En ville

Encore une année de travaux

Rue Eugène-Hénaff, 320 logements vont bénéficier de lourds travaux?; rue Gaston-Monmousseau, 92 logements neufs sortent de terre. Un environnement en cours de transformation que suivent de près les habitants.

« J’ai un bel appartement. Quand je suis arrivée, ma fille avait 1 mois et demi, elle a maintenant 23 ans. Ici, je connais tout le monde. Et puis on a de la verdure?! » Des témoignages comme celui de Monique sont monnaie courante à Pierre-Sémard. En dépit de cet attachement exprimé par les « vieux » locataires, les immeubles ne paient pourtant pas de mine. Édifiée en 1960, cette cité de 1000 logements est l’une des plus anciennes du patrimoine de Plaine commune habitat. En 2005, le bailleur amorçait avec ses locataires une concertation de longue haleine, en vue d’une vaste rénovation prévue en deux phases et échelonnée sur plusieurs années.
Grâce aux subventions Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine), la première phase des travaux a débuté au printemps dernier. Les deux chantiers, menés en parallèle, ne devraient prendre fin qu’à l’été 2009. L’un porte sur deux immeubles de chacun 160 logements, à réhabiliter (les 3-5-7 et 15-17-19, rue Eugène-Henaff). L’autre est plus spectaculaire, et plus discuté. Conçus par deux cabinets d’architectes, Milou et Jacques Soucheyre, ce sont huit immeubles accolés, d’un à cinq étages, où sont répartis 92 logements, et où est intégrée la PMI du quartier.
« Belle qualité de la réalisation, mais… »
Première contrariété, le nouvel îlot est sorti de terre au milieu d’une « prairie » à laquelle chacun s’était habitué depuis la destruction voici une dizaine d’années à cet endroit des immeubles du « Petit Sémard ». « Il y a un vis-à-vis terrible. Les gens ne se sentent plus chez eux », déplore une adhérente de l’amicale des locataires, qui désigne parmi les plus à plaindre les habitants de la cité Pottier. Conviés à la première visite de l’appartement témoin ce jeudi 16 octobre, les membres de l’amicale CNL n’en saluent pas moins « la belle qualité de la réalisation. Mais il y a des choses toutes simples qui ne vont pas?! » C’est l’entrebâilleur qui manque à la porte d’entrée, ou le bac à douche, trop haut pour des personnes handicapées ou âgées. « Ce n’est pas une douche, c’est un casse-gueule?! » On regrette aussi la pose des volets roulants, en raison du système d’ouverture « qui s’use très vite », et du coffrage qu’il impose à l’intérieur au-dessus des fenêtres. « On se demande bien comment poser nos doubles rideaux. » Et pour les fenêtres, « on aurait préféré du PVC, plutôt que du bois qui demande beaucoup d’entretien ».
Chargé d’opération, Jean-Yves Joumas fait valoir les normes du label Qualitel HPE 2000, dont une fermeture optimale, conforme aux objectifs d’économie d’énergie. Avec 30 % de locataires de plus de 60 ans, « il y a beaucoup de gens qui sont là depuis trente ans. Et pour eux, le relogement, c’est déjà beaucoup de souffrance », souligne Roselyne Le Floch, la présidente de l’amicale. « À chaque fois que l’on conduit une telle opération, il y a toujours une appréhension, observe Jean-Malo Pellet, directeur de la maîtrise d’ouvrage à Plaine commune habitat. Les gens voient ce qu’ils vont laisser et pas ce qu’ils vont trouver, comme le confort acoustique et thermique. »
Prioritaires pour ce nouvel îlot, les locataires du 8-10-12, rue Gaston-Monmousseau ont été à 50 % relogés, en vue de la démolition de leur vieil immeuble. Pour le chantier de réhabilitation, conduit faute de moyens suffisants pour envisager une telle opération de démolition-reconstruction, « les gens sont très satisfaits », observe Mme Le Floch, malgré les inconvénients de ce chantier en milieu habité. Seule réserve à ce jour, la couleur « trop foncée » du revêtement de brique, proposée par l’entreprise GTM, qui ne correspond pas au projet présenté par l’architecte, Dragos Patrasco.
La délicate opération de la pose de sol plastifié
Dans l’immeuble du 15-17-19, rue Eugène-Henaff, plombiers et électriciens sont déjà intervenus dans quelque 80 logements sur 160. Changements de robinetterie et de sanitaires, poses de VMC et de nouvelles portes palières… « Ce sont des interventions sur deux jours », indique Frédéric Groulet, le chargé d’opération. Plus délicate, l’installation de fenêtres à double vitrage avec des allèges assurant une protection thermique a commencé depuis peu, après résolution de quelques problèmes techniques. Restera la pose du sol plastifié, « élément final assez compliqué puisqu’il faudra vider toute une pièce », et le remplacement des ascenseurs. « Les locataires en seront privés pendant quatre mois, alors que les deux immeubles sont à R+9 », précise M. Groulet. « Pour les personnes âgées ou ayant des difficultés, nous allons mettre en place un dispositif d’accompagnement, notamment un portage des courses y compris le samedi », reprend M. Pellet, qui signale aussi cette grande première pour Plaine commune habitat?: la mise en ligne par GTM et d’ici deux semaines d’un site Internet sur la réhabilitation. Internautes visés, les locataires « les moins présents » en raison de leurs activités professionnelles. « C’est un média complémentaire. Il ne s’agit pas de le substituer à la communication au quotidien. »
Marylène Lenfant

POUR ENRICHIR L'AIDE À DOMICILE
Après-midi convivial pour les personnes âgées

À la croisée des attentions de l’amicale CNL des locataires et du service d’aides à domicile de la Ville?: les personnes âgées de Pierre-Sémard. À partir du 22 octobre, des animations leur seront proposées un mercredi après-midi sur deux dans le « local de concertation », par des aides à domicile.
« Nous y avons travaillé pendant un an avec une quinzaine d’aides à domicile, qui souhaitaient voir les retraités dans un autre contexte que chez elles », raconte Audrey Gueniche, responsable du service de maintien à domicile. Les aides, qui se relaieront deux à deux à chaque rendez-vous, « iront les chercher à la demande ».
Renouvelées autour d’un goûter, les animations – jeux de société, chants, etc. – devraient gagner en diversité, « autour d’ambiance musicale » et avec des professionnels intervenant sur la santé, la nutrition… Le coup d’envoi de ces « Après-midi de convivialité » a été donné le vendredi 17 octobre sur la pelouse de Sémard en musique avec un quartet de jazz animé par Jean-Bernard Charlot, et les slameurs de l’atelier de la résidence Ambroise-Croizat.
M.L.
Renseignements au 01?49?33?69?72.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur