À la une Cultures

Exposition « La musique, une histoire d’hommes  ? »
/ Egalité en sourdine

Avec son exposition « La musique, une histoire d’hommes  ? » au conservatoire de Saint-Denis, la Sacem met les pieds dans le plat : la grande musique c’est aussi une affaire de nana.
Une exposition de la Sacem au conservatoire met à l'honneur les compositrices du Moyen-âge à nos jours.
Une exposition de la Sacem au conservatoire met à l'honneur les compositrices du Moyen-âge à nos jours.

Hildegard von Bingen, Lili Boulanger, Elfrida Andrée, Marie Moke… Ces femmes ne vous disent peut-être pas grand-chose et cela, rassurez-vous, serait tout à fait compréhensible. Cette méconnaissance est le fruit d’années de mise en sourdine. Ces femmes ont en commun d’avoir été de grandes compositrices sans jamais acquérir la notoriété de leurs contemporains masculins ou du moins, pour la plupart d’entre elles, de passer à la postérité. Il en va de même pour Fanny Mendelssohn, évoluant dans l’ombre de son frère Félix, ou Clara Schumann et Alma Mahler, compositrices de talent trop souvent réduites à la seule popularité de leurs époux. Si l’on convient d’emblée qu’il existe « bien sûr » d’illustres auteures d’opéras, d’orchestres ou de concerti, c’est au moment de citer leurs œuvres que la mémoire flanche et que l’on reconnaît alors nos lacunes. Et si une petite mise à jour s’imposait ?
 

Sainte Cécile, patronne des musiciens

La Société des auteurs compositeurs et éditeurs de musiques (Sacem) veut rendre leurs lettres de noblesse durement conquises aux compositrices de musique classique et moderne.

Son exposition « La musique, une histoire d’hommes » replace la femme au centre de la création musicale du Moyen-Âge jusque dans les années 1980. Cette exposition, la première « physique » produite par le musée en ligne de la Sacem (1), est visible au Conservatoire de Saint-Denis. Elle a été inaugurée en partenariat avec la Mission Droits des Femmes de Saint-Denis, vendredi 25 janvier à l’occasion de la Nuit des Conservatoires.

De nombreuses auteures sont mises à l’honneur tout au long de l’exposition : Hélène de Montgeroult, dont la légende raconte qu’elle aurait échappé à la guillotine en improvisant au piano sur la Marseillaise devant le tribunal Révolutionnaire, Loïsa Puget, première femme sociétaire Sacem, Françoise Hardy qui a déposé à ce jour 350 œuvres auprès de l’organisme. Grâce au fonds d’archives de la société de gestion des droits d’auteur, le visiteur parcourt des siècles de misogynie savamment… orchestrée.

Très tôt, l’Église a écarté les femmes de la musique savante en confiant aux moines copistes les maîtrises (chœurs religieux), il était même interdit aux femmes de chanter dans les églises jusqu’au XIXe siècle. Quel paradoxe quand on sait que les musiciens ont pour patronne la martyre Saint-Cécile. Longtemps cantonnées au rôle de muses ou assimilées à des courtisanes pour les plus bohèmes d’entre elles, les musiciennes ne sont autorisées à se produire qu’à partir du XVIe siècle en France. Et là encore, ce sont seulement les dames de la haute société issues des familles d’artistes. 
 

LIRE AUSSI : Zahia Ziouani, la cheffe d'orchestre, le classique pour tous
 

4% de cheffes d’orchestre

 Aujourd’hui où en sommes-nous ? Si une évolution notable dans la reconnaissance des compositrices se traduit par une redécouverte de leur répertoire, ce sont des siècles de domination patriarcale qu’il faut désamorcer. « Il n’y a que 2 % de femmes programmées dans les festivals de musiques actuelles, elles sont moins de 20 % programmées dans les festivals dans toute l’Europe. Dans les orchestres on compte 20 % de femmes solistes, 4 % de cheffes d’orchestre… » énumère Marie Leroy en charge de la Mission Droits des Femmes. Des facteurs qui peuvent paraître anodins mais qui conditionnent les jeunes apprenties et les éloignent des voies professionnelles. « C’est un problème structurel et culturel, analyse Alice Falk responsable communication et action culturelle à la Sacem. C’est le fameux plafond de verre. Dans les conservatoires elles sont surreprésentées mais on pense que les filles sont plutôt destinées à des carrières plus stables. »

Il reste donc un pas à franchir. Fabien Cailleteau, professeur de piano au Conservatoire de Saint-Denis, dresse le même constat. « En amateur elles trouvent leur place, c’est indéniable. C’est quand il s’agit de devenir professionnelles que ça se complique. Je constate auprès de mes élèves qu’elles sont très rares à vouloir devenir compositrices. Elles ont du mal à se projeter. Il faut leur offrir des modèles » Et cela doit commencer très tôt. À l’école par exemple, il reste tant à faire. « Dans les manuels scolaires il n’y a tout simplement aucune compositrice mise en avant », dénonce Alice Falk. La faute à des schémas sociétaux qui laisse peu de place aux femmes.

Avec cette exposition, le Conservatoire dionysien et la Sacem entendent donc tordre le cou aux idées reçues. « Quand nous avons commencé à faire des recherches pour développer notre thématique annuelle autour des compositrices, nous avons été étonnés, moi le premier, du nombre de grandes compositrices que nous ne connaissions pas. J’en ai découvert plus de 500. Mais quand on a cherché un concert à Paris d’une compositrice contemporaine, on en a trouvé qu’un seul dans la petite salle de la Philharmonie. Il y a une absence de prise de risque des programmateurs, affirme Fabien Cailleteau. Absolument rien ne justifie qu’elles soient inconnues du grand public ».

Maxime Longuet

(1) www.musee-sacem.fr

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur