout comme madame Mourad. On aurait dit que vous vous concertez. Soyez justes et honnêtes dans vos propos, vous ne gagnerez rien à médire, mis à part emmener les personnes à se questionner votre dynamique dans cette affaire. Allez chercher la vérité, et venez raisonner afin que vos propos sonnent justes. C'est valable pour madame Mourad, passez lui l'info.
La plaine, "Tiens et pour le plaisir je relance encore. Les Alphas et la méthode de Singapour ne sont pas révolutionnaires. Ils ne nécessitent pas un aménagement spécial de classe ou un budget exceptionnel (comme a pu en bénéficier Céline Alvarez pour sa classe Montessori)" Cette situation vous procure de la jouissance! Alors continuez à y prendre du plaisir! Je vous propose d'aller vous documenter, car personne ne parle de révolutionnaire c'est vous qui employez ce terme, vous faites la pluie et le beau temps. Vous parlez d'aménagement qui a parlé d'aménagement, Vous parlez de budget qui a parlé de budget. De grâce allee vous renseigner. Si ce n'est déjà fait, alors c'est encore plus dramatqiue, car vous occultez la vérité. Dans quel but? Jalousie, méchanceté. Car si j'ai bien compris vous travaillez dans l'enseignement, que avez vous essayé de mettre en place afin que la majorité puisse vous suivre et de passage louer vos compétences? Au moins les parents qui déclarent que la majorité des parents ont signés des pétitions, ils sont honnêtes, car ils parlent d'un vrai document pas falsifié. Les signatures qu'ils ont pu récolter, ils font état des lieux de cette réalité, ce qui est trop honnête de leur part. Et vous madame LAPLAINE, qu'elle interprétation vous donnez à cette pétition, "madame Darbo ne fait pas l'unanimité", cette déclaration est très mesquine de votre part! Car vous ne questionnez rien. Prenez de la distance, sincèrement, à moins que vous ne soyez liée à cette histoire, dans ce cas, vous essayez d'avoir bonne conscience en enfonçant une enseignante. Pourquoi êtes vous dans l'aigreur, l'amertume?
Laplaine:"la pétition pour Mme DARBO a été signée par une "majorité" de parents. Pas la totalité.  "J'en conclue que cette maîtresse ne fait pas ľunanimité. Sinon tous les parents auraient signé." Je vous conseille ce bouquin LOGIQUE ET RAISONNEMENT, Michael Freund. Un peu d'analogie du type Laplaine, COMME À L'ASSEMBLÉE NATIONALE LES LOIS NE SONT VOTEES QUE PAR LA MAJORITE, ET NON PAR TOUT L'HÉMICYCLE, ALORS LES LOIS VOTEES SONT CADUCS." Sauf que ce type de raisonnement ne tient pas la route. Plus d'analyse et de réflexion seraient de rigueur
La paline cette citation est pour vous: "Des nains sur des épaules de géants (en latin : nani gigantum humeris insidentes). Transmettez-là à madame Mourad
@La vérité : Comme j'ai vu que des parents s'exprimaient sur ce fil de commentaires, j'ai cru comprendre que cela permettait de leur poser la question directement (en tout cas par écran interposé) et d'avoir plus d'éléments. Au sujet de Mme DARBO, je n'ai que les informations qu'il y a dans l'article et celles des commentaires de quelques parents. Donc il est vrai que je suppose des choses pour lesquelles je n'ai aucune confirmation ou infirmation. @Elise : vous pensez que je médis ou que je suis mesquin, mais selon moi pour suivre sa classe, il est bien mieux d'avoir l'unanimité auprès des élèves et des parents. Imaginez qu'une enseignante décide de garder tous ses élèves et qu'il y en ait un parmi eux qui ne s'en réjouisse pas. Que fait-on ? On met cet élève dans l'autre classe quitte à l'ostraciser un peu plus ? C'est pour cela que je soulève la question : y a-t-il eu stricte unanimité pour que Mme DARBO suive sa classe ? @Really... La comparaison avec les lois est mal choisie pour ce cas-là. @Prudencia : Ca ne me dérange pas d'être le nain de votre citation. Au final, j'espère que les élèves de cette école passeront une bonne année et que Mme DARBO relativisera et voudra toujours enseigner avec passion malgré tous ces évènements.
La plaine, comme disait Démocratie "nous pouvons espérer des contributions objectives Mourad?" Je suis plus de cet avis. La majorité des parents qui soutenaient les projets de madame Darbo car ils y trouvaient leur compte, ce sont de ceux-là qu'il est question. La minorité, qui ne souhaitait pas. Ils sont dans leur plein tout comme cette majorité qui était dans son plein droit. Ainsi, les projets continue avec la majorité des élèves. Ces élèves des parents minoritaires, leurs enfants iront dans une autre classe. C'est ça la démocratie. Ne pas imposer, proposer, réfléchir, discuter, argumenter, analyser, objectiver... Ensuite, il serait judicieux de voir de comprendre les motivations des parents majoritaires qui soutenaient les projets et y trouvaient leur compte et chercher à comprendre la minorité qui ne soutenait pas les projets de madame Darbo. Il serait bien de se rapprocher de ces parents connaître leurs avis et pourquoi pas madame Darbo également. Il ne s'agit pas ici de trancher ni même de prendre partie à moins d'être concerné par cette affaire... Car pour l'instant, seule les parents concernés qui sont venus s'exprimer sont à même de retracer la trajectoire de cette histoire. Qui si j'ai bien compris, il y a eu une montée pédagogique de septembre 2015 à juillet 2018 de leurs enfants avec madame Darbo. Ces parents témoignent d'un réel progrès. Quel serait l'intérêt des parents de soutenir des projets qui ne marche pas? Peut que c'est là qu'il faudrait commencer à se questionner au lieu de tirer des conclusions hâtives à tous azimuts? Poser des questions permettant de mieux comprendre l'intervention des parents et ne pas les outrés avec des propos calomnieux. A part nuire quel est l'intérêt? A-t-on pensé aux enfants, parents et l'enseignante en question? Vous gagnez quoi madame Laplaine et madame Mourad a agir ainsi? La gloire, la magnificence, des médailles, des gallons, l'adoubement, avoir raison coûte que coûte? Ça suscite beaucoup de questionnements...
Bonjour, je ne calomnie pas. Je pose des questions et n'ayant pas de réponses je fais des suppositions. Ce qui m'a poussé à réagir c'est le point de vue unique de l'article. Mais l'école et l'inspection n'ayant pas voulu se répandre dans la presse (et c'est tout à leur honneur), il n'y a pas assez d'éléments pour conclure quoi que ce soit. Ce que fait quand même le journaliste en titrant : "Enseigner autrement : pourquoi ça dérange ?" @Prudencia : Merci pour votre commentaire. Cela permet de savoir qu'il y a donc bien une partie des élèves qui ne continuera pas avec cette enseignante parce que leurs parents ne le souhaitaient pas.
Laplaine. Encore une autre interprétation. Finalement, vous avez qu'une vison unilatérale des situations. L'article dit que la majorité des parents ont souhaité que leurs enfants soient avec madame Darbo. Cela ne signifie pas pour autant que "une partie ne continuera pas avec Mme Darbo..." Peut être que tout simplement, ces parents n'étaient pas disponible pour signer cette pétition. Car si une partie des parents ne souhaitaient, pourquoi madame Darbo a suivi les mêmes élèves pendant 3 ans? (Car lorsque les parents n'aiment pas ça se sait, et madame Darbo n'aurait pas tenu ces 3 3 ans avec les memes élèves! ) Jusqu'à ce que la liste des élèves que madame Darbo devait avoir soient "dispatcahé", comme c'est mentionné dans l'article? Si les projets que madame Darbo menait avec les élèves ne portaient pas ses fruits, alors pourquoi les parents semblent y adhérer et conquis? Jusqu'au point de souhaiter Madame Darbo à d'autres enfants, à l'instar du témoignage de la mère, qui raconte avec nostalgie le parcours scolaire de son fils ayant passé 3 ans avec madame Darbo (cette maîtresse,, je la souhaite à tous les élèves de REP, REP+). Quelle interprétation allez- vous encore donner à cette déclaration madame Laplaine? Donc votre conclusion hâtive consistant à dire qu'une partie des parents ne voulaient pas que leurs enfants soient avec madame Darbo semble peu probant. Peut être parce que les élèves de Madame Darbo semblaient réussir, comme en témoignent les parents, qu'ils ont été "dispatchés", dans un but probablement de remplacer des élèves aux faibles résultats scolaires avec des élèves aux résultats scolaires satisfaisants, qu'avait madame Darbo. Et, ainsi, ces élèves avec un niveau scolaire faible remplaceraient les élèves de Madame Darbo. Et ainsi, le "dispatching", consisterait à remplacer les élèves de Madame Darbo qui semblaient avoir un niveau scolaire satisfaisant (selon les parents), prendre la place des élèves qui eux étaient scolairement faible? Car je ne pense pas qu'on puisse échanger des élèves scolairement performants avec d'autres élèves scolairement performant? Quel serait l'intérêt? Ou encore échanger des élèves avec des problèmes de comportement avec d'autres élèves avec des problèmes de comportement? Tout ceci n'aurait pas de sens? Alors je pense qu'il faudrait élargir son mode de pensée. De ce que j'ai lu, les parents semblaient satisfaits de cette enseignante. Donc des parents qui soutiennent une enseignante, car ils ont pu mesurer son engagement auprès de leurs enfants, c'est tout à l'honneur de cette enseignante. Selon moi, la journaliste a fait son travail d'investigation, elle a donné la possibilité à toutes les personnes concernées par cette affaire, de s'exprime, comme elle le mentionne dans son article, pourtant la directrice de l'école concernée et l'inspecteur n'ont pas souhaité s'exprimer. Pourquoi? On peut s'exprimer sans sortir de son devoir de reserve, puisque le devoir de réserve ne concerne que la hiérarchie, donc la directrice aurait pu s'exprimer sur cette affaire (mais elle ne l'a pas fait, pourquoi? Là aussi gros point d'interrogation), le devoir de réserve comme vous le disiez Laplaine, est une méconnaissance de ce devoir de réserve, vous le mentionniez plus haut à mauvais escient! L'enseignant qui témoignait par rapport au projet freinet, il ne dit pas pourtant que ce sont les parents qui n'en ont pas voulu! Son sabotage ne venait pas des parents. Madame Darbo ne semblait pas dire que les élèves qu'elle avait auraient été dispatchés par les parents. Cela s'est fait au sein de son école, tout comme le sabotage du projet freinet de cet enseignant. Donc un moment, il faut prendre le taureau par les cornes, et se rendre à l'évidence, l'article informe suffisamment, pour comprendre que les parents ne sont pas à l'origine de l'arrêt des projets de madame Darbo, puisque les parents sont venus témoignés en sa faveur. Il existe encore des gens honnêtes, tels que ces braves parents, qui réfutent les dires de madame Mourad, madame Abon et et madame Laplaine. "Enseigner autrement, pourquoi ça dérange?" Si cela ne dérange pas, pourquoi avoir dispatché les élèves qu'elle suivait depuis 3 ans, et dont les parents semblaient satisfaits? Ils le disent Et même que "les mamans se sont rendues à la DSDEN (3) du 93 à plusieurs reprises pour alerter de ce problème" (pour les beaux yeux de madame Darbo? Sûrement pas! Quant à la journaliste, elle écrirait un article juste pour le plaisir?) Ainsi Laplaine, allez-vous dire que les parents qui soutiennent madame Darbo, ont tort de le faire? Leurs avis sont-ils illégitimes à vos yeux, peux crédibles, ne savent-ils pas reconnaître le progrès de leurs enfants? La loi d'orientation, donne une réelle légitimité aux parents d'être impliqués dans la scolarité de leur enfants, et d'être dans le droit de donner leurs avis, leurs sentiments, leurs ressentis, et être force de proposition, et soutenir des projets comme ils l'ont fait à l'égard de madame Darbo et c'est tout en leur honneur. L'école fonctionnera le jour où, les parents seront considérés comme faisant partie de la communauté éducative à part entière, et pas comme des " bouches-trous (venant tenir le rôle de figurants dans les conseils d'école, où tout serait orchestré pour montrer l'école sous son meilleur jour, le folklore flamboyant au lieu d'être objectifs, pragmatiques...), de simples accompagnateurs scolaires, cotiser à la coopérative de l'école, acheter des photos, et venir aux convocations de leurs enfants qui ne seraient pas "sages..." Et à quand on implique les parents, réellement dans la scolarité de leurs enfants, pas seulement quand ça va mal? Et à quand l'enseignement aux élèves: de l'empathie, la bienveillance, la cohésion, le respect, l'intégration (et non l'exclusion!), et à quand arrêter de tout mettre sur l'élève et sa famille. Et à quand une vraie formation des enseignants afin qu'ils soeint mieux formés et préparés à enseigner en REP et REP+, car c'est du sérieux dans les écoles classées REP et REP+, car les constats socio-économiques-culturlles amènent à accorder une attention particulière dans ces écoles, autrement, elles ne seraient pas classées REP et REP+, et une prime pour enseigner dans ces écoles classées par l'Etat, n'aurait pas lieu d'être.! Laplaine, sortez de votre confort intellectuelle. Car cette crise dans cette école ayant poussée une enseignante (qui d'après les témoignages des parents l'ayant côtoyée, disent qu'elle est impliquée et investie pour les élèves), à ne pas reprendre son poste, pousse à questionner vraisemblablement sur les réussites et les échecs scolaires, mais également les moyens alloués dans les écoles des quartiers défavorisés, et ma formation et l'accompagnement des enseignants et le mode de recrutement afin qu'ils aient le goût d'enseigner sans pression. Un enseignant bien dans sa peau est une réel gage de confiance et de sérénité pour les élèves, l'équipe, l'ambiance de l'école,etc. "On ne peut pas prétendre être honorable, et faire usage du mensonge!"
Laplaine ceci est pour vous Le texte de référence est la Loi n° 83-634 du 13 juillet 1983, dite loi Anicet Le Pors, sur les droits et obligations des fonctionnaires. Il ne fait cependant mention ni de "devoir de réserve", ni d'"obligation de réserve". En effet, la liberté d'expression des fonctionnaires, garantie par la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, est reconnue aux fonctionnaires sous réserve d'un usage qui ne soit ni excessif, ni insultant à l'égard des pouvoirs publics et de la hiérarchie. Ce devoir de réserve est apprécié en fonction des responsabilités assumées de par son rang dans la hiérarchie et de la nature de ses fonctions. Le "devoir de réserve" est régit par la jurisprudence ce qui laisse une large plage d'incertitude et d'interprétation dans son application. Cette jurisprudence peut être reprise dans les statuts particuliers de certaines professions, comme les magistrats, les militaires, les policiers, ou devenir une contrainte pour certaines fonctions, compte tenu de leur position hiérarchique (ambassadeurs, préfets...)
Laplaine, parent d’élève 3 (Pseudonyme non vérifié) 14 novembre 2018 @mourad je vis au franc moisin depuis maintenant 1an et demi, j'habitais aubervilliers le niveau de sa classe était catastrophique quand il a débarqué dans la classe de Mme darbo en ce2 il n'avait pas le niveau et le travail demandé par Mme darbo était du haut niveau je trouvais mais elle l'a bien aidé et il a bien rattrapé son retard lui qui en plus était timide,j'aurai bien aimé qu'il continu son cm1 avec mais ça n'a pas été possible malgré mes demandes je suis trés satisfaite du travail fourni par Mme Darbo. En lisant ce témoignage, ce parent explique qu'il a bien demandé à ce que son fils poursuive sa scolarité dans la classe de madame Darbo, (au vu des progrès, tant cognitifs que la confiance en soi..), A-t-on respecté ou même pris en compte la demande de ce parent? Vraisemblablement non! Donc voyez-vous, madame Laplaine, ce parent a demandé à ce son enfant poursuive dans la classe de madame Darbo et peut être d'autres parents dans le cas de ce parent, pourquoi sa demande n'a pas été acceptée? Vu que son enfant progressait avec les démarches pédagogiques de madame Darbo. Donc selon le témoignage-déclaratif de ce parent, son enfant aurait dû être dans la classe de madame Darbo, mais cela n'a pas été respectée. Qu'est-ce qui a motivée la non prise en compte de la demande de ce parent, et peut être d'autres, à ce que l'enfant ou les enfants continuent avec madame Darbo? D'autant plus que les parents déclarent mesurer le progrès de leurs enfants, tout comme madame Darbo soulignant notamment le progrès de ces élèves dans cet article de journal? Ce qui est déplorable dans cette affaire, est que, ni l'avis des parents, ni encore moins celui de l'enseignante, madame Darbo ne soient pris en compte quant à la manière de repartir des élèves qui semblaient progresser dans la classe de madame, car ceĺle-ci dit bien: "les résultats étaient là."

Pages

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur