À la une En ville

Histoire
/ Des villes jumelées à la coopération décentralisée

Saint-Denis, ville jumelée avec l’histoire, a noué des liens d’amitié et de paix avec des villes européennes au lendemain de la guerre. Ces jumelages se sont enrichis, plus tard, de projets dans le cadre de la coopération décentralisée.

En ce début du mois de février 1962, on ne voit qu’elle sur les murs de la ville. Cette affiche, bordée d’un large filet noir, annonce le décès de Abramo Oldrini, maire de Sesto San Giovanni, ville sœur italienne de Saint-Denis. Elle informe qu’une foule de plus de 50 000 personnes a assisté aux obsèques auxquelles participait Auguste Gillot, maire de Saint-Denis. Un an plus tôt, en octobre 1961, était signé à Saint-Denis le pacte de jumelage entre les deux cités communistes. 

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’Europe est un vaste champ de ruines. Tout est à reconstruire, à commencer par la paix entre les peuples. Il apparaît alors qu’un des moyens d’avancer dans cette voie est d’établir des relations d’échanges étroits, au niveau des communes. Les premiers jumelages témoignent d’une volonté de poser les bases de cette reconstruction. C’est ce chemin qu’emprunte Saint-Denis en nouant des relations étroites avec ces villes européennes. Outre Sesto San Giovanni (dans la banlieue de Milan), Saint-Denis au fil des ans, s’est jumelée avec Gera en République démocratique allemande (premier jumelage entre une ville de l’ex-RDA et une ville française), Coatbridge (en Ecosse) et l’arrondissement de Kievski, à Moscou (en ex-URSS). « Ce dernier jumelage, raconte Auguste Gillot dans ses mémoires, permit à la municipalité de prendre la décision de nommer Youri Gagarine (cosmonaute soviétique, premier homme à effectuer un vol spatial le 21 avril 1961) citoyen d’honneur de Saint-Denis. » Echanges de connaissance sur la vie locale, voyages de jeunes, enfants, étudiants, initiatives culturelles telle cette grande soirée à Saint-Denis de musique allemande organisée en 1964 à l’occasion du 15eanniversaire de la RDA et du 5eanniversaire du jumelage avec Gera, toutes ces initiatives contribuent à tisser des liens d’amitié profonds.

Saint-Denis et Sesto San Giovanni en froid

S’appuyant sur la loi de février 1992, autorisant les collectivités françaises à conclure des conventions avec des collectivités étrangères, et sa longue tradition d’accueil, Saint-Denis développe par la suite sa politique de coopération décentralisée. « A Saint-Denis, ville-monde, notre stratégie est de construire des ponts entre les gens », rappelle Kader Chibane, maire-adjoint aux relations internationales et à la coopération décentralisée. Des accords-cadres sur des projets sont signés. Parmi ceux-ci (1), celui avec Larbaâ Nath Irathen, (en Grande Kabylie, en Algérie) autour de la culture du cerisier conduit de 2010 à 2015. 

A l’automne dernier une mission dionysienne s’est rendue sur place afin de tirer le bilan de cette coopération et envisager de nouveaux projets. Au Proche-Orient, Saint-Denis est lié par un accord de coopération décentralisée avec Nazareth (en Israël) depuis 2005. Dans ce cadre, des étudiants ont été accueillis à l’Université Paris 8 durant une année et des artisans des deux cités ont participé au marché de Noël de la ville. Après une rencontre l’an dernier, de nouveaux projets doivent voir le jour. En Cisjordanie, suite aux difficultés de maintenir des liens avec le camp de Rafah (bande de Gaza, en Palestine), une rencontre  a eu lieu en 2018 avec les représentants d’Al Khader (en Cisjordanie), situé entre Bethléem et Hébron. Dans cette ville où un mur de séparation a été dressé par les autorités israéliennes, existe un patrimoine culturel important dont le monastère de Saint-Georges et les bassins de Salomon. Un partenariat reposant sur l’expertise de l’unité d’archéologie de Saint-Denis permettra de développer des projets autour de l’archéologie et du tourisme solidaire avec la valorisation du Sentier d’Abraham. Si des accords existent avec d’autres villes amies, il faut savoir que la ville de Saint-Denis a gelé, il y a peu, toutes ses relations avec son homologue de Sesto San Giovanni. Cette dernière, en s’engageant dans une politique xénophobe et stigmatisante envers certains de ses habitants, a renié toutes les valeurs communes qui fondaient leur jumelage. Néanmoins les relations d’amitié nouées au fil du temps entre habitants perdurent et les échanges scolaires se poursuivent.

Claude Bardavid

(1)  La ville entretien de relations avec d’autres collectivités qui ne sont pas citées dans cet article : Karakoro et Djélébou (Mali), Tuzla (Bosnie-Herzegovine), Tiznit (Maroc) Santa Catarina (Cap Vert)

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur