En ville

Des petites salles dans les grandes

Dans le groupe scolaire Drapiers-Gutenberg ouvert en 2004, l’école maternelle des Drapiers avait été prévue pour un effectif maximum de 162 élèves. Depuis la semaine dernière, elle en accueille 269, répartis dans dix classes. Six de plus que la conception de l’espace ne le permettait théoriquement. Dans la salle de motricité, destinée aux activités physiques en intérieur, une cloison a été ainsi posée pour aménager, d’un côté, une classe, et de l’autre, un dortoir. « Nous avons aussi perdu une salle polyvalente », ajoute Sophie Sallio, la directrice. En outre, le centre de loisirs a dû sacrifier deux salles aux besoins de la maternelle.
L’école élémentaire Gutenberg a été également mise à contribution pour les activités physiques des bambins, en leur cédant pour l’essentiel du temps sa salle polyvalente. « On a une demi-heure de motricité par classe et par jour. Et on dispose du gymnase le mardi, signale Mme Sallio. Alors, il faut être vigilant sur les horaires, on ne peut pas déborder. » Conséquence, la même ponctualité est exigée des parents le matin. « Au-delà de 8h30, on n’accueille plus les enfants, l’école est vraiment fermée. » Quant au restaurant du groupe scolaire, il est à ce point saturé que chaque jour, les élèves de CM1 et CM2, une cinquantaine, s’en vont déjeuner dans l’établissement voisin, le collège Iqbal-Masih.
Au début novembre, le centre de loisirs retrouvera ses aises grâce à deux bâtiments préfabriqués installés par la Ville dans la cour de l’école Gutenberg. Pour compenser la perte d’espace qui en découlera pour les élèves de l’élémentaire, la clôture installée sous le préau commun aux deux cours d’écoles a été déplacée. Résultat, avec un tiers de préau en moins pour la maternelle, « les jours de pluie, les enfants ne peuvent pas sortir en récréation, c’est un peu dur ». Si les effectifs atteignent aujourd’hui un seuil critique, « on était déjà à 9 classes l’an dernier », rappelle la directrice des Drapiers. Même montée en charge du côté de l’élémentaire, dont les parents de la FCPE ont affiché un décompte en façade du groupe scolaire – deux cours élémentaires à 33 élèves, un CM2 à 30 – pour réclamer l’ouverture d’une dixième classe dans cette école dimensionnée pour neuf.
M.L.