En ville

Covid-19
/ Ehpad en vase clos

Au Laurier Noble, un seul cas de Covid-19 a été signalé selon une source interne. L’établissement prend le plus grand soin à appliquer strictement le confinement de ses fragiles pensionnaires.
Depuis début mars, la résidence du Laurier Noble vit refermée sur elle-même
Depuis début mars, la résidence du Laurier Noble vit refermée sur elle-même

Depuis le lundi 30 mars, les résidents des Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) sont placés en confinement total. Une recommandation des Agences régionales de santé (ARS) pour tous les établissements accueillant des personnes âgées sur le territoire français. Au Laurier Noble, situé à proximité de l’hôpital Delafontaine, on avait devancé l’appel et le confinement est de rigueur depuis le 3 mars. Les visites de personnes extérieures (famille, amis) ne sont plus possibles et les résidents qui auparavant prenaient leurs repas et passaient une partie de la journée dans une salle collective, restent désormais dans leur chambre. Cette situation a aussi bouleversé les habitudes des salariés. Tout le monde met la main à la pâte, en particulier au moment des repas, équipe de vie sociale et équipe administrative comprises. Si au départ pour ces salariées la fourniture de masques a été problématique, depuis la semaine du 23 mars, un stock leur est réservé à l’hôpital Delafontaine voisin.

LIRE AUSSI / Hôpital : les familles ne sont pas oubliées

Au Laurier Noble, les salariés ne dorment pas sur place comme cela se fait parfois ailleurs. Le trajet en taxi, pour ceux qui empruntent les transports en commun, est pris en charge par l’Adef, gestionnaire des lieux, pour minimiser au maximum les contacts. 

Paradoxalement presque plus de lien avec les familles

Pour les animations, proposées ordinairement à tous dans la salle commune, elles sont maintenant organisées pour deux à trois personnes en respectant les distances d’un mètre entre chacun. Et dès que c’est possible, les personnes âgées font un tour, accompagné pour un membre de l’équipe, dans le petit jardin de l’Ehpad. Tous ont compris et admis la nécessité de rester dans leur chambre même si l’après-midi passée ensemble manque. Pour la partie des pensionnaires atteint de troubles psychiques, plus jeunes en général et plus mobiles, il est difficile d’évaluer l’impact du confinement. 

De manière à rassurer à la fois le personnel mais aussi les familles, un médecin généraliste est présent quasiment en permanence. Attaché à l’établissement, ce dernier assure maintenant ses consultations de ville par le biais d’internet et le fait depuis le Laurier Noble. 

Mi-mars, un résident a été diagnostiqué COVID-19. L’équipe a porté son attention sur les personnes avec qui il avait des échanges fréquents. Mais aucun nouveau cas n’est à déplorer depuis, expliqu-t-on en interne. Le résident est actuellement hospitalisé à Delafontaine. Son état étant stable, il devrait être rapatrié dans les jours qui viennent. L’établissement prépare son retour en aménagement l’espace (bâche en plastique …) et quatre salariés seulement seront amenés à s’approcher du patient pour les soins nécessaires. 

En temps normal, seul un quart, des soixante-quinze résidents, reçoivent des visites régulièrement et sur ce quart, quatre ou cinq avaient des contacts quotidiens avec l’extérieur. Pour eux, le passage au confinement total a constitué une épreuve plus difficile. Pour certains et grâce au système mis en place, les contacts avec la famille sont finalement plus fréquents qu’à l’accoutumée. L’établissement s’est doté le plus vite possible d’une tablette et d’une clé 4G pour conserver, au mieux, les contacts avec le monde extérieur. Marc Veyrat, coordonnateur de la vie sociale, contacté pour connaître la situation dans cet Ephad, conclue l’appel téléphonique ainsi : « Je dois aller voir une résidente pour lui passer un message de sa petite fille. Elle est violoncelliste et elle a enregistré un morceau pour sa grand-mère ». Au Laurier Noble, on fait donc contre mauvaise fortune bon cœur. 

LIRE AUSSI / Covid- 19 : Delafontaine sur la corde raide
 

Véronique Lecoustumer

 

Maison des Lumières

La situation n'est pas simple à l'Ehpad de la Maison des lumières, située avenue Wilson à La Plaine. Plusieurs cas de Covid-19 ont été diagnostiqués parmi les 71 pensionnaires. Les deux décès enregistrés ce mercredi ne seraient en revanche pas liés à l'épidémie en cours.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur