À la une Cultures

Ferme urbaine
/ Cultures sensibles

Le Parti Poétique lance sa programmation culturelle avec l’arrivée du printemps. Dans un espace bucolique baptisé Zone Sensible, rencontres, visites guidées, ateliers d’initiation et de formation à la permaculture sont proposés gratuitement tous les samedis.
Le Parti Poétique ouvre à nouveau les portes de sa Zone Sensible, espace de culture, qui s’étend sur plus d’un hectare au sein de la Ferme urbaine de Saint-Denis.
Le Parti Poétique ouvre à nouveau les portes de sa Zone Sensible, espace de culture, qui s’étend sur plus d’un hectare au sein de la Ferme urbaine de Saint-Denis.

 

L’hiver a été long et même si le printemps ne pointe que timidement le bout de son nez, il est urgent de profiter de ce que le territoire a de plus insolite à offrir. Bonne nouvelle, le Parti Poétique ouvre à nouveau les portes de sa Zone Sensible, espace de culture (dans tous les sens du terme) qui s’étend sur plus d’un hectare au sein de la Ferme urbaine de Saint-Denis. 

LIRE AUSSI : A la Ferme urbaine, du terreau pour se cultiver
 

Pour ce démarrage en douceur, le collectif artistique Parti Poétique avait prévu samedi 23 mars des visites guidées de la ferme menées par Franck, le chef jardinier ; un atelier de sensibilisation autour de la biodiversité pour les enfants ; et l’ouverture de deux points de ravitaillements proposant des produits locaux et qui contentent à chaque fois les « locavores », une espèce de consommateurs avertis et écoresponsables en voie de développement. Mais le « vrai » lancement de la saison aura lieu samedi 6 avril, avec de 12h30 à 14 h une lecture-buffet en compagnie de l’écrivaine japonaise Ryoko Sekiguchi dans le cadre du festival de littérature Hors Limites. 

 

Celle qui se décrit comme un « traiteur littéraire » présentera, entre le potager de Zone Sensible et un buffet bien garni, Nagori, la nostalgie de la saison qui s’en va (éditions P.O.L., 2018) son dernier ouvrage consacré au respect des saisons. (Réservation obligatoire et gratuite au 0148459552 ou par mail inscriptions@bibliotheques93.fr /nombre de places limité).

De 12 h à 14 h, un déjeuner végétarien sera proposé par l’équipe du foodtruck le Récho dont la table qui ouvrira en mai au centre d’accueil Exelmans à Paris sera fournie en légumes et en aromates par Zone Sensible. Puis, à 14h30, une rencontre est organisée avec le paysagiste Gilles Clément autour de la question: le jardin comme espace politique. Comme lui, d’autres intervenants extérieurs viendront témoigner sur le thème « Nature, culture, nourriture », le nouveau champ de recherche du Parti Poétique. L’objectif est de filmer ces interventions et de réaliser une collection de documentaires qui serviront à éveiller les consciences. 

LIRE AUSSI : Zone sensible, une ruche de projets pluridisciplinaires
 

Les abeilles déménagent

 « Je considère que la ferme au sens large va devenir un espace politique. Dans la période difficile que nous traversons, l’alimentation va redevenir un thème essentiel », prédit Olivier Darné, plasticien et fondateur du collectif. Le Parti Poétique a lancé le projet Zone Sensible en 2017, et n’a ouvert le lieu au public qu’en mai 2018. Et en deux ans seulement, le résultat est colossal. « Il n’y avait que trois vers de terre au moment où nous avons commencé », raconte à un groupe de visiteurs Franck, le jardinier en chef. Avec sa toute petite équipe, ils sont en voie de recréer un écosystème en permaculture avec pour objectif de l’entretenir. Mais la tâche est harassante. Une vingtaine d’habitants ont déjà rejoint le farm-club, et viennent donner un coup de main. Aucun prérequis n’est nécessaire, seulement de l’huile de coude.

« Le farm-club donne le droit à biner 6 heures par jour ! On fournit les lampes frontales ! plaisante Olivier Darné. En fait, les membres du club viennent une demi-journée par semaine et ils sont formés à la permaculture gratuitement car c’est devenu très cher, regrette Olivier. C’est d’ailleurs assez obscène cette augmentation des tarifs. La permaculture ne doit pas appartenir aux aficionados. Nous, ce que l’on voudrait, c’est que les familles alentour viennent ici, s’installent dans les transats et qu’elles sachent que c’est gratuit. »

D’autres projets prennent forme, notamment la délocalisation des abeilles du toit de l’hôtel de ville qui produisent le Miel Béton. C’est le plus grand rucher urbain d’Europe. « L’idée c’est d’installer dans les silos de Zone Sensible une douzaine de ruches, soit un million d’abeilles. Nous souhaitions déplacer les ruches car le toit de la mairie n’est pas accessible au public », annonce Olivier Darné, avant de rappeler que « notre vocation c’est d’être aussi un support pédagogique ».

Samedi 22 mars, l’association d’insertion Espero venait justement sensibiliser ses bénéficiaires au sujet des futures ruches. Au total dans l’année, 2 500 enfants viendront butiner la fleur de la connaissance… Et comme le dit si bien Olivier Darné, « les toilettes sèches, faut que ça rentre dans le sol comme dans les mentalités ! »

Maxime Longuet

Visite guidée de la ferme en permaculture (112, avenue de Stalingrad) samedi 6 avril à 11h. Tarifs : 6,50€ > 5€. Réservations sur www.billetweb.fr