À la une Sports

Danser pour se rencontrer

L'association « De l’encre sur les pieds » propose des ateliers de danse où le public est invité à créer ses propres chorégraphies.
L'association De l'encre sur les pieds propose des ateliers de danse où le public peut créer ses propres chorégraphies.
L'association De l'encre sur les pieds propose des ateliers de danse où le public peut créer ses propres chorégraphies.

« Je suis venue vivre à Saint-Denis en 2012. J’ai rencontré par le biais de la création d’une crèche associative une autre danseuse qui donnait des ateliers pour des enfants. Et donc on s’est dit toutes les deux qu’on allait ouvrir des ateliers pour les adultes. On a commencé comme ça », raconte Laure Fouard. La danseuse est la fondatrice de ce qui n’était qu’une initiative informelle pendant des années et qui est devenue une association à part entière en 2017 nommée « De l’encre sur les pieds ».

Laure Fouard propose des ateliers où les participants créent leurs propres chorégraphies en collaboration avec des artistes et des pédagogues. Cette ex-bénévole de l’ONG ATD Quart Monde s’est rendu compte « que ça amenait beaucoup de choses de passer par la danse, le mouvement, le corps ». Des rencontres, Laure Fouard en a fait beaucoup avec la danse dont des artistes, instits et pédagogues. Toutes l’ont inspiré pour ses ateliers même s’il lui est difficile de définir un genre : « Moi, je dis que c’est contemporain. Parce que quand on me demande le style de danse, je ne sais pas quoi dire, ça me paraît être le plus large ! » 
 

Une séance gratuite le 19 janvier

Le contenu des ateliers de création collective dépend en effet des participants qui créent leurs propres mouvements. En cette nouvelle année, l’association lance des « ateliers mélangés », ouverts à tous, sans restriction d’âge. « C’est quelque chose que j’avais envie de faire depuis longtemps : un moment de danse qui mélange tout et n’importe qui et plein de disciplines artistiques », explique Laure Fouard.

Une séance gratuite se tiendra le samedi 19 janvier, de 10 h 30 à midi, à l’école Puy-Pensot (6, rue Émile-Connoy) où ont lieu traditionnellement les cours adultes. Les cours enfants sont donnés au centre socioculturel coopératif le 110 (110, rue Gabriel-Péri). Autre temps fort à la fin du mois, la mise en place du projet chorégraphique « À la découverte du processus de création danse contemporaine et hip-hop », pour les enfants de 8 à 10 ans. Un projet où ils inventent eux aussi leur propre chorégraphie, appuyé d’une sortie culturelle à l’Espace 1789 de Saint-Ouen en rapport avec le thème. « À la fin, si c’est comme l’année dernière, et ça devrait être le cas, ce sera dansé pour la Fête des tulipes. » Preuve que la performance artistique n’est pas négligée.

Adrien Verrecchia

Infos et inscriptions sur www.delencresurlespieds.com

Réactions

Merci Laure pour ce bel atelier qui ravit les enfants et parents !

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur