En ville

Permapolis
/ Coup de main au jardin

Le futur jardin partagé du quartier de la gare, créé à l'initiative de Permapolis dans le cadre du Budget citoyen 2018-2019, a accueilli ses premiers volontaires.
Adelaida Uribe Lemarie, présidente de Permapolis montre à Mahamed comment planter un clou, sur le site du jardin partagé. © Gwénaëlle Fliti
Adelaida Uribe Lemarie, présidente de Permapolis montre à Mahamed comment planter un clou, sur le site du jardin partagé. © Gwénaëlle Fliti

Au premier regard, cette parcelle de terre ne paie pas (encore) de mine. Pas de pelouse fraîche. Des graffitis sur les murs. Au 24, rue Ernest Renan à Saint-Denis, derrière un portail, se niche pourtant le futur jardin partagé de l'association dionysienne d'agriculture urbaine Permapolis. Son objectif ? Y créer un espace végétalisé et comestible pour les habitants qui auront prêté main forte à sa construction.

Brouette, pelles, compost... Toutes les deux semaines, les volontaires qui souhaiteront s'investir dans le projet et ainsi profiter des récoltes sont invités à venir relever leurs manches pour donner vie à ce jardin. Car il ne s'agit là encore que d'une friche.

« C'était une vraie déchetterie, admet Adelaida Uribe Lemarie, présidente de Permapolis. Il a fallu déblayer tous les détritus qui jonchaient le sol ». Une fois cette tâche effectuée, les premiers participants – une dizaine de voisins – ont pu venir aider à la construction d'un bac en chêne qui accueillera les futures plantations.

LIRE AUSSI / Cité Langevin : le jardin partafgé ouvre ses allées
 

Récoltes et lien social

Samedi 2 novembre, entre 10h et 13h, a eu lieu la deuxième matinée dédiée à l'aménagement : finir de planter des clous, agrafer le géotextile, et transvaser des copeaux de bois. Mais week-end de la Toussaint oblige, un seul volontaire s'est présenté : Mahamed. La dernière fois, ce Sénégalais d'origine – arrivé sur le territoire il y a peu et ne parlant pas encore français – était passé devant le jardin « par hasard » et s'était alors porté volontaire. Ce matin-là, il est revenu. Pourtant, Mahamed n'a jamais jardiné de sa vie. Ce qui n'est pas un problème.

LIRE AUSSI / Les jardins partagés : terreau social des quartiers

« On accompagne justement les bailleurs sociaux en offrant de former leurs résidents à nos techniques permacoles, de les rendre autonome dans la gestion de la parcelle », souligne l'architecte formée en ingénierie des espaces végétalisés urbains.

En outre, le jardin a aussi pour but de créer du lien social. La preuve, entre deux pelletées, quelques mots ont suffi à la Colombienne d'origine pour comprendre que Mahamed avait habité en Catalogne plusieurs années ; qu'il parlait donc espagnol comme elle. Adelaida s'en réjouit. « Nous n'avions pas pu communiquer la dernière fois ! » C'est tout cela le jardin partagé, conclut-elle, « une reconnexion à la nature et un moment d'échange ».

Prochaine étape : ajout du terreau, plantation des fleurs du printemps et semis d'engrais vert. Premières récoltes prévues cet été. Pourquoi pas des tomates, du gombo et du bissap, « mais le choix final reviendra aux habitants ».

Gwénaëlle Fliti

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur