À la une En ville

Justice
/ Début du procès de Jawad Bendaoud

Jawad Bendaoud. Capture d'image / BFM TV
Jawad Bendaoud. Capture d'image / BFM TV

À partir du mercredi 24 janvier jusqu’au 14 février, le procès de Jawad Bendaoud s’ouvre au tribunal correctionnel de Paris. Il doit mettre en lumière la responsabilité du « logeur des terroristes » du 13 novembre 2015, poursuivi pour « recel de terroristes ». Les juges d’instruction estiment que le Dionysien se doutait qu’il hébergeait des terroristes, sans être impliqué dans leurs projets d’attentat. Il sera jugé au côté de Mohamed Soumah et Youssef Aït Boulahcen. C’est la sœur de ce dernier, Hasna, qui a fait le lien entre les trois inculpés et les terroristes qui sont morts pendant l’attaque du Raid, le 18 novembre, au 48 rue de la République à Saint-Denis. La Ville de Saint-Denis « sera partie civile, aux côtés des victimes, pour demander réparation du préjudice moral et financier ». Cet assaut a eu « pour conséquence la fragilisation durable de l’immeuble [et] la mise à la rue de 86 femmes, hommes et enfants. La mairie a dû mobiliser en urgence des agents, des équipements municipaux et des logements pour les mettre à l’abri », précise-t-elle.

AO

Pour en savoir plus: 

Réactions

Ce procès montrera le lien direct entre le trafic de drogues et le terrorisme. L'un alimente l'autre et réciproquement. A Saint-Denis ce qui devait arriver arriva. Depuis quarante ans, la ville de Saint-Denis a laissé se développer à l'échelle industrielle les trafics en tout genre sur son territoire, elle devait s'attendre à ce qu'un jour, des terroristes la choisisse comme base de repli. S'il n'y avait pas un trafic de crack au centre de Saint-Denis, alors Mr Bendaoud n'aurait pas été là pour louer un local avec porte d'entrée blindée à Abdelhamid Abaaoud. Le 18 novembre 2015 la ville de Saint-Denis a été un peu victime de ses propres turpitudes. Nemo auditur propriam turpitudinem allegans.
ça, c'est ce qui s'appelle la politique du raccourci de comptoir. Curieuse façon d'analyser les choses lecteur JSd. donc si on vous suit, les arrondissements parisiens touchés sont eux aussi responsables, la ville de Saint Etienne du Rouvray aussi, de même que les villes de boulogne-billancourt, où un complice a été arrêté et Alfortville où ont trouvé refuge la veille de l'attentat ces terroristes. Que vous vouliez attaquer la ville, certes, mais soyons sérieux
Même commentaire que sur le fil info - Il est hallucinant qu'un individu comme ce Jawad était en liberté (sans compter son passé judiciaire !) alors qu'à la barre il annonce sur un ton naturel : qu'il était "propriétaire" de plusieurs squats ; Qu'il avait mis en vente à 2000 euros "ses" squats de la rue Corbillon ; Qu'il a loué pendant plusieurs mois les squats à de la mafia Géorgienne mais à St-Denis on ne pose pas de question ; Que son activité principale était le deal de coke ; Qu'il a mis sur le trottoir des escorts girls mais que pour lui ce n'est pas de la prostitution ; Qu'il est foutu professionnellement à cause de cette histoire (attentats) parce qu'il comptait ouvrir un nouveau lieu de vente de crack et que personne ne voudra plus travailler avec lieu. Quand on entend çà, la Mairie de St-Denis a eu raison de se porter partie civile et elle est en droit cette Mairie de demander des comptes à la Police et à la justice.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur