À la une En ville

Au coin de la Une
/ Deux prix deux mesures ?

Le Stade de France
Le Stade de France

Finalement il y a des sous, ou il n’y a pas de sous ? C’est la question un peu triviale qu’on est tenté de poser suite à la sortie de Gérald Darmanin, le 23 octobre à l’occasion du débat budgétaire à l’Assemblée nationale.

Le ministre de l’Action des comptes publics a évoqué une fourchette de 300 à 400 millions pour la rénovation du Stade de France (SDF) en perspective des JOP 2024. Une somme qui cadre avec celle du projet pharaonique présenté en interne aux équipes de Vinci (concessionnaire avec Bouygues du SDF au sein d’un consortium) début octobre.

Dans un clip la major française du BTP avait présenté un Stade de France relooké et disposant d’un toit à l’issue de deux ans et demi de travaux (quid des commerçants locaux ?) d’un montant de 450 millions. Une somme qui elle ne cadre pas du tout avec les 50 millions d’euros alloués à la réfection du SDF dans le protocole financier Paris 2024, présenté en juin par le Premier ministre. Qui dit vrai ? Philippe ou Darmanin ? Réponse d’ici la fin de l’année. En attendant, investir 400 millions d’euros dans la rénovation d’un équipement qui en a coûté 360 il y a 20 ans sonnerait comme une hérésie, alors même que l’État n’a de cesse de serrer les boulons financièrement concernant les investissements d’infrastructure liées aux Jeux sur le territoire.

Mais faut-il être étonné alors même que le Conseil d’État vient de donner son feu vert à la construction du Charles-de-Gaulle Express ? Liaison directe à 24 euros le billet entre l’aéroport et Paris gare de l’Est, pour laquelle l’État va consentir un prêt d’1,7 milliards aux entreprises privées qui vont le construire et l’exploiter. Les passagers du RER B eux pourront bien continuer à galérer.

Réactions

Le sujet évoqué démontre que le projet porté par Jean Nouvel d'un stade couvert était plus réaliste et économiquement plus viable. L'argent public dédié au Charles de Gaulle Express est une aberration sociale, économique et environnementale. Nous avons besoin d'argent publique pour des transports en communs utiles au plus grand nombre et un accompagnement financier des ménages les plus modestes qui seront impactés par la mise en œuvre des Zones à Faibles émissions sur le périmètre intérieur de l'autoroute A86 afin d'améliorer la qualité de l'air qui interdira peu à peu de circulation les véhicules les plus polluants. Encore une fois après avoir dilapidé un milliard d'euros avec l'abandon de l'écotaxe qui devait financer des projets de mobilité plus soutenable (mesure pourtant unanimement votée par l'Assemblée) ce serait 1,7 milliard d'euros dilapidé pour des intérêts très privés. "L'ancien monde" est suicidaire ! Qu'il disparaisse vite !
Suite. Je ne comprends pas vos chiffres : "En attendant, investir 400 millions d’euros dans la rénovation d’un équipement qui en a coûté 360 il y a 20 ans " ??? Ci-dessous un extrait des Cahiers du football paru en mars 2000. Un contrat de plomb En février 94, le concours architectural est lancé et le 5 octobre, Edouard Balladur scelle le destin du Stade de France en désignant le consortium SGE-Bouygues-Dumez et le projet des architectes Zublena-Macary-Regenbal-Costantini. Le stade de Jean Nouvel, qui avait la préférence du mouvement sportif et partait largement favori est écarté à la surprise générale. Alors qu'au départ les appels d'offre sur l'architecture et la concession devaient être séparés, le ticket est double, et son attribution engageait trop d'enjeux politiques pour que les choix d'Edouard fussent vierges de toute intention politique, six mois avant de fameuses élections présidentielles. L'époque était aux privatisations et à l'ouverture de nouveaux marchés, comme celui du troisième réseau de téléphonie mobile qu'emportera Bouygues… Saisies par Nouvel, la Cour des comptes et la Commission de Bruxelles estimeront en juillet 96 que l'appel d'offre et le traité de concession définitif (signé entre les deux tours de la présidentielle!) étaient trop favorables au consortium et s'interrogeront sur la pertinence financière et même la valeur juridique de ces choix… Car au-delà des considérations architecturales (CdF23), le contrat signé à l'époque est bien appliqué aujourd'hui et ses conséquences sont très réelles. En effet, si le débat autour du club résident a pris tant d'importance, c'est que l'Etat s'est engagé à indemniser le Consortium si un club "évoluant en première division et régulièrement présent en Coupe d'Europe" n'occupait pas le stade. On se demande comment Balladur a ainsi pu s'engager sur des critères relevant à la fois du privé et du sportif, plaçant les gouvernements futurs devant un problème ingérable et offrant cette rente publique à des sociétés qui bénéficient déjà de l'exploitation d'un équipement public très coûteux (2,6 milliards de francs pour mémoire). "Les pertes pour l'Etat, les bénéfices pour nous": on reconnaît là un des fondamentaux de la "nouvelle" économie libérale.
Bonjour. Voila pourquoi je suis contre les JO. Cela va enrichir les professionnels du BTP pour une période d'un mois. 400 Millions pour un stade qui n'est pas rentable. Quelle folie. Je ne comprends pas les élus de la ville qui se sont féliciter de ces jeux. Paris n'a pas gagné. Les autres villes n'ont pas participé car elles ont écouté leurs peuples. Est ce que c'était dans le contrat de mandature? Je ne crois pas... C'est toujours cette somme qui n'ira pas dans l'amélioration des infrastructures pour la population... Une notion bien éloigné des attentes des élus. Car P. BRAOUEZEC était à Lima au frais de la princesse ou se féliciter d'avoir obtenu les JO. Dans un autre article, on parlait du manque d’attractivité de la ville pour les professionnels de santé (pas que ces professionnels d'ailleurs). Si les élus pensent que c'est avec cet habillage que la donne va changer, ils se trompent. Les élus veulent une populaire ou personne ne paie rien. Cet idéal communiste s’arrête au parvis de l’hôtel de ville. Parce qu'un professionnel de santé va vouloir se taper toute la misère sociale et en plus l'insécurité...??? C'est vraiment que les élus se sont endormis pendant 10 ans et qu'ils viennent à peine d'ouvrir les yeux car les municipales arrivent bientôt.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur