Tribunes

Courrier du 19 novembre

« Tout ne va pas bien à Paris 8 »
Étant étudiante à l’université de Saint-Denis en 1re année de licence en italien, je me permets de dire que tout ne va pas bien à Paris 8?! En effet, nous avons des cours dans des salles où les fenêtres sont ouvertes et cassées (réparées une semaine plus tard par du ruban adhésif), un manque de tables et de chaises, il faut donc aller dans la salle d’à côté pour trouver une table et une chaise, des radiateurs qui ne fonctionnent pas et des papiers journaux en guise de rideaux.
Nous avons cours dans des petites salles, mais malgré notre nombre d’étudiants (une dizaine par cours), on se retrouve à quatre sur une même table et certains étudiants se voient obligés d’écrire sur leurs genoux… Et il n’y a pas que ça?: lorsque les professeurs écrivent
au tableau, ils doivent ramener eux-mêmes un chiffon et de l’alcool car il n’y a rien pour effacer à l’université. Il y a aussi des fuites d’eau (une semaine plus tard, un seau était mis pour récupérer l’eau, mais la fuite n’était toujours pas réparée), et pour finir, nous attendons toujours notre professeur référant censé nous aider en cas de difficultés… Comment travailler et réussir dans ces conditions??
Pauline G.

« Une prime plutôt qu’une taxe d’habitation »
Cette lectrice a écrit une (très) longue lettre au maire, dont nous publions des extraits ci-dessous?:
Depuis cinq ans, je revendique ma taxe d’habitation car j’estime que c’est la ville qui devrait nous donner une prime pour accepter de vivre dans le quartier de la Gare, rue Charles-Michels, plus communément appelée rue de la déchetterie.
Ce quartier fait honte au point que nous n’osons plus inviter d’amis chez nous. Lorsque les gens viennent nous voir, ils sont horrifiés et se demandent comment nous faisons pour supporter tant de nuisances. C’est un quartier où les handicapés et
les personnes âgées n’ont pas leur place. Nous avons un balcon, mais nous n’en profitons pas car nous nous avons le droit à un concert de klaxons
et d’autoradios. Si nous ouvrons nos fenêtres, nous sommes envahies de mouches car la « merde » qui règne dans ce quartier les attire. Rats, mouches font bon ménage. Le seul espace pour les enfants, c’est
le square de notre résidence, mais il est squatté tous les jours par des toxicos. Jamais dans ce quartier nous sommes informés des spectacles qui se déroulent dans la ville car les affiches d’annonces n’arrivent jamais jusqu’à nous. Le JSD parfois n’est pas non plus distribué et, quand c’est le cas, c’est bien souvent le vendredi qu’il nous parvient puisque nous sommes les derniers servis. Les vendeurs de maïs chaud qui se trouvent à la gare et qui exercent cette « activité » dans des conditions de sécurité et d’hygiène déplorables ne favorisent pas la propreté déjà inexistante.
Nous avons eu aussi dans cette rue droit à un squat de sans-papiers qui a brûlé en faisant un mort.
En été dernier, c’est un squat de toxicos qui a envahi le quartier et en particulier la rue Charles-Michels. Rajoutons à tout cela les nuisances sonores qui sont amenées par la salle des fêtes appartenant aux diverses églises présentes dans cette rue. À partir du vendredi soir jusqu’au dimanche, il nous est impossible de sortir nos voitures de notre parking privé tellement les voitures sont mal garées.
Je pense aux dires de tous ces faits que vous comprendrez notre difficulté à vivre au quotidien dans ce quartier. Par conséquent, je pense que les riverains de ces rues n’ont pas à payer d’impôts locaux.
F. Gourdon (soutenue par le collectif gare.)

« Si les impôts augmentent, je lance une pétition »
Je souhaite réagir à l’interview de l’adjointe au maire Fabienne Soulas (JSD n° 764). J’ai l’impression qu’on nous prend un peu pour des imbéciles. L’article commence par, je cite, « le budget des familles ne va pas bien ». Puis, en fin d’interview, elle nous glisse gentiment qu’on risque d’augmenter la fiscalité. Je trouve cela gros, surtout lorsque l’on sait que seul 45 % de la population dionysienne paie des impôts, ce qui signifie que nous allons devoir encore payer pour des choses pour lesquelles nous ne sommes pas responsables. La municipalité, une fois de plus, néglige les classes moyennes, ce qui, dois-je le rappeler, a coûté une élection présidentielle à la gauche. Peut-être la municipalité souhaite-t-elle perdre les prochaines municipales?? À cette allure, c’est ce qui risque d’arriver. Je ne gagne que 1?360 euros en tant qu’employée municipale, ce qui signifie que la moindre augmentation fiscale me pèse. S’il devait s’avérer que les impôts augmentent, je pense que je lancerai une pétition.
Virginie

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur