À la une En ville

Bicyclo, la Maison du vélo
/ Elles roulent aussi des mécaniques

Une journée spéciale a eu lieu vendredi 8 mars dans les locaux de l’association SoliCycle, 120 rue Gabriel-Péri. À l’occasion de la Journée des droits des femmes, un effectif 100 % féminin a accueilli le public.
L'association SoliCycle a organisé à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, des ateliers de mécanique auxquels était convié un public 100%féminin.
L'association SoliCycle a organisé à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, des ateliers de mécanique auxquels était convié un public 100%féminin.

Quid de la parité habituelle à Bicyclo, la Maison du vélo associative et solidaire de Plaine Commune ? Ce vendredi 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, pas l’ombre d’un salarié homme à l’horizon… Telles des chirurgiennes en bloc opératoire, chacune y va de son diagnostic. Les bicyclettes éventrées de part et d’autre de l’atelier maintiennent leur attention. Les clés à molette et tournevis passent de mains en mains. « C’est un problème de freins », déclare l’une des mécaniciennes. « Il faut fixer les pédales », murmure-t-on dans un autre coin. Les plus aguerries montrent les étapes de réparation aux novices. « On a réuni ici toutes les femmes employées dans les différents sites SoliCycle d’Île-de-France, c’est l’occasion d’échanger des conseils et pratiques », explique Cassandre Ville. L’étudiante mécanicienne pilote la mission du jour. 
 


« On est tout autant capables de faire ce métier que les hommes »

Françoise n’est pas dépaysée pour autant. « J’ai l’habitude d’exercer dans un univers masculin, je travaillais dans les pièces automobiles avant. Mais c’est vrai que c’est sympa de travailler entre filles, on est bienveillantes les unes envers les autres », avoue cette salariée à SoliCycle depuis quatre mois. Sa collègue « Dada » a émis des réserves au départ. « Je pensais que c’était dur mais en fait non. On est tout autant capables de faire ce métier que les hommes, il faut quand même avoir du caractère !(rires)». Un adhérant de l’association présent salue l’opération. « Les femmes dans la mécanique apportent un regard différent, de la précision », glisse-t-il.

Cette initiative portée par Marianne Ralu, chargée de projet pour le compte de l’association, vise notamment à déconstruire les stéréotypes autour de la mécanique, du vélo, et des femmes. Animé par une intervenante spécialisée dans les questions de sexisme, un « débat mouvant » a eu lieu sur le statut de la femme dans la société et au travail. Avec en filigrane, la thématique du vélo, avec des interrogations du type « en quoi est-il un moyen de s’émanciper ? ». Les échanges ont été nourris. La journée « Girl Power » est un franc succès, les mécaniciennes ont assuré les réparations de vélos avec brio… Les collègues masculins n’ont visiblement pas manqué.

Wanice Kouri

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur