En ville

Plaine Saulnier
/ Engie, c’est fini

Fin septembre 2020, la démolition du site d’Engie battait son plein. La vue sur le Stade de France, en arrière-plan, est désormais totalement dégagée. © Yann Mambert
Fin septembre 2020, la démolition du site d’Engie battait son plein. La vue sur le Stade de France, en arrière-plan, est désormais totalement dégagée. © Yann Mambert

À une allure digne des athlètes qui participeront aux JOP 2024, les ouvriers s’affairent à la démolition. Pas de temps à perdre pour cette centaine de personnes – dont une dizaine en réinsertion – qui se doit de respecter des délais précis : le chantier de la future piscine olympique doit prendre le relais. Jusqu’à récemment se dressait là le site de recherche d’Engie, en face du Stade de France. Les équipes du Crigen, dont les derniers effectifs ont déménagé à Stains en décembre2019, ne reconnaîtraient plus leur ancien lieu de travail. Sur ces vingt hectares, les travaux engagés au mois de mars2020 ont déjà complètement bouleversé le paysage.

Vestige de l’usine à gaz du Landy

Les bâtiments, hérités en partie de l’ancien site de l’usine à gaz du Landy et complétés par des constructions inaugurées en 1988, sont actuellement mis à terre par des véhicules de chantier. De ce passé industriel, seule la trace du mur d’enceinte, rasé jusqu’au sol, restera visible. Certains édifices ont dû être revêtus d’un échafaudage et d’une toile d’isolation afin de subir un désamiantage avant démolition. Les gravats seront récupérés puis concassés selon un diamètre défini et réutilisés pour protéger la nappe phréatique souterraine afin d’éviter qu’elle ne s’assèche. Un trou d’une profondeur de quinze mètres sera bientôt creusé pour en permettre l’accès. La dépollution des sols devrait quant à elle commencer en novembre, pour laisser place au chantier de construction proprement dit à partir de l’été 2021. Un calendrier de travaux qui ne laisse pas de place à l’imprécision.

« D’habitude, il y a toujours un risque de prendre du retard, surtout à cause des intempéries. Cette fois-ci, on sait tous que ce n’est absolument pas possible », confie un employé du chantier. Ainsi l’interruption totale d’un mois due au confinement a été rattrapée pour se conformer aux délais.

LIRE AUSSI : Des gazomètres au centre aquatique, toute une histoire

Monument aux morts déplacé

Si la mémoire doit rester, elle change néanmoins de lieu. Tout a déménagé, y compris le monument aux morts érigé en hommage aux travailleurs de Gaz de France. Pour laisser la place au futur équipement sportif, les nombreuses plaques commémoratives installées dans l’enceinte même du site d’Engie ont été transférées à Stains. Elles rappellent et honorent les travailleurs du Gaz morts pendant les deux guerres mondiales, et seront donc au plus près des équipes d’Engie, dont une partie a déménagé à Stains. (Dernière image sur notre diaporama.)

Mona Guichard (stagiaire)

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur