Portrait

Le portrait de la semaine : Estelle Bertin
/ Conteuse du présent

Artiste. Le spectacle vivant, elle l’a presque dans la peau. Estelle Bertin est dionysienne, fondatrice de la compagnie théâtrale Compos Sui. Ses créations s’inspirent de l’imaginaire du conte et de la société actuelle.
Estelle Bertin est dans son domaine « le spectacle vivant », une véritable touche à tout.
Estelle Bertin est dans son domaine « le spectacle vivant », une véritable touche à tout.

Dans son atelier qu’elle partage avec deux autres résidents du 6b, espace artistique situé non loin de la gare, la trentenaire s’affaire ; prépare du thé, discute théâtre, projets de spectacles, voyage à Venise. « J’espère que vous n’allez pas dire que je passe du coq à l’âne », plaisante cette originaire de Normandie, habitante de Saint-Denis depuis sept ans. « Avant j’habitais à Clichy puis je me suis installée dans cette ville parce que je la trouve à part. Il y a un côté village qui me plaît, je n’ai presque plus besoin de sortir à Paris parce qu’il y a plein de choses à faire ici », s’enthousiasme Estelle Bertin. Comédienne, conteuse, metteure en scène, formatrice. La Dionysienne est dans son domaine, « le spectacle vivant », une touche à tout.

Son parcours artistique débute au lycée, lorsque l’adolescente « timide » d’alors pratique le théâtre. « Ça m’a beaucoup aidée », confie la jeune femme. Plus tard, Deug et Licence en poche, l’artiste collabore avec plusieurs metteurs en scène à Paris avant de s’initier aux spectacles d’improvisation, à la mise en scène, au théâtre de texte, puis aux comédies pour enfants, un public que connaît bien cette maman d’une petite fille âgée de 6 ans « pas du tout timide », et ancienne formatrice à l’Association des paralysés de France. « J’y ai mené des ateliers de médiation artistique avec des enfants autistes ainsi qu’avec des jeunes et des adultes handicapés. C’était une superbe expérience. » 


Maître de soi-même

À 35 ans, Estelle Bertin a sa propre compagnie de théâtre, Compos Sui. Depuis 2012, elle la dirige avec son amie et binôme Anne Fischer. « Compos Sui, ça vient du latin et ça signifie maître de soi-même. Je trouve que cette expression prend tout son sens dans ce que je fais. » C’est-à-dire : créer et mettre en scène des spectacles pour enfants à partir de contes inventés ou adaptés, proposer des stages sur l’art de l’improvisation, la comédie musicale, sensibiliser et responsabiliser à travers le ludique. « Avec Compos Sui, on a monté six spectacles centrés sur des sujets de société comme l’écologie, la surconsommation, la violence faite aux femmes. Certains ont pas mal tourné dans les écoles de Saint-Denis. »

Sa dernière création, La Marmite volante est actuellement en représentation à Paris. Destinée à un jeune public, elle s’inspire du célèbre conte La Soupe aux cailloux. « La Marmite volante, c’est un spectacle de théâtre musical qui raconte l’histoire d’une femme qui a perdu son nom et qui arrive dans une ville où on la rejette. Un soir, elle rêve qu’elle construit une marmite pour retrouver les siens et ça lui permet en même temps de se rappeler des choses de son passé. Ce conte interroge sur “qui est l’Autre” ? L’autre ce n’est pas forcément le migrant, ça peut être notre voisin de palier », poursuit la conteuse. Le contact avec les autres, Estelle Bertin en a fait le « lieu commun » de son travail. Sa présence au 6b depuis 2016 n’est pas un hasard.

« C’est un lieu génial, plein d’énergies créatrices et un lieu propice au genre de spectacle qu’est la performance.» La résidente relate avec entrain et fantaisie l’expérience d’improvisation auquel elle a participé lors d’un voyage à Venise, organisé par le 6b, à l’occasion de la Biennale d’architecture cette année. « J’ai lu un texte en plein milieu du Pavillon français. C’était spécial de faire vivre au spectateur ce genre d’expérience en direct.» Le direct. Il fait partie des clés de voûte dans son univers et sa façon d’aborder l’art théâtral. « Je parle souvent de théâtre du présent car il est ancré dans ce qu’il se passe ici et maintenant. C’est ça qui m’intéresse. » Pas le passé, ni l’avenir, juste le présent vivant.

 

Yslande Bossé

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur