À la une En ville

Municipales 2020
/ Comment le futur maire compte lutter contre la pauvreté ?

Huit têtes de listes (1) ou leurs représentants ont répondu aux questions de huit habitants, lors d’un débat retransmis en direct sur la page Facebook du JSD mercredi 5 février. Un lycéen, Rayan, les a interrogés sur leur projet pour faire diminuer la pauvreté à Saint-Denis.
Le Journal de saint-Denis organisait son 1er débat des Municipales, mercredi 5 février au sein de sa rédaction. © Yann Mambert
Le Journal de saint-Denis organisait son 1er débat des Municipales, mercredi 5 février au sein de sa rédaction. © Yann Mambert

Rayan, élève au lycée Suger, se montre revendicatif face aux huit candidats à la mairie de Saint-Denis qu’il a en face de lui. « On veut une ville moins pauvre. » Son constat : « Des bâtiments qui menacent de s’effondrer, des jeunes qui abandonnent les cours… On se demande comment ce sera dans dix ans, si les jeunes seront à la rue ou partis à l’étranger…» Devant cet avenir gris, il interroge : « Comment le futur maire compte lutter contre la pauvreté à Saint-Denis ? »

VIDÉO : Municipales 2020, « les candidats face aux habitants » Partie 1

C’est Katy Bontinck, 2e sur la liste Notre Saint-Denis, et membre du mouvement Génération.s, qui commence à répondre. Elle met en avant l’une de ses mesures phares : « la gratuité de la cantine scolaire ». Laurent Russier, maire PCF sortant et tête de liste Vivons Saint-Denis en grand, pense que « le maire et son équipe doivent créer un environnement favorable pour aider les plus fragiles. C’est quand les plus fragiles vont mieux que la société va mieux ». Parmi les politiques de solidarité à mener, il cite notamment « la création d’une mutuelle de santé de la Ville pour ceux qui n’en ont pas les moyens ».

EN IMAGES : Le JSD part en live #12, 1er débat des Municipales 2020

D’autres candidats proposent des mesures similaires. Houari Guermat, candidat centriste, tête de la liste Saint-Denis Autrement, propose également la cantine gratuite et l’idée d’une mutuelle de santé gérée par la municipalité, « pour aider notamment les retraités ». Bally Bagayoko (LFI), tête de liste Faire Saint-Denis en commun et maire adjoint aux sports, réaffirme « la nécessité d’un service public puissant pour accompagner en amont sur les questions sociales, santé, culturelles, loisirs, l’accessibilité au logement notamment pour les jeunes… »

Pour Cathy Billard, tête de la liste du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), « il faudrait plus de CDI, une augmentation massive des salaires… Ce n’est pas la Ville qui a les moyens de réduire significativement la pauvreté, elle ne peut pas contrebalancer les politiques nationales qui ont augmenté l’appauvrissement de la population et la richesse des entreprises ».

Philippe Julien, tête de la liste Lutte Ouvrière (LO), intervient dans le même sens. « Il ne peut pas y avoir d’oasis locale dans la société d’exploitation dans laquelle on vit. Ce sont les travailleurs qui fabriquent les richesses, il faut qu’ils prennent conscience que c’est à eux de renverser la donne », affirme le révolutionnaire.

VIDÉO : Municipales 2020, « les candidats face aux habitants » Partie 2
 

De la mixité sociale

« La question de la pauvreté, ainsi que de l’insalubrité des bâtiments, vient d’un des problèmes majeurs de Saint-Denis : la concentration de personnes en difficulté dans ce qu’on peut appeler les ghettos », dénonce Alexandre Aïdara, tête de liste Changeons Saint-Denis. Le candidat de La République en marche, soutenu par l’Union des démocrates indépendant (UDI), plaide pour « une mixité sociale, en attirant les classes moyennes avec un environnement agréable, notamment en rénovant les façades des immeubles ».

Bertrand Godefroy (Parti socialiste de gauche), représentant de la liste Décidons le changement, aimerait également « une meilleure harmonisation urbaine du territoire, trop bétonné, trop densifié. Il faut améliorer le cadre de vie, avec des espaces verts mais aussi la réhabilitation des logements ». Katy Bontinck constate aussi « un vrai délaissement dans le nord de la ville ». « On ne s’occupe que du centre-ville, la Plaine et Pleyel », critique également Houari Guermat. Comme ces deux derniers, la plupart des candidats font des propositions en faveur d’une mixité sociale. Philippe Julien reste sceptique : « Cela ne changera rien… Ou alors, il faudrait mettre des ouvriers dans les logements vides du XVIe arrondissement de Paris ! »

Lutter contre les inégalités

La lutte contre la pauvreté passe par la solidarité, le logement, mais aussi par l’emploi et l’éducation. Des questions qui ont irrigué tout le débat. Pour Houari Guermat, on peut parler de « discrimination territoriale, nos enfants manquent de débouchés scolaires, d’opportunités de stages, puis d’emplois ». L’insuffisance de moyens consacrés à l’éducation est une problématique récurrente sur ce territoire. « La Seine-Saint-Denis est le seul département où le dédoublement pour les CP et CE1 a été retardé », illustre Cathy Billard.

LIRE AUSSI : Les candidats attendus sur la sécurité 

Katy Bontinck, professeure des écoles, pointe du doigt « les rénovations urgentes à faire dans les écoles pour qu’elles puissent notamment faire face à la canicule, les efforts à faire pour accueillir les enfants en situation de handicap ou encore le manque d’orthophonistes à Saint-Denis ». Pour Alexandre Aïdara, « il faut des forums réguliers avec les entreprises ou encore un système de mentorat avec des entrepreneurs ». Quant à Bertrand Godefroy, il suggère de mettre l’accent sur « l’accompagnement dans l’orientation des jeunes, avec une structure paramunicipale ».

Laurent Russier rappelle pour sa part les efforts de la Ville : « La moitié de notre budget est consacrée à l’éducation et la jeunesse. » Dans ses propositions, il suggère « un nouveau dispositif de soutien scolaire », pour toucher notamment les collégiens. À ce sujet, Houari Guermat propose un soutien scolaire gratuit « dès la maternelle et l’école élémentaire, de 16h à 18h tous les soirs ».

Le maire sortant aimerait également « élargir le système de bourse des stages actuel pour en faire bénéficier lycéens et étudiants ». Bally Bagayoko, maire adjoint aux sports et à l’emploi-insertion, rappelle également « les aides données par le dispositif Atout Jeunes pour les accompagner dans leurs projets » et souligne que la réussite scolaire passe aussi par la cantine, « bien manger, avec du bio et proposer du végétarien ». Car, pour de trop nombreux enfants dionysiens, c’est parfois le seul repas de la journée.
 

Delphine Dauvergne

La rédaction organisera un 2e JSD part en live spécial élections municipales lundi 9 mars qui verra cette fois les têtes de liste débattre entre elles.

(1) Parmi les 12 déclarées manquaient Fetta Mellas (Saint-Denis éco-citoyenne), Damien Martineau (UPR), Georges Melane (LR) et Guy Delautre (RN).

Réactions

C'est une véritable question que le jsd a posé. Les réponses montrent les différences entre candidats
La première mesure à prendre c'est arrêter d'amener des personnes à grande précarité sociale à ST DENIS bref ajouter de la pauvreté à la pauvreté il est vrai que la pauvreté est devenu un business politique à ST DENIS. Des gens pauvres sont plus influençables à l'influence idéologique s'exprimant par la pensée unique de type voilà untel est un méchant qui vous veut du mal et l'autre est un gentil qui vous veut du bien, votez donc pour le gentil. grace à ce business politique des élus de longue date via le cumul des mandats ont acquis des comptes en banque bien garnis en euros mais ils le cachent pour du marketing social envers leur électorat

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur