En ville

La nature se rêve aérienne (partie 3)
/ Des îlots de verdure

Rendre belles les terrasses des îlots 8 et 4, c’est l’une des multiples missions que s’est donnée Anabel, habitante engagée dans ce quartier du centre-ville et membre de plusieurs collectifs de locataires.

« Depuis plusieurs années, on se rend compte que beaucoup d’habitants disposant d’appartements avec de grandes terrasses (jusqu’à 80 m2), ne les utilisent pas, y stockent les ordures. Les enfants n’en profitent pas… C’est un gâchis », a constaté cette Dionysienne passionnée par l’architecture atypique de cette cité HLM, imaginée par Renée Gailhoustet. Une idée germe en discutant avec son ami Bernard, marchand de fleurs et de graines : et pourquoi pas mettre en lien les personnes des jardins ouvriers avec ces nouveaux habitants ? En échange de conseils, d’entretien et de mise en culture des jardins, une récolte à partager.

À la fin de l’hiver 2011, plusieurs familles et jardiniers sont convaincus et se lancent dans ce projet d’échange. « Sept familles ont accepté de jouer le jeu. Nous les avons convaincues en argumentant sur le côté utile de faire pousser des fruits et des légumes chez soi, mais aussi l’idée d’avoir une terrasse bien entretenue, esthétique, belle à regarder. Environ 80% des terrasses étaient surtout composées d’alimentaire (tomates, groseilles, framboises, laitues, petits pois…). Certaines familles ont préféré des fleurs (lys, iris…). Des choses simples et jolies pour commencer à leur donner le goût du jardinage. Nous leur avons fait découvrir le plaisir d’avoir quelque chose qui pousse à soi », raconte Anabel.
 

LIRE AUSSI : Pariculteurs, tremplin pour les toits végétalisés
 

L’initiative est désormais à l’arrêt. Le turn-over dans ces immeubles freine son développement. « Certaines personnes ne sont pas là pour longtemps et ne voient pas l’intérêt de s’investir, d’autres sont réticentes à ce que des étrangers viennent toutes les semaines chez elles pour entretenir leur terrasse. Il y a aussi un repli sur soi, c’est plus difficile aujourd’hui de créer des espaces et occasions de rencontres », regrette Anabel. Elle ne baisse pas les bras pour autant et continue de démarcher les habitants des îlots.

Sa terrasse à elle, d’une trentaine de mètres carrés, est une véritable ode à la nature. On y trouve pêle-mêle : olivier, figuier, rosier, if, aucuba, géranium, clématite, jasmin d’hiver, jasmin d’été, chrysanthème, hortensia, kalanchoé, clémentinier, pensées, campanule, muguet… « Je suis une passionnée de fleurs, l’esthétique de notre lieu de vie compte beaucoup pour moi. » Pour inciter les habitants à faire pousser de belles choses chez eux, elle pense qu’il serait judicieux que « les serres municipales distribuent des bons pour des graines ». 
 

Le beau amène le respect des espaces

Investie dans la consultation des habitants pour le projet du plan ANRU, pour la réhabilitation de la cité, Anabel aimerait que les projets de rénovation aboutissent vers « des espaces plus agréables. Il y a vingt ans, les mères se promenaient avec leurs enfants sur la dalle du premier étage, aujourd’hui on y passe rapidement, on ne s’y sent pas toujours en sécurité le soir et la saleté rend le lieu peu accueillant ».

Les travaux récents d’étanchéité sur la dalle se sont terminés il y a deux mois, des arbres ont été plantés dans plusieurs espaces verts, mais ils côtoient encore de mauvaises herbes. « Quand il y aura des fleurs plantées, il y aura peut-être moins de déchets jetés », espère-t-elle. Son leitmotiv : « quand quelque chose est beau, on le respecte plus ».

Delphine Dauvergne

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur