En ville

Hôpital Delafontaine
/ Enceintes et obèses : surveillance accrue

Ouvert le 8 novembre, l’hôpital de jour « ronde », situé au cœur du service grossesse à haut risque du centre hospitalier Delafontaine, propose un suivi spécialisé et adapté aux femmes enceintes obèses.
Tous les vendredis, cinq femmes enceintes sont suivis par des professionnels bienveillants (c) Olivia Kouassi
Tous les vendredis, cinq femmes enceintes sont suivis par des professionnels bienveillants (c) Olivia Kouassi

« On se sent vraiment encadrées, ça me rassure », sourit Jessica, enceinte de son premier enfant. Depuis vendredi 8 novembre, l’hôpital de jour « ronde » a ouvert ses portes à Delafontaine. Cette nouvelle filière s’adresse aux femmes enceintes obèses ou ayant bénéficié d’une chirurgie bariatrique. Situé dans le service grossesse à haut risque, l’hôpital de jour accueille tous les vendredis cinq femmes qui seront suivies tout au long de la journée.

La demande d’admission au programme doit être effectuée par un médecin ou une sage-femme car quelques conditions doivent être remplies comme être enceinte de 12 à 34 semaines et avoir un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 35. La mise en place de cette prise en charge globale découle d’une réunion organisée avec des femmes obèses pour définir leurs besoins. « C’est un projet propre à l’hôpital, il n’y a pas de protocole national sur la prise en charge des femmes enceintes obèses, détaille le Dr Stéphane Bounan, chef du service gynécologie et obstétrique et instigateur du projet. La France est vraiment en retard sur ce sujet. »

Un matériel adapté

« Un hôpital de jour comme celui-ci à toute son importance dans une ville comme Saint-Denis qui présente une prévalence supérieure à la moyenne nationale », indique le Dr Bounan. Avec ce projet, le service maternité entend réduire de façon significative les complications médicales liées à l’obésité. Les patientes obèses, souvent plus susceptibles de développer du diabète, de l’hypertension artérielle, ou dont les enfants peuvent être victime de malformations,nécessitent un suivi renforcé, « souvent négligé ». 

LIRE AUSSI : l'obésité infantile à bras le corps

« Il y avait un réel besoin de créer un parcours-circuit pour les patientes », précise le chef de service. Le centre hospitalier a donc accepté de financer des postes de psychologue, diététicien ainsi que de médecin anesthésiste dédiés au programme. Les patientes suivent des entretiens individuels avec ces différents professionnels tout au long de la journée.

Elles réalisent également une échographie avec une sonde spécialisée « flambant neuve » d’une valeur de 120 000 euros.. « On prend le temps avec elles », précise Leïla Benazzouz, sage-femme et coordinatrice des grossesses à haut risque et de l’hôpital de jour. Le service maternité s’est également équipé d’une table d’examen, d’une balance et de fauteuils adaptés.

Des professionnels à l’écoute

Cet hôpital de jour est également une arme pour lutter contre le manque d’information et les souffrances psychologiques que subissent les femmes obèses dans l’univers médical. Ici, pas de jugement, ni de réflexions blessantes. La journée commence par un temps commun, « un moment convivial pour faire connaissance » qui se poursuit par les différentes consultations et se termine par un entretien final.

On propose alors aux futures mères de rejoindre un programme d’éducation thérapeutique composé de quatre ateliers animés par des professionnels. Objectif : sensibiliser les femmes au suivi médical et aux règles diététiques durant la grossesse et échanger sur l’image de leur corps et l’alimentation de l’enfant à naître. « On ne cherche pas à ce que les patientes maigrissent, explique Leïla Benazzouz. On essaie de changer leur vision de l’obésité et de les accompagner au mieux. » Pour « ne pas louper de patientes », l’hôpital compte sur une collaboration avec la Ville et ses institutions de santé. «Les PMI voient souvent les patientes avant nous, explique le Dr Bounan. L’idée serait de repérer tout de suite les femmes qui pourraient être intéressées par le projet et de nous les adresser directement. »

LIRE AUSSI : La nouvelle machine révolutionnaire de Delafontaine

Olivia Kouassi

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur