Cultures

La troupe éphémère au TGP
/ Création, transmission et éducation

Pour la cinquième fois, le Centre dramatique national de Saint-Denis monte un spectacle avec de jeunes Dionysiens comédiens amateurs. Cette année, Pauline Sales a écrit la pièce mise en scène par Jean Bellorini.
Pour la cinquième fois, le TGP monte un spectacle avec de jeunes Dionysiens comédiens amateurs. Cette année, Pauline Sales a écrit la pièce mise en scène par Jean Bellorini.
Pour la cinquième fois, le TGP monte un spectacle avec de jeunes Dionysiens comédiens amateurs. Cette année, Pauline Sales a écrit la pièce mise en scène par Jean Bellorini.

Depuis 2015, Jean Bellorini met en scène chaque année un spectacle de la Troupe éphémère. Après Moi je voudrais la mer, d’après des textes de Jean-Pierre Siméon (2015), Antigone de Sophocle (2016), 1793, d’après le spectacle du Théâtre du Soleil (2017), Les Sonnets, d ’ apr ès Shakespeare (2018), ce sera cette année du 9 au 12 mai Quand je suis avec toi, il n’y a rien d’autre qui compte, de Pauline Sales. « Cette Troupe éphémère est fondamentale dans le projet même du théâtre. Le TGP est un lieu de création, mais aussi de transmission et d’éducation », explique-t-il.

Pour ce cru 2019, Jean Bellorini a demandé à Pauline Sales (auteure de Cupidon est malade, qu’il avait monté auTGP en 2014) d’écrire une pièce pour cette Troupe éphémère, dont elle avait vu précédemment le travail. « Avec Jean, nous avons voulu aller vers une écriture qui ne provienne pas du réel, de la vie que mènent ces jeunes, ou d’autres du même âge », confie-t-elle. Pauline Sales est partie d’un fait réel lu dans un journal : à Tokyo, une agence loue des acteurs à des particuliers pour incarner un membre de leur famille disparu ou absent. Par exemple, un acteur joue deux heures par semaine le rôle d’un père auprès d’une jeune fille et est payé pour cela par la mère de celle-ci. Un autre joue le rôle du marié auprès d’une femme qui accepte un faux mariage pour satisfaire ses parents… 

LIRE AUSSI : La Troupe Ephémère incarne la Révolution française
 

« Cette agence est basée sur le mensonge, dit Pauline Sales. Mais ce qui m’a surtout intéressée, c’est la part de vérité enfouie dans ce mensonge. Dans l’article, le vrai directeur de cette agence disait combien ce travail dévorait sa propre vie, sous le poids de la responsabilité et de la culpabilité qu’impose cet étrange métier : il est payé pour jouer un intime face à des personnes qui ne connaissent pas sa profession et qu’il dupe. Et lorsqu’il est engagé en toute connaissance de cause, il est alors un être-objet. C’est une relation sans altérité, mais à force de jouer qu’il aime, un personnage de la pièce se met à aimer véritablement. Il me semble, d’une certaine manière, que nous sommes tous dans la capacité d’aimer n’importe qui, c’est-à-dire notre prochain. » 
 


 

« Nous avons appris ensemble »

Depuis septembre2018, Jean Bellorini, Pauline Sales, Delphine Bradier, responsable du projet au TGP, et Melodie-Amy Wallet, assistante à la mise en scène, ont rencontré une soixantaine de jeunes habitants Saint-Denis et ses environs, intéressés par le projet, puis en ont retenu vingt-cinq après des entretiens individuels. Ils ont entre 11 et 20 ans, dont une majorité de filles, ce qui a entraîné la mise en place d’une double distribution féminine. Pauline Sales a écrit la pièce jusqu’à fin janvier, en assistant chaque samedi à des ateliers hebdomadaires. Alors a débuté le travail de plateau, sous la direction de Jean Bellorini.

« Mais ce travail, ce sont d’abord les jeunes qui en sont les auteurs », tient-il à souligner. À partir d’improvisations dans l’espace, il les a regardés jouer, au vrai sens du terme. « Nous avons appris ensemble, autour du texte. Si, au début, il a pu pour certains ressembler à une langue étrangère, le travail qu’ils ont réalisé fait que ces jeunes vont apparaître au public pour ce qu’ils sont, comme des acteurs derrière un masque. »

Benoît Lagarrigue
 

Quand je suis avec toi, il n’y a rien d’autre qui compte, de Pauline Sales, mise en scène de Jean Bellorini, du 9 au 12mai au TGP (59, boulevard Jules-Guesde, salle Roger-Blin), jeudi, vendredi, samedi à 20h, dimanche à 15h30. Durée estimée : 2h. Tarifs : 7 et 5€. Réservations : 0148137000; www.theatregerardphilipe.com

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur