En ville

Quinzaine antiraciste et solidaire
/ Contre les murs de haine

La 47e édition de la Quinzaine antiraciste et solidaire organisée par un collectif d’une quinzaine d’associations se tiendra, du 21 mars au 6 avril, autour du thème « Abattre les murs ».
La 47e édition de la Quinzaine antiraciste se tiendra du 21 mars au 6 avril, autour du thème « Abattre les murs  ».
La 47e édition de la Quinzaine antiraciste se tiendra du 21 mars au 6 avril, autour du thème « Abattre les murs ».

Un minuscule drapeau français, accroché au revers d’un Hitler grimaçant, la bouche béante murée de briques associées à des mots comme « xénophobe », « homophobe » ou « ségrégationniste » a généré la polémique sur Twitter.

« L’affiche de la quinzaine antiraciste et solidaire de Saint-Denis est inappropriée et choquante », a exprimé mercredi 7 mars, sur son compte, le militant socialiste Antoine Mokrane. Le conseiller départemental Mathieu Hanotin estime, lui, « incompréhensible qu’une telle campagne ait pu voir le jour ». La Ville, qui plaide l’erreur, a décidé de remplacer « au plus vite » l’affiche par une nouvelle version. Passé ce couac de communication, la 47e édition de la Quinzaine antiraciste et solidaire organisée par un collectif d’une quinzaine d’associations (1) se tiendra, du 21 mars au 6 avril, autour du thème « Abattre les murs ».

Le texte accompagnant la Quinzaine – proposé par Amnesty international et approuvé par le collectif – dénonce : « Pour fermer les frontières aux migrants […] les États européens ont érigé 14 murs en 10 ans ». Et rappelle : « Il existe des murs moins visibles qui enferment et qui isolent tout autant que les murs physiques. Ce sont les préjugés, les stéréotypes…» Aussi, dans des Maisons de quartier, des foyers de travailleurs migrants et un accueil de loisirs, les usagers sont invités à construire des briques en carton avec des images ou des mots liées à l’exclusion. Le 6 avril, ces briques seront mises à la disposition des Dionysiens place Victor-Hugo pour construire puis détruire le « mur de la haine ». 
 

« Choisissons le respect de l’autre »

Au préalable, jeudi 21 mars à 18 h à la bourse du travail, aura lieu le vernissage de l’expo photo du Mrap Les Murs dans le monde, à l’instar de celui de Trump ou de l’ancien mur de Berlin. À noter, samedi 23 mars à 14h30 à l’hôtel de ville, un débat « Extrême droite, quelle récupération du vote homosexuel ? » avec Antoine Idier, sociologue et historien, organisé par « Saint-Denis ville au cœur » pour sa première participation à la Quinzaine. Folies d’encre proposera, jeudi 28 mars à 20h, Certaines n’avaient jamais vu la mer, un texte de Julie Otsuka lu par Isabelle Gouzou.

Le lendemain, toujours à la librairie, Leïla Bouisnina présentera au public son livre de photos sur les hôtels meublés et foyers et les visages des migrants qui les occupent. Au total, treize rendez-vous (1), débats, concerts, lectures, films, avec pour cri de ralliement : « Abattons les murs ! Choisissons le respect de l’autre la fraternité, la solidarité et la paix ! »
 

Véronique Le Coustumer

(1) Liste et programme complet sur ville-saint-denis.fr

Réactions

Dans la nuit du 12 au 13 août 1961 la République Démocratique allemande a fait construire un dispositif militaire long de 155 kilomètres, comprenant deux murs de 3,6 mètres de hauteur, avec un chemin de ronde entre les deux murs, 302 miradors pour surveiller le système, 14000 gardes armés et 600 chiens de guerre. Pendant 28 ans le mur de Berlin a séparé 3,4 millions berlinois (1,3 millions à l'Est et 2,13 millions à l'ouest). Pendant ces vingt huit ans le Parti Communiste Français a soutenu le SED parti au pouvoir en RDA, en jugeant son exercice de gouvernement globalement positif (SED Sozialistische Einheitspartei Deutschlands).
Deux ans et deux mois après l'élection du président américain, la première brique du mur de Trump n'a pas encore été posée. Les huit milliards de dollars nécessaires n'ont même pas été trouvés. Quand LEJSD écrit «les Murs dans le monde, à l’instar de celui de Trump» LEJSD ment (et répand une fake news). En mars 2019 le mur de Trump n'existe pas. L'antiracisme sert de prétexte pour faire n'importe quoi et sert à l'expression de la violence.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur