En ville

Trafic de drogue
/ Des mamans payent le prix de leur engagement

Depuis la découverte de cannabis dans le groupe scolaire Victor-Hugo le 13mai, les mères d’élèves sont en première ligne pour dénoncer le développement du trafic de drogue à Delaunay-Belleville-Semard. Résultat : elles reçoivent des menaces des dealers.
Le 2 septembre, les parents organisaient une chaîne humaine devant le groupe scolaire Victor-Hugo. © Aziz Oguz
Le 2 septembre, les parents organisaient une chaîne humaine devant le groupe scolaire Victor-Hugo. © Aziz Oguz

La sonnette d’alarme a été tirée par un collectif d’habitants et de travailleurs du quartier Delaunay-Belleville-Semard dans le nord de la Ville. « Nous […] sommes choqués et consternés de voir des voitures vandalisées, des familles agressées, intimidées par de dangereux délinquants. Ces individus n’hésitent pas à s’en prendre à des mères célibataires sous les yeux de leurs enfants, ils intimident des familles sur leur palier », écrivent-ils dans une pétition en ligne publiée samedi 12 octobre et signée par environ 300 personnes (1). Ce sont en particulier des femmes qui sont visées.

Depuis la découverte de cannabis à l’intérieur du groupe scolaire Victor-Hugo après une intrusion en plein jour le 13 mai, les mères de famille sont en première ligne pour dénoncer le développement tentaculaire du trafic de drogue dans leur quartier. Quelques jours après, les parents – en majorité des femmes – ont commencé à symboliquement former une chaîne humaine autour de leur école pour dénoncer l’emprise du trafic dans leur quartier. Après la trêve estivale, ces parents d’élèves ont continué leur action, inspirant d’autres initiatives de ce genre à Saint-Denis. Leur action spectaculaire a été grandement médiatisée. TF1, M6, BFM, etc. Des mamans ont témoigné dans les reportages télés, parfois à visage découvert. La chaîne humaine et sa médiatisation, couplées à la mise en place du Quartier de reconquête républicaine de la police nationale dans les quartiers nord en septembre, ont tendu les rapports entre les dealeurs et les habitants.

LIRE AUSSI : Catherine Denis, prendre un parent par la main
 

« Ils se sont mis le quartier à dos » 

« On m’a traitée de balance parce que j’ai parlé à la presse. Dans leurs têtes, ils [les dealeurs] s’imaginent que je les dénonce aux flics. Ils se font des films !, s’insurge Nathalie, installée depuis 2002 à la cité Gaston-Dourdin. Ce qu’ils ne comprennent pas, c’est que les habitants ne sont pas contre eux, mais ils [les dealeurs] ont poussé les gens à bout. Ils se sont mis le quartier à dos. Alors que les habitants veulent juste la paix et vivre normalement. »

Depuis à peu près cinq ans, le trafic de drogue – essentiellement du cannabis – est devenu industriel dans cette cité d’environ 400 logements qui appartient au bailleur social Logirep. Terrain quadrillé par une armada de guetteurs, âgés généralement de 16 à 20 ans, le deal a principalement lieu au bâtiment 4 de cet ensemble HLM. Mi-septembre, Nathalie s’est fait crever les pneus de ses deux voitures. Le samedi 12 octobre, la vitre de l’un de ses véhicules a été cassée et l’intérieur a été abîmé. « Ce jour-là, des policiers ont arrêté un gars… Le soir même, ma voiture était vandalisée », s’agace-t-elle. L’un des dealeurs – qui n’est pas du quartier – est particulièrement virulent. « Il m’a menacée en me disant: “je vais te frapper, te gifler, etc.” », raconte-t-elle.

D’autres mères ont subi des intimidations. Des véhicules ont été vandalisés. Une locataire de la cité a même reçu des menaces de mort. Nathalie, elle, ne croit pas que les dealeurs passeront à l’acte. « C’est une manière de t’intimider, de te dire qu’ils vont t’emmerder jusqu’au bout. Moi, ils ne me font pas peur, mais d’autres peuvent être choqués », estime Nathalie.

LIRE AUSSI : Les faux sachets de drogue affolent les parents
 

Cinq personnes ont été menacées

Selon un collectif d’habitants, cinq personnes ont été menacées par les dealeurs, pour la plupart locataires de Dourdin. Fin septembre, l’élue Silvia Capanema, vice-présidente à la jeunesse au Département, a reçu l’une de ces mamans. Le 1er octobre, elle a écrit un courrier au préfet de Seine-Saint-Denis, avec le maire Laurent Russier en copie, pour demander le relogement de cette femme et de sa famille. « Le harcèlement contre des mamans mobilisées contre les trafics est inacceptable et ne restera pas sans réponse, a réagi de son côté la municipalité dionysienne. La mairie de Saint-Denis proposera des solutions [de relogement] pour ceux qui souhaitent rester sur la ville. Un accompagnement sera également proposé, en lien avec le préfet et les bailleurs pour celles qui souhaitent changer de commune. »

Nathalie, de son côté, critique la mairie. « Cela me fait bien rire. La Ville propose aujourd’hui de reloger des familles parce que les médias sont sur le coup. Alors que cela fait des années qu’on l’appelle à l’aide », attaque celle qui est présidente de l’amicale des locataires de Gaston-Dourdin. Elle prend pour exemple le cas d’une femme menacée depuis des années, qui subit directement le trafic. « Cela fait cinq ans qu’elle écrit des courriers au bailleur et au maire pour changer de logement et partir de Saint-Denis. Mais personne n’a bougé pour elle ! »

Ce vendredi 25 octobre, les élues de secteur Jaklin Pavilla et Florence Haye recevront les personnes menacées afin de faire un point. « D’abord, on veut leur montrer qu’on ne les abandonne pas. On veut entendre leurs souhaits », explique Jaklin Pavilla, première maire adjointe. Elle assure que la Ville accompagnera les familles en danger. Et elle agira au cas par cas. Parce que sinon « c’est toute la cité qui va demander à déménager ».

Aziz Oguz

(1) https://www.change.org/p/laurent-russier-relogement-des-familles-en-danger-saint-denis Cagnotte en ligne: www.lepotsolidaire.fr/pot/03s3jeg9

Réactions

Didier. Laurent. La ville du bon vivre ensemble. C'est comment?? Concernant Jacklin Pavilla, c'est la nullité même. La phrase « c’est toute la cité qui va demander à déménager » est symptomatique de l'état de la ville (car tous les quartiers sont touchés). Je me demande combien d'élus vivent dans les quartiers ou il fait bon vivre?? Pas tous à la fois....
Ce qui a de bien dans le JSD, c'est les anciens articles... https://www.lejsd.com/content/les-r%C3%A9actions-politiques On est en 2008. Didier Paillard est Maire... et la situation que l'on décrit aujourd'hui était déjà présente. Mais les élus font semblant de découvrir le problème de la délinquance endémique dans la ville.
"Depuis à peu près cinq ans, le trafic de drogue – essentiellement du cannabis – est devenu industriel " Quelle blague . Ca deale à fond depuis au moins 10 ans dans cette cité.
@arthur oui ça a commencé exactement en 2007! Mais ça devient ingérable depuis 5 à 7 ans
Voilà ce qui arrive quand la municipalité, pour cacher son manque complet de volonté en matière de sécurité publique, ne fait que pérorer que c’est la faute de l’Etat, du préfet, de Plaine Commune, de la Lune et j’en passe. Vous devriez avoir honte, L. Russier, de vous présenter devant ces parents qui sont obligés d’agir à votre place.
Saint-Denis, 50 ans aux mains des communistes est aujourd'hui la pire ville de France, et de loin! Ils peuvent être très fiers de leur bilan et continuer de laisser pourrir la ville, car c'est bien connu: la pauvreté, la misère et la violence c'est ce qui maintient leur électorat de bobos de gauche bien pensante au détriment des habitants les plus précaires qui eux subissent de plein fouet cette violence... Mais cette année enfin, avec les municipales qui s'annoncent, c'est peut-être la fin :)
Faire déménager les gens pour en mettre d'autres n'arrange pas le problème
D'aucuns se rappelleront que la réponse faite aux riverains de Gaston Dourdin qui se plaignaient de l'ampleur des nuisances : "si vous ne supportez plus Saint-Denis, vous n'avez qu'à la quitter" ........ surtout ceux qui ne faisaient pas partie de leur électorat.
Et dire que notre cher député, Stéphane Peu, avait poussé à l'époque pour que les habitants descendent dans la rue contre les trafiquants de drogue. https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/ils-passent-leurs-nuits-au-pied-de-leur-immeuble-contre-les-dealers-saint-denis-1461168805 C'est un comble de ne plus assumer ses dires. Quand pendant des années, le laisser faire, l'excuse ont plombé des familles entières, on a des signataires qui veulent que cet état de fait persiste. Ils ne pensent qu'à leurs postes. Elus de la majorité, assumez votre bilan. Vous en êtes responsables et coupables de la situation de Saint Denis.
Il reste une solution: déménager les "édiles" en Corée du Nord, à Cuba ou au Venezuela. Encore faudrait-il que ces pays acceptent d'abriter la nomenklatura dionysienne: les Braouezec, Russier, Bagayako, Peu,... ? Et çà c'est pas gagné !

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur