À la une En ville

Violences interquartiers
/ Contre les rixes, les quartiers s’unissent

Le collectif Saint-Denis Grands Ensemble s’est réuni le 20 avril afin de discuter des stratégies de lutte contre les violences interquartiers.
Bakary Soukouna, cofondateur de l’association Nuage.
Bakary Soukouna, cofondateur de l’association Nuage.

Samedi 20 avril, dans une petite salle de la bourse du travail se sont réunis éducateurs, rappeurs, agents de la Ville, bénévoles associatifs… Une vingtaine de personnes des différents quartiers de Saint-Denis ont répondu présent à l’appel de Bakary Soukouna, 32 ans. Quelques jours plus tôt, le cofondateur de l’association Nuage (qui agit auprès des jeunes) avait posté un message sur le groupe Facebook du collectif Saint-Denis Grands Ensemble (Unité Des Cités) qu’il administre. Son but ? Donner rendez-vous aux grands acteurs – professionnels ou habitants – qui, comme lui, font Saint-Denis. Et ce, afin d’échanger à propos des violences interquartiers.

LIRE AUSSI : 

« On a constaté que la situation se dégradait pour la jeunesse, déplore Bakary. Il y a des rivalités qui opposent les jeunes de Saint-Denis en fonction de leur zone d’habitation. Cela se traduit par des violences ; des élèves qui cessent d’aller à l’école par peur des représailles. C’est tout leur avenir qu’ils mettent en péril. » Pour mettre fin aux rixes, Bakary pense tenir un bout de la solution : montrer l’exemple. Montrer comment « les grands » sont parvenus à sortir de cette violence, à rebondir. Autour de la table, ils sont plusieurs à soutenir la démarche, à l’instar de Mains Unies ou d’Urban Jeunesse Academy.

« On s’est rendu compte que chacun de nous agissait auprès des jeunes à l’échelle de son quartier. Mais aussi que cela ne suffisait plus », explique Bakary. Selon lui, les rivalités seraient d’abord liées à l’isolement des quartiers les uns par rapport aux autres. 
 


 

Tournoi de foot et projets humanitaires

Il est temps de trouver des solutions concrètes pour rapprocher les habitants entre eux et surtout donner du sens aux jeunes. Les aider à choisir la bonne formation, à décrocher un travail épanouissant et rémunérateur. « Dans le commerce », dit l’un des participants à la réunion. « Oui, ou comme chauffeur », ajoute son voisin. Pour certains, la clé se trouverait dans la transmission des valeurs du sport : « Réhabilitons les tournois de foot interquartiers! Rien de mieux pour nous lier tous », suggère un autre. Sans oublier le rap et les projets humanitaires et associatifs. Pour Bakary, le nerf de la guerre reste le dialogue avec les cadets. Son idée ? Photographier les volontaires présents portant le t-shirt floqué « Saint-Denis Grands Ensemble », puis poster ces images en guise de message d’union entre les quartiers sur les réseaux sociaux. Comme un premier pas pour la paix.

Gwénaëlle Fliti

Réactions

Tout d'abord, je voudrais féliciter Bakary et tout son entourage possible cr fabuleux travail. Il essaie, il tente, il s'organise et fédère.. J'ai eu de très longues discussions avec lui et nous avons trouvé de très nombreux points communs. Nous avons néanmoins de très gros désaccords. Pour moi, le problème de la jeunesse, enfin d'une certaine jeunesse dépend de plusieurs facteurs ( éducation, famille, environnement, etc..). Je ne vais pas développer ici car c'est très long. Je vais parler des solutions. Les solutions ne sont pas le rap ou des tournois de football.. Ce sont des solutions d'une autre époque qui ont malheureusement échouées. La politique des grands frères à partir des concerts de rap ou des tournois de football ne sont pas des solutions pour un 'avenir de la jeunesse. Mes solutions sont plutôt de créer un environnement favorable. Cela commence par la famille, repérer plus rapidement les enfants en échec scolaire, les enfants battus etc... Les Aider à ne pas décrocher. Ensuite l'école. L'école doit aider à donner plus de chance à nos enfants. Il faut mettre le paquet dans l'extra scolaire (aide aux devoirs, cours de soutien, sport, musique..) . Il faut instruire nos enfants. Casser l'environnement malsain dans lequel ils vivent ( casser ces gros ensemble dans lequel ils vivent et les remplacer par des petits immeubles de 2-3 étages) Les aider à trouver des stages rapidement ( comment se fait il qu'avec 1200 commerce, des centaines d'entreprise, la municipalité et plaine commune, certains ne trouvent pas de stage d'étude de 3ème ou de fac) Les aider à trouver des formations ( je préfère que la puissance publique finance même totalement une formation de cariste ou chauffeur poids-lourd à un jeune ou moins jeune que le laisser à l'abandon) Seul l'école et le travail pourront aider la jeunesse pour la sortir de ces gueguerres entre cité. Il faut commencer par la jeunesse des maternelles ou primaires. Les concerts de rap, les tournois de foot, les sorties à aquaboulevard ont montré leurs limites. La prévention version municipalité de Saint Denis ne sert à rien, uniquement à dire " nous agissons"
Et agir dur la valorisation des talents ! Coach en développement personnel et professionnel je fais partie d’une asso du 19eme qui lutte contre les rixes inter quartier et on s’attache au developpement des jeunes sur l’aspect psychique et physique ! Chaque jeune a un truc à offtir mais s’il n’en prend pas conscience comment peut-il l’exploiter ? Avant de travailler sur le groupe il faut travailler sur l’invidualité sans le groupe les jeunes ne sont rien Pour bcp problème d’identité et d’appartenance en quête de reconnaissance ! Souvent exclu de la famille de l’ecole comment le jeune peut-il trouver sa place sociale? Ressent il seulement avoir sa place? Lui redonner confiance et l’encourager à rêver pour oser se fixer des objectifs !
Cela fait 30ans dans cette ville qu'on s'attaque aux conséquences mais jamais aux causes des problèmes..Cette municipalité ajoute de la misère à la misère dans les quartier et s'étonne qu'il y a des problème..c'est vraiment comique. C'est comme le type enrhumé en plein hiver qui se bourre de médicament pour se soigner mais qui ne ferme jamais sa fenêtre par temps froid.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur