À la une En ville

Centre-ville
/ Comment baisser le rideau ?

Inquiets de leur avenir dans le cadre de la future rénovation urbaine du centre-ville, les commerçants de l’îlot 7 ont interpellé la municipalité par voie d’affiche.
De part et d'autre du passage de l'aqueduc 13 commerces vont fermer avec la future rénovation du centre-ville
De part et d'autre du passage de l'aqueduc 13 commerces vont fermer avec la future rénovation du centre-ville

Des affiches jaune poussin ont fleuri passage de l’Aqueduc en centre-ville. Un gros titre barre les manifestes : « La mairie de Saint-Denis méprise vos commerçants et leurs clients ! » Au cœur du problème, la relocalisation et l’indemnisation des commerçants de l’îlot 7, dans le cadre de la future rénovation urbaine du centre-ville qui prévoit la destruction de l’ensemble immobilier de l’hôtel Campanile ainsi que l’agrandissement du cinéma l’Écran. Entamées fin 2016, les négociations entre la Ville et les commerçants devaient aboutir au plus tard au 31 octobre 2018. Avec à la clé une solution pour chacun des 13 commerçants concernés. Las, début décembre, l’affaire n’est pas encore bouclée. Au grand dam des principaux intéressés.

Les solutions se font attendre

« Six d’entre nous se sont mis d’accord avec la Ville pour être indemnisés, détaille Mourad Most, propriétaire depuis 2008 d’Ambre, un commerce de chaussures. Certes les sommes proposées par la mairie correspondent à celles demandées par les commerçants, mais le protocole d’accord ne leur offre aucune garantie. Pour les quatre qui ont souhaité voir leur activité relocalisée, deux seulement ont reçu des propositions. La Ville s’était engagée à m’en faire trois, je n’en ai reçu qu’une, et vraiment inacceptable, dans la galerie marchande Basilique à moitié désertée. Enfin trois commerçants sont encore en négociation. » Le problème c’est que selon Mourad Most le temps presse. « Nous sommes censés avoir quitté les lieux au 31 décembre 2019, alors que le propriétaire du Campanile ne pourra pas vider l’hôtel avant fin 2020. J’ai trois salariés qui s’inquiètent. Je n’ai aucune réponse de la ville. » 

Le soutien de l'Anru?

Du côté de la collectivité on comprend les commerçants et on explique le retard pris par l’importante mobilisation financière que représente une indemnisation juste. La facture élevée justifie de demander son avis à l’Agence nationale de rénovation urbaine (Anru), avec laquelle un rendez-vous est espéré en fin d’année, pour apporter son concours financier. « L’enjeu est d’adapter le centre-ville aux flux et aux besoins d’aujourd’hui, mais on essaie de faire ça le plus humainement possible, assure Didier Paillard, nouveauconseiller municipal délégué au commerce. Je comprends que, le couperet approchant, les commerçants soient inquiets, maison va trouver la solution adéquate pour chacun avant d’entamer la démolition. J’espère pouvoir les rencontrer et leur annoncer de bonnes nouvelles dans les prochaines semaines. »

Yann Lalande 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur