À la une En ville

Au local de campagne du PS
/ Des militants heureux

Élu avec 59 % des voix, le candidat socialiste Mathieu Hanotin ravit le bastion communiste de la petite couronne. Retour sur une soirée historique.
Après l'annonce de sa victoire, Mathieu Hanotin et ses militants sont allés faire la fête Au grand comptoir, dans le quartier Pleyel.  (c) Yann Mambert
Après l'annonce de sa victoire, Mathieu Hanotin et ses militants sont allés faire la fête Au grand comptoir, dans le quartier Pleyel. (c) Yann Mambert

Il est presque minuit dans un bar du quartier Pleyel. De l’extérieur déjà, on sent l’effervescence. Mathieu Hanotin (PS) et son équipe viennent de remporter le second tour des élections municipales avec 59,04% des voix. « Cette fête marque le début d’une grande histoire », se réjouit le vainqueur avant de faire signe au DJ de lancer la musique. Tout le gratin socialiste dionysien est là. La tension de cette interminable campagne redescend. On se déhanche alors sur la piste de danse. Tantôt disco, tantôt afro pop, l’ambiance n’est pas sans rappeler celle des boîtes de nuit, toujours fermées pour raison sanitaire.

« Je suis très heureux et veux remercier tous les Dionysiens, articule, à l’écart des enceintes, Majid Bouhenna, coach sportif et 21e sur la liste Notre Saint-Denis. J’ai beaucoup d’espoir pour l’avenir de la ville. On espère être à la hauteur parce que c’est important. » Aux grandes embrassades s’ajoutent les verres qui s’entrechoquent. Katy Bontinck, institutrice et seconde sur la liste victorieuse, savoure cette victoire mais pense déjà boulot. « Je suis très contente, tout commence maintenant, argue-t-elle dans un coin un peu silencieux du bar. C’est une énorme responsabilité et j’ai envie de commencer vite. Il y a une vraie attente des habitants et il faut que des choses concrètes se voient rapidement. On essaie d’être opérationnel le plus vite possible et particulièrement pour la rentrée scolaire qui sera lourde d’enjeux. »

LIRE AUSSI : Au local de campagne du PCF, des militants KO debout 

Quelques heures avant la folle soirée, les regards étaient tous, avec une légère anxiété, rivés sur les 50 bureaux de vote dionysiens. « J’ai eu un peu peur en milieu d’après-midi lorsque la participation a commencé à stagner, avoue Antoine Mokrane, cadre territorial et 11e sur la liste du collectif socialiste. Mais c’est le résultat d’années de travail, on a su tirer les conséquences de la défaite de 2014. » Lorsque le candidat Mathieu Hanotin quitte son bureau d’opposition du rez-de-chaussée de l’hôtel de ville peu après 20 h et rejoint le début du dépouillement dans la salle des mariages, tout n’est pas encore gagné. Le candidat socialiste, toujours armé de sa cigarette électronique, arpente la salle à l’affût des premières estimations. « Si Hanotin passe dans ce bureau, c’est bon pour lui », entend-on souffler.

Les résultats du bureau n°2 tombent rapidement : 180 voix pour Mathieu Hanotin (Notre Saint-Denis), 160 pour Laurent Russier (Vivons notre Saint-Denis en grand). « Il y a six ans, Hanotin faisait 41% dans ce bureau », se réjouissent déjà certains.  21 h au QG des socialistes. L’ambiance studieuse d’analyse des résultats des différents bureaux est vite remplacée par l’euphorie et les accolades. L’écart entre les deux candidats commence à se creuser. « C’est plié, 60/40 ! Prendre une ville avec des résultats comme ça ! », s’exclame le candidat socialiste. « Welcome Hanotin ! », scandent les partisans du nouveau maire venus se rassembler place Victor-Hugo. Après un rapide coucou à la foule depuis le balcon, Mathieu Hanotin descend annoncer sa victoire officielle et s’offre un chaleureux bain de foule, loin des préoccupations sanitaires.

LIRE AUSSI / Résultats du second tour : les réactions politiques fusent

« Les résultats traduisent ce que nous ressentions : une forte envie d’alternance », déclare Corentin Duprey, conseiller municipal d’opposition et 3e sur la liste Notre Saint-Denis. L’abstention très conséquente de cette journée électorale nous oblige à faire preuve d’humilité. Nous sommes heureux, déterminés et il ne reste plus qu’à se mettre au travail pour retrouver une ville apaisée. »

De retour en salle des mariages, quasiment vide en raison des contraintes liées au Covid-19, les embrassades de joie sont de rigueur. Le soulagement se lit sur les visages. Au pied de l’hôtel de ville, la liesse ne retombe pas. « On est heureux ! On veut la fin des magouilles, témoigne Sabrina (1) venue avec ses deux filles. Ça va prendre du temps, on restera attentif mais pour nous c’est une vraie victoire. »

« Je suis née à Saint-Denis, argue Lila, présente pour célébrer une victoire synonyme, pour elle, de changement. Je ne rejette pas la faute sur le communisme, mais j’ai vu la ville se dégrader à cause des opportunistes. Maintenant j’attends plus de sûreté et de propreté. » Claudine et Farida aussi sont nées à Saint-Denis. « C’est historique après presque 100 ans de communisme ! Je ressens cette défaite comme un divorce, détaille Claudine derrière son masque. Est-ce qu’il y aura du changement ? On ne sait pas mais ce n’était plus possible, il y avait trop de clientélisme, on veut une gestion plus transparente. »

« On se sentait délaissé, témoigne Farida pour qui la priorité doit être donnée à la sécurité. C’est le retour du bâton d’une gestion de la ville qui n’a pas porté ses fruits depuis deux mandats. Ils ont perdu beaucoup de “cocos” et de soutiens. » « La ville va prendre un tournant, ça va faire du bien », déclare Romain avant d’être coupé par Mamoudou. « Ils ont travaillé pendant des années contre les habitants et on espère que cette équipe va faire de la politique avec nous. Leur victoire n’est pas surprenante. »

Pour la première fois depuis 1944, une nouvelle couleur politique prendra officiellement les manettes de la ville samedi 4 juillet lors du conseil d’installation.

Olivia Kouassi 

Réactions

Par contre les gestes barrière, bof.
Mon mecontentement: S'il s'agit bien de moi Claudine; je tiens à apporter un réctificatif au texte que je viens de lire. Tout d'abord J aurais aimé que la journaliste reproduise fidèlement mes propos. Je n'ai jamais affirmé que le communisme à Saint denis a duré 100 ans puisque de la libération à ce jour on compte 75 ans. Je n'ai jamais employé le mot divorce, même si je me suis éloigné du parti communiste depuis plus d'un an. Je ne considère pas les résultats du 2ème tour comme une défaite, bien au contraire puisque j'ai milité avec Mathieu Hanotin pour le changement à Saint Denis et je suis convaincue du bien fondée de mon choix. Je n'ai aucun doute pour la suite.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur